Le Bloc et le NPD souhaitent une défaite de Donald Trump

Le président Trump a nié dimanche avoir l’intention d’annoncer sa propre victoire prématurément. Mais il a réitéré qu’il estime « terrible qu’on ne puisse pas connaître les résultats de l’élection le soir de l’élection ».
Photo: Brynn Anderson Associated Press Le président Trump a nié dimanche avoir l’intention d’annoncer sa propre victoire prématurément. Mais il a réitéré qu’il estime « terrible qu’on ne puisse pas connaître les résultats de l’élection le soir de l’élection ».

Justin Trudeau a beau avoir pris soin de demeurer un observateur neutre de l’élection présidentielle américaine, les chefs du Bloc québécois et du Nouveau Parti démocratique ne se sont pas imposé la même retenue. Yves-François Blanchet et Jagmeet Singh affirment au contraire ouvertement souhaiter une défaite de Donald Trump mardi.

Le chef bloquiste s’est exprimé sans réserve, lundi à Ottawa. « Je souhaite de tout cœur une défaite de Donald Trump », a laissé tomber M. Blanchet. « Je souhaite qu’elle soit suffisamment claire pour que toute tentative de défier les résultats, de mettre en doute les résultats de sa part soit vaine. Je pense non seulement que ce serait meilleur pour les États-Unis, [mais] je pense que ce serait meilleur pour le Québec assurément, et que ce serait meilleur pour le Canada parce que je pense que ce serait meilleur pour la planète entière », a-t-il fait valoir.

Le président américain, Donald Trump, a confié à ses conseillers, selon ce que révélait le média américain Axios cette fin de semaine, qu’il se déclarerait gagnant le soir de l’élection mardi si les résultats préliminaires indiquent qu’il est « en avance ». Plus de 96 millions d’Américains avaient déjà voté par anticipation lundi — soit 71 % du nombre total de votes exprimés en 2016 —, dont 62,8 millions par voie de bulletins postaux. Les résultats finaux risquent donc de se faire attendre au moins quelques jours, le temps que tous ces bulletins postaux soient comptés.

Le président Trump a nié dimanche avoir l’intention d’annoncer sa propre victoire prématurément. Mais il a réitéré qu’il estime « terrible qu’on ne puisse pas connaître les résultats de l’élection le soir de l’élection ».

Le leader du NPD, Jagmeet Singh, a lui aussi confié, sur les ondes de CTV à Montréal vendredi, qu’il trouverait « décevant de voir une autre élection de [Donald] Trump ». M. Singh a accusé le président américain d’être « xénophobe, misogyne, de semer la discorde et d’être blessant ». « Je serais inspiré ou à tout le moins encouragé si les Américains délaissaient cela et choisissaient plutôt un message plus inclusif en élisant Joe Biden. »

Les autres partis restent discrets

M. Blanchet et M. Singh sont les seuls chefs de partis fédéraux à s’être ainsi prononcés sur l’issue possible de l’élection américaine mardi.

Le premier ministre Justin Trudeau s’est maintes fois fait inviter à commenter le processus électoral au sud de la frontière. Mais il a toujours refusé de le faire, préférant répéter simplement que son gouvernement se prépare « à toute éventualité ». M. Trudeau s’est toutefois permis d’affirmer que son équipe espère « une transition en douceur ou un résultat clair à l’élection, comme plusieurs dans le monde ».

Le chef de l’opposition officielle et du Parti conservateur, Erin O’Toole, ne s’est pas prononcé lui non plus.

Du côté du Parti vert, le porte-parole de la chef Annamie Paul a fait valoir que cette dernière « ne commente pas les résultats espérés à l’issue d’élections à l’étranger ».

Ce reportage a été financé grâce au soutien financier du Fonds de journalisme international Transat — Le Devoir.