N’encouragez pas ce genre de manifestation

«S’il vous plaît, je vous le demande, soyez responsable des informations que vous partagez sur les réseaux sociaux qui peuvent décourager les gens des mesures en place», plaide l'auteur.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne «S’il vous plaît, je vous le demande, soyez responsable des informations que vous partagez sur les réseaux sociaux qui peuvent décourager les gens des mesures en place», plaide l'auteur.

Samedi a eu lieu une manifestation monstre (30 000 personnes) contre les mesures sanitaires. On n’y voyait que (très) peu de masques et on y scandait que les droits et libertés des Québécois ne sont pas respectés.

Il me semble que la propagation du virus est inévitable dans ce genre de rassemblement. Peut-être que je me trompe. La majorité des participants ne doit pas être vaccinée encore (ou par choix), les gens sont physiquement proches les uns des autres et ne portent majoritairement pas de masque.

Ce genre de rassemblement brime mes droits et libertés, ceux de tous les autres Québécois et Québécoises, mais surtout les droits de tous les gens qui sont présentement en attente d’une chirurgie au Québec. À cause du délestage. Vous connaissez ?

Chaque cas supplémentaire de COVID-19 qui aurait pu être évité vous éloigne de votre remplacement de genou, de votre traitement de cette hernie qui fait si mal, de votre fermeture d’iléostomie, de l’opération de votre hernie discale qui vous empêche de dormir et de travailler. Chaque cas supplémentaire de COVID-19 qui aurait pu être évité vous éloigne de votre guérison. En vérité, c’est vrai pour chaque patient pour qui l’hospitalisation pourrait être évitée.

Le Québec vit présentement une pénurie grave d’infirmières. La pandémie n’est pas la seule coupable, mais c’est la goutte qui fait déborder le vase. Le vase va finir par s’écrouler à cause du manque de prudence.

Nos blocs opératoires sont en train de se faire dépouiller d’infirmières indispensables pour faire avancer la fameuse « liste d’attente ».

J’ai des collègues orthopédistes qui opèrent une fois par mois. Un bloc opératoire dans ma région a été forcé de fermer ses chirurgies non urgentes pour quatre semaines. Dans mon bloc opératoire, nos infirmières iront travailler de soir ou de nuit aux urgences et aux soins intensifs, délestant ainsi les chirurgies de jour. Bien d’autres vivent du délestage ou sont en menace de compression de personnel