Erin O’Toole vante le libre-échange pour l’emploi

Le chef conservateur Erin O’Toole
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne

Le chef conservateur Erin O’Toole

Les Canadiens pourraient avoir le droit de vivre et de travailler au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande dans le cadre d’une nouvelle zone de libre-échange souhaitée par les conservateurs.

Erin O’Toole a présenté jeudi des propositions visant à resserrer les relations commerciales et diplomatiques avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni qui, selon lui, créeraient plus d’emplois pour les Canadiens.

L’accord proposé réduirait les barrières commerciales, augmenterait la coopération en matière de renseignement et permettrait aux Canadiens d’étudier et de travailler plus facilement dans cette zone de libre-échange.

Les conservateurs ont également présenté des propositions pour créer des liens plus étroits avec l’Inde, avec des plans pour relancer les pourparlers de libre-échange avec ce pays.

M. O’Toole, qui souhaite également s’éloigner de la Chine, affirme qu’un gouvernement conservateur rendrait plus difficile pour les entreprises qui appartiennent à l’État « dans des pays non libres » d’acheter des entreprises canadiennes.

Dans leur propre programme dévoilé mercredi, les libéraux ont publié des plans pour une stratégie Asie-Pacifique visant à accroître les liens économiques et de défense dans la région et à créer de nouveaux accords commerciaux.

À voir en vidéo