La mairesse de Longueuil mise en demeure

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent
Photo: Karl Rettino-Parazelli Le Devoir La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent

La mairesse de Longueuil est visée par une mise en demeure d’un conseiller municipal qui lui reproche d’avoir tenu des propos diffamatoires.

Jacques Lemire, qui siège comme conseiller dans l’opposition, demande des excuses publiques de la part de la mairesse Sylvie Parent dans une mise en demeure envoyée vendredi.

Mme Parent a annoncé mercredi songer à faire appel à l’UPAC pour enquêter sur les motivations des élus de l’opposition qui, étant majoritaires, venaient de réussir à bloquer l’octroi de deux contrats.

Elle a dit « soupçonner » que des élus puissent avoir cédé à des pressions. La mairesse Parent a reconnu toutefois que ses doutes reposent sur une « intuition ».

« Peut-être que je fais un mauvais lien, mais j’ai besoin d’être rassurée. Ma responsabilité, en tant que mairesse, c’est de m’assurer que tout est correct », a-t-elle argué.

Dans un communiqué, Mme Parent rappelait que M. Lemire siégeait au comité exécutif de Longueuil pendant une période qu’elle qualifie de « dominée par des pratiques de collusion ».