Le maire de Trois-Rivières démissionne pour des raisons de santé

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque
Photo: Facebook / Yves Levesque, maire de Trois-Rivières Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, quitte ses fonctions pour des raisons de santé, a confirmé jeudi le responsable des communications de la Ville.

Les conseillers municipaux avaient été convoqués à se rendre à l’hôtel de ville en avant-midi pour apprendre la nouvelle. M. Lévesque, qui a pris un congé de maladie sur recommandation de ses médecins en octobre, n’était pas présent.

Dans une lettre à l’intention de ses concitoyens, il a expliqué qu’il s’agissait d’une décision « difficile et déchirante », mais « inéluctable ». Il a dit partir avec le sentiment du devoir accompli et a souhaité à la ville de Trois-Rivières de continuer à « grandir dans sa noblesse et sa santé économique ».

Yves Lévesque a accédé à la mairie de Trois-Rivières en 2001, jouant un rôle intégrant dans la création de la nouvelle municipalité fusionnée.

Sa carrière en politique municipale s’était toutefois amorcée dès 1994, au sein du conseil municipal de Trois-Rivières-Ouest. Il travaillait auparavant au sein de la marine marchande, en plus d’avoir géré des concessions de restauration rapide.

Le conseil municipal devrait désigner la personne qui assurera ses fonctions de manière intérimaire lors de la séance du 15 janvier.

Selon le responsable des communications, Yvan Toutant, la mairesse suppléante Ginette Bellemare sera alors probablement désignée comme sa successeure d’ici la tenue d’une élection vers le mois de mai. « Il y a beaucoup d’émotion ce matin autour de la salle du conseil. Tout le monde reconnaît le travail immense que M. Lévesque afait. Aujourd’hui, Trois-Rivières tourne une page », a-t-il déclaré.

Un quart de siècle de vie politique

Le président de l’Union des municipalités du Québec, Alexandre Cusson, a lui aussi salué un maire qui « se donnait corps et âme pour sa ville ».

« C’est l’un des derniers maires — sinon le dernier maire — issus des nouvelles villes fusionnées du début des années 2000 », a-t-il souligné en entrevue avec La Presse canadienne.

Il y a beaucoup d’émotion ce matin autour de la salle du conseil. Tout le monde reconnaît le travail immense que M. Lévesque a fait. Aujourd’hui, Trois-Rivières tourne une page.

« Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, donner 25 ans de sa vie à une municipalité, à ses citoyens, c’est extraordinaire », a lancé M. Cusson, lui-même maire de Drummondville.

Le député fédéral de Trois-Rivières, Robert Aubin, a lui aussi rendu hommage à l’engagement politique de longue date de M. Lévesque.

« On reconnaîtra, malgré tous les différends, un homme éminemment passionné par ce qu’il faisait », a souligné le néodémocrate.

« On a tendance à sous-estimer l’engagement des politiciens et politiciennes municipaux, a-t-il relevé. Autant le maire que les conseillers sont des gens qui sont constamment auprès du public qu’ils desservent. »

Yves Lévesque a déjà été courtisé par le Parti conservateur du Canada. Il s’était notamment entretenu avec le chef conservateur Andrew Scheer au printemps, lors du passage de ce dernier dans la région.

M. Scheer avait alors déclaré que son parti était à la recherche de candidats de qualité en vue des élections fédérales de 2019, tout en soulignant que M. Lévesque s’était forgé une solide réputation.

Selon M. Toutant, le maire sortant ne pourra pas prendre une décision de sitôt quant à son avenir politique.