Le déclin américain

«C’est une erreur de débutant du gouvernement Biden qui coûtera très cher à long terme. Ironiquement, probablement plus cher que les 20 années de guerre en Afghanistan», écrit l'auteur.
Photo: Javed Tanveer Agence France-Presse «C’est une erreur de débutant du gouvernement Biden qui coûtera très cher à long terme. Ironiquement, probablement plus cher que les 20 années de guerre en Afghanistan», écrit l'auteur.

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Les États-Unis sont en déclin et ne semblent pas vouloir remonter la pente. Vous l’auriez bien compris, les souris ne resteront pas souris très longtemps, et le chat encore moins.

L’alliance sino-russe est en extase à la vue de la débâcle militaire en Afghanistan. L’Occident ne peut que s’inquiéter des conséquences à venir d’un tel échec américain.

C’est une erreur de débutant du gouvernement Biden qui coûtera très cher à long terme. Ironiquement, probablement plus cher que les 20 années de guerre en Afghanistan.

L’Europe tremble déjà d’inquiétude devant les vagues migratoires à venir, la Turquie ayant déclaré récemment qu’elle ne gardera pas les réfugiés afghans. Les citoyens européens seront certainement les deuxièmes victimes de cette crise, après le peuple afghan.

Il est particulièrement étonnant d’entendre le président américain, Joe Biden, dire que la situation est aussi bonne qu’elle puisse l’être. Concrètement, au-delà du ridicule des paroles du président, la situation risque d’être grandement dommageable à la réputation internationale des États-Unis et à la confiance de leurs alliés.

Les États-Unis ont réarmé et modernisé les forces talibanes, renversant de ce fait la stabilité régionale. Or, ce ne sont plus les États-Unis qui ont le gros bout du bâton, mais bien les talibans. Donnant un avertissement aux forces occidentales, les talibans refusent catégoriquement la prolongation de l’évacuation des citoyens occidentaux et des troupes de l’OTAN au-delà du 31 août.

Échec coûteux

J’entends souvent l’argument que la majorité des Américains étaient favorables à un retrait militaire de l’Afghanistan. Oui, cela est véridique. Néanmoins, en tant que commandant en chef des armées, Biden a la responsabilité ultime de garantir la sécurité et le bien-être du peuple américain et, par extension, ceux de ses alliés. C’est un échec qui lui coûtera probablement sa présidence.

Le rôle d’un chef d’État est aussi d’ignorer les opinions du peuple, aussi majoritaires soient-elles, lorsque celles-ci sont en contradiction avec les connaissances des agences d’intelligence et les conséquences prévisibles d’un tel retrait chaotique et sans condition pour freiner les talibans.

Le déni du président américain de la gravité de la situation est particulièrement troublant. Pourtant, de nombreux chefs d’État occidentaux et parlementaires se sont exprimés de manière très critique dans les derniers jours, notamment la chancelière allemande, Angela Merkel.

Les grands gagnants de la débâcle américaine seront assurément la Russie et la Chine. Nous savons avec certitude que la Chine a pour objectif d’envahir et de conquérir Taiwan au cours des prochaines années. Ce n’est pas mon opinion, Xi Jinping l’a déclaré lui-même lors de la fête du centenaire du Parti communiste chinois.

Les Américains ont fourni à la Chine la preuve de l’impuissance militaire des États-Unis et de la faiblesse de ses dirigeants. Lorsque la Chine sera prête à envahir Taiwan, nous pourrons tous pointer le gouvernement Biden pour son échec géostratégique.

Je conclus avec les mots du fondateur du Parti communiste chinois, Mao Zedong : « Le monde est dans le chaos ; la situation est excellente. »

À voir en vidéo