Les personnes handicapées encore négligées

«Pour plusieurs personnes en situation de handicap, il est impossible d’effectuer un test rapide de façon autonome. Une limitation visuelle empêche de voir le résultat, par exemple, tandis que des problèmes de dextérité rendent irréalisables les différentes manipulations requises», mentionnent les signataires.
Photo: Wong Maye-E Associated Press «Pour plusieurs personnes en situation de handicap, il est impossible d’effectuer un test rapide de façon autonome. Une limitation visuelle empêche de voir le résultat, par exemple, tandis que des problèmes de dextérité rendent irréalisables les différentes manipulations requises», mentionnent les signataires.

Depuis le 4 janvier, les tests PCR sont réservés aux personnes travaillant dans le réseau de la santé ou qui sont hospitalisées, aux personnes sans-abri, aux personnes autochtones et à celles qui travaillent dans des milieux jugés à haut risque.

En pleine flambée des cas, le reste de la population doit maintenant se tourner vers des tests rapides. Faute de disponibilité de ces tests ou de capacité à les utiliser, les personnes avec des symptômes devront tenir pour acquis qu’elles sont infectées et se placer en isolement.

Nous ne remettons pas en question l’importance de prioriser les dépistages. Mais il est inconcevable que les personnes handicapées n’aient pas droit aux tests PCR. Loin d’être exceptionnelle, cette exclusion fait suite à une longue liste « d’oublis » de la part du gouvernement depuis le début de la pandémie.

Une exclusion mettant plusieurs personnes en danger

Plusieurs personnes en situation de handicap requièrent un soutien à domicile pour accomplir des tâches essentielles de la vie quotidienne, comme se lever, s’habiller ou se nourrir, tandis que d’autres en ont besoin pour le ménage, la cuisine ou leurs déplacements. Ces personnes reçoivent donc régulièrement chez elles des gens travaillant dans la santé, des employés ou encore des proches aidants. Il est nécessaire d’assurer la sécurité des personnes handicapées ainsi que de celles et ceux qui leur viennent en aide. Ces gens ne peuvent se permettre un isolement préventif, ils doivent savoir s’ils ont la COVID-19 rapidement et efficacement.

Pour plusieurs personnes en situation de handicap, il est impossible d’effectuer un test rapide de façon autonome. Une limitation visuelle empêche de voir le résultat, par exemple, tandis que des problèmes de dextérité rendent irréalisables les différentes manipulations requises. Pour certaines, il est impraticable, voire dangereux, de s’insérer un écouvillon dans le nez. La procédure d’un test rapide requiert de passer deux tests dans un intervalle de 24 heures afin de confirmer un résultat négatif. Cela implique donc de recevoir à deux reprises le soutien d’une personne qui n’est pas nécessairement formée pour être en contact avec de possibles cas de COVID-19.

Des risques inacceptables

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement s’entête à négliger les personnes handicapées, et ce, malgré toutes les interventions des organismes communautaires pour lui donner l’heure juste sur la réalité vécue par des milliers de Québécoises et de Québécois. Cela a assez duré, elles doivent être ajoutées sans plus tarder à la liste des groupes ayant droit aux tests PCR. C’est une question de sécurité et d’égalité.

* Les signataires sont toutes et tous impliqués dans le milieu communautaire en soutien aux personnes handicapées :

 

• Alexandra Jacques, présidente du Mouvement Personne d’abord de Lachute

 

• Anne Pelletier, directrice générale de DéPhy Montréal

 

• Annie Perron, directrice du Groupe Entre-Amis de Baie-Comeau

 

• Audrey Lefebvre, coordonnatrice d’Autisme Côte-Nord

 

• Carole Giguère, présidente du Regroupement des aveugles et amblyopes du Québec

 

• Carole Normand, directrice de l’Association de l’ouïe de l’Outaouais

 

• Christian Venne, président de l’Association des personnes handicapées visuelles de Lanaudière

 

• Claude Ménard, président du Comité des usagers du CRR La ResssourSe

 

• Daniel Deschênes, directeur général de l’Association du syndrome de Usher du Québec

 

• Denise Ménard, présidente du Comité des usagers de la Montérégie-Centre

 

