Déranger le quotidien en affichant le malheur

  
Une photo de Daniel Berehulak à Bhaktapur au Népal, après le tremblement de terre du 25 avril dernier qui a tué plus de 8000 personnes. L’image a été collée par Dysturb sur un mur du Club social, un café du Mile-End à Montréal, avec l’autorisation des propriétaires.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
Une photo de Daniel Berehulak à Bhaktapur au Népal, après le tremblement de terre du 25 avril dernier qui a tué plus de 8000 personnes. L’image a été collée par Dysturb sur un mur du Club social, un café du Mile-End à Montréal, avec l’autorisation des propriétaires.