Pour la reconstruction du Centre commercial du Domaine-de-l’Estérel

«J’ose espérer que le drame de L’Estérel ne sera pas le dernier chapitre d’une longue série d’actions citoyennes visant à sauver, mais aussi à donner de nouvelles vocations au Domaine», écrit l'auteur.
Photo: Gilles Boucher «J’ose espérer que le drame de L’Estérel ne sera pas le dernier chapitre d’une longue série d’actions citoyennes visant à sauver, mais aussi à donner de nouvelles vocations au Domaine», écrit l'auteur.

Si la destruction sauvage du Centre commercial du Domaine-de-l’Estérel, dans les Laurentides, par l’empire immobilier Olymbec (qui défend pour sa part la thèse d’une destruction « accidentelle » attribuable à NZO Construction, l’entrepreneur chargé d’en démolir la partie arrière) constitue une catastrophe pour le patrimoine des Québécois et de tous les Canadiens, c’est aussi un test pour notre système judiciaire. L’importance historique et patrimoniale du bâtiment a été soulignée sur quelques tribunes ces derniers jours.

Néanmoins, la séquence de ce crime violent soulève plusieurs questions, et certains éléments troubles de cette triste affaire pourraient de nouveau inspirer le romancier belge de polar Georges Simenon qui fréquenta le domaine dans les années trente.

 

Les travaux de démolition autorisés de la partie non classée du bâtiment ont commencé lundi 9 mai. Deux jours après, dans Le Devoir, photo évidente à l’appui, l’organisme de sauvegarde du patrimoine architectural moderne Docomomo sonne l’alarme et convoque l’État, mais aussi la société civile, devant la menace imminente de destruction totale du joyau. Le gouvernement provincial est-il prévenu à ce moment-là?

Ce monument moderniste construit en 1936 était situé sur le chemin du nom de son bâtisseur, le baron Empain, juste avant qu’il s’engage sur une presqu’île, où il faut donc revenir sur ses pas. Vu des airs, on y dénombre environ une soixantaine de maisons. Donc, plusieurs résidents auront forcément vu le crime. Vendredi 13 mai, les pelles mécaniques attaquent la partie classée restante du bâtiment. En l’espace d’un épisode de Netflix, s’en est fini de la perle art déco.

On comprend aisément que la sauvegarde de la vie humaine prime sur celle du patrimoine bâti, mais a-t-on appelé la SQ durant le forfait? Il y a un poste à Rawdon, l’autre à Sainte-Agathe, chacun à environ une demi-heure de route. A-t-on contacté la municipalité, et a-t-elle dépêché un inspecteur? A-t-il tenté de stopper le drame? Finalement, personne pour appliquer la Loi. La ruine fumante est sise au creux d’une petite baie nommée Baie du Désespoir, cruelle ironie du sort.

L’État doit se munir de moyens pour sévir contre le viol de la Loi, mais aussi le prévenir. C’est notre responsabilité citoyenne de provoquer et stimuler la sauvegarde de notre patrimoine architectural, chacun à sa manière. Mon cinéma documentaire — Roger D’Astous, Luc Durand Leaving Delhi — révèle des personnages, événements et bâtisses qui ont fait le Québec. Lorsque ces bâtiments phares sont assassinés par une multinationale qui bafoue sciemment la Loi, je m’insurge.

On pointe beaucoup du doigt le ministère de la Culture et des Communications dans cette affaire, avec raison. J’ose espérer que le drame de L’Estérel ne sera pas le dernier chapitre d’une longue série d’actions citoyennes visant à sauver, mais aussi à donner de nouvelles vocations au Domaine. Je salue en passant tous ces acteurs qui y auront mis, depuis tant d’années, leurs compétences, talents et passions ; les architectes Jean Damecour, Philippe Lupien et les autres, Docomomo, la Société d’histoire de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, et j’en passe. Votre combat ne sera pas vain.

Le développement immobilier est bien légitime, mais il doit être encadré par une robuste législation punissant sévèrement tout promoteur qui s’en joue. Il y va de notre respectabilité nationale. Le coupable présumé ici est un empire financier de plusieurs centaines de millions de dollars qui a commis un crime qui est une insulte à notre patrimoine collectif. Il importe de donner l’exemple par une amende maximum ainsi que d’ordonner, comme le permet la Loi, à la charge d’Olymbec, la reconstruction à l’identique du Centre commercial du Domaine-de-l’Estérel.

Toutes proportions gardées, la France a fait la même chose avec la cathédrale Notre-Dame-de-Paris.

À voir en vidéo