• Dominique Salgado, directeur général du Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap

 

• Elsa Lavigne, directrice générale d’AlterGo

 

• Evelyne Forcier, directrice du Mouvement Personne d’abord de Joliette

 

• Francine Boulet, présidente du Comité des usagers continué de l’Institut Nazareth & Louis-Braille

 

• Gerald Gagné, administrateur de La croisée Sainte-Anne-des-Monts

 

• Amanda Germain, membre du Mouvement Personne d’abord de Sainte-Thérèse

 

• Ghislain Gagnon, directeur général du Regroupement des associations des personnes handicapées Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

 

• Gilles Read, directeur général du Centre de la communauté sourde du Montréal métropolitain

 

• Hélène Hébert, directrice par intérim du Réseau québécois pour l’inclusion sociale des personnes sourdes et malentendantes

 

• Hélène Lépine, présidente du conseil d’administration de l’INEEI-PSH

 

• Huguette Vigneau, directrice de l’Association des personnes handicapées visuelles BSL

 

• Jacques Lapointe, directeur général de Vie autonome Montérégie

 

• Jasmine Lebreux, coordonnatrice de l’Association des personnes handicapées secteur Estran de Grande-Vallée

 

• Jean Lavallée, président de Parkinson Côte-Nord

 

• Jean-Michel Bernier, président du conseil d’administration du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la Capitale-Nationale

 

• Joanie Poirier, directrice générale de l’Association des personnes handicapées visuelles de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine

 

• Julie Brousseau, directrice générale d’Audition Québec

 

• Julie Dubé, coordonnatrice d’événements au Module d’épanouissement à la vie de Sept-Îles

 

• Karine Descôteaux, directrice générale de l’Association éducative et récréative des aveugles

 

• Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne d’abord du Québec

 

• Mara Audet Leblanc, directrice générale de l’Association lavalloise pour le transport adapté inc.

 

• Marie Turcotte, directrice générale d’Ex æquo

 

• Marie-Chantal Lépine, présidente du Mouvement Personne d’abord de Saint-Eustache

 

• Marie-Hélène Bolduc, vice-présidente des programmes et services de Dystrophie musculaire Canada

 

• Mathieu Francœur, coordonnateur du Mouvement des personnes handicapées pour l’accès aux services

 

• Michel Aubut, président du Mouvement Personne d’abord du Québec Métropolitain

 

• Nathalie Ladouceur, présidente du Mouvement Personne d’abord de Laval

 

• Olivier Villeneuve, directeur du Mouvement Personne d’abord de Saint-Jérôme

 

• Pascale Dussault, directrice générale du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain

 

• Patrick Fougeyrollas, conseiller scientifique et aux relations publiques du Réseau international sur le Processus de production du handicap

 

• Paul Lupien, président par intérim de la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec

 

• Pierre Schram, directeur général de l’audiothèque L’Oreille qui lit

 

• Pierre-Yves Lévesque, président de PIMO

 

• René Binet, directeur général du Regroupement des personnes handicapées visuelles (régions 03-12)

 

• Richard Lemieux, directeur général de l’Association des personnes handicapées visuelles de l’Outaouais

 

• Roland Savard, directeur général de l’Association québécoise des parents d’enfants handicapés visuels

 

• Smaille Pierrilus, directeur général de l’AMEIPH

 

• Serge Poulin, directeur général du Regroupement des usagers du transport adapté et accessible de l’île de Montréal

 

• Carole Sirois, directrice de l’Association de la fibromyalgie Manicouagan et Fatigue chronique

 

• Sophie Lanctôt, de Société Logique

 

• Steve Ouimet, directeur de l’Association la Croisée

 

• Sylvain Brouillard, directeur général de Vie Autonome-Montréal

 

• Sylvie Girard, coordonnatrice de l’Association des personnes avec difficultés visuelles de Manicouagan

 

• Sylvie Vaillancourt, directrice générale de la Table de concertation des associations de personnes handicapées Côte-Nord

 

• Tamara-Jeanne Dubé, directrice par intérim de l’Association des personnes avec une déficience de l’audition

À voir en vidéo