La crise au conseil municipal de Laval s’enlise

Le maire Marc Demers a été reporté au pouvoir en novembre dernier.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Le maire Marc Demers a été reporté au pouvoir en novembre dernier.

Aux prises avec une fronde menée par plusieurs membres de son équipe, le maire de Laval, Marc Demers, se retrouve en position délicate au sein du conseil municipal compte tenu du nombre de dissidents.

En l’absence du maire Demers et de plusieurs élus de sa formation politique, l’assemblée du conseil municipal de Laval a repris ses travaux jeudi matin.

D’entrée de jeu, l’ancien bras droit de M. Demers, le conseiller David De Cotis, a déposé plusieurs résolutions, dont celle visant à se nommer lui-même à la présidence du conseil d’administration de la Société de transport de Laval.

Rappelons que l’assemblée du conseil municipal avait été ajournée mardi soir après que des dissidents de la formation du maire eurent voté avec l’opposition pour une résolution remaniant le comité de vérification. La proposition ayant été adoptée par une majorité de 11 voix contre 8, le maire Demers se retrouvait alors dans une position de vulnérabilité.

L’assemblée n’a pu se poursuivre mercredi, en raison de l’absence de quorum. Le maire et plusieurs de ses conseillers n’étaient pas présents. David De Cotis a par ailleurs été démis de ses fonctions de vice-président du comité exécutif par le maire.

Marc Demers était de nouveau absent à l’assemblée jeudi matin. Par voie de communiqué, il a invité les membres de son caucus à une rencontre la semaine prochaine « pour dégager des pistes de solution durables en présence d’une ressource externe de type médiateur afin d’assurer des discussions saines et constructives ».

Pendant ce temps, l’assemblée du conseil municipal s’est poursuivie. « Ce matin, on a eu une deuxième tentative de bloquer un processus démocratique et j’aimerais personnellement remercier tous les élus pour leur présence, leur courage et leur condition d’être ici », a commenté David De Cotis.

« Ça fait trop longtemps ici que les décisions se prennent sans réel débat. C’est une grande semaine pour les citoyens lavallois de pouvoir retrouver un climat où on va pouvoir travailler ensemble, partager des idées et améliorer les idées des autres », a déclaré le conseiller du Parti Laval Claude Larochelle.

Reporté au pouvoir en novembre dernier, Marc Demers avait réussi à faire élire 19 conseillers sur 21 sièges disponibles.