Passerelle détruite par un camion: la compagnie devra payer 1,4 million de plus

La Ville de Longueuil s’est dite «satisfaite» de la décision, qui mettrait fin aux procédures judiciaires qu’elle a intentées dans ce dossier.
Photo: Martin Dubé CC La Ville de Longueuil s’est dite «satisfaite» de la décision, qui mettrait fin aux procédures judiciaires qu’elle a intentées dans ce dossier.

La compagnie responsable de l’effondrement d’une passerelle surplombant la route 132 il y a trois ans devra payer 1,4 million de dollars supplémentaires à la Ville de Longueuil, ce qui porte à 2,2 millions la somme totale versée relativement à cet incident.

Cette compensation financière ne couvrira cependant qu’une partie des coûts de construction de la nouvelle passerelle, dont l’inauguration se fait toujours attendre.

Dans une décision rendue lundi, le juge de la Cour supérieure du Québec Stéphane Sansfaçon a condamné l’entreprise Arguy à verser à la Ville de Longueuil la somme de 1,4 million pour couvrir l’augmentation des coûts de construction de la nouvelle passerelle liés aux nouvelles normes de construction.

Cette somme s’ajoute aux 775 000 $ déjà versés par la compagnie pour tenir compte des dommages causés à la passerelle endommagée. Celle-ci s’est effondrée en février 2015 lorsque la benne d’un camion de la compagnie Arguy l’a percutée de plein fouet.

« Puisque les défenderesses sont responsables de la destruction de la passerelle, que tous les coûts de reconstruction de la nouvelle passerelle, qui devra respecter les nouvelles normes, en sont la conséquence directe et immédiate, et que la Ville n’en tirera aucun bénéfice additionnel […], elles doivent l’indemniser entièrement », conclut le juge Sansfaçon.

Travaux beaucoup plus chers

La Ville de Longueuil s’est dite « satisfaite » de la décision, qui mettrait fin aux procédures judiciaires qu’elle a intentées dans ce dossier. Elle attend cependant de voir si Arguy portera le jugement en appel avant de crier victoire. Au moment où ces lignes étaient écrites, le président de la compagnie, Guy Archambault, ne nous avait pas rappelés.

Les 2,2 millions que la Ville devrait recevoir de la part de l’entreprise ne compenseront que partiellement les coûts de construction de la nouvelle passerelle, aujourd’hui estimés à 12,8 millions.

La Ville de Longueuil prévoyait au départ que l’ouvrage coûterait 8,8 millions. Elle a décidé d’annuler le premier appel d’offres lorsqu’elle a constaté que le plus bas prix proposé était de 13,6 millions, mais le deuxième appel d’offres lui a seulement permis d’épargner 800 000 $.

Comment expliquer l’écart entre les indemnités évaluées en cour et le prix actuel ? « Ce n’est pas du tout le même type de passerelle [que l’ancienne]. Quand la passerelle a été détruite, la Ville a saisi l’occasion de construire un tout nouveau type de passerelle », explique le porte-parole de la Ville de Longueuil, Louis-Pascal Cyr.

Le nouvel ouvrage sera accessible à tous les types d’usagers et comprendra notamment un belvédère, souligne-t-il. « Ce sera une carte de visite de Longueuil pour ceux qui passent par la route 132. »

La nouvelle passerelle devait au départ être inaugurée à l’automne 2017, mais l’échéance a été reportée à cet été, puis à l’automne prochain. M. Cyr explique que ces retards sont dus à une mésentente entre la Ville et l’entreprise responsable des travaux au sujet des plans et devis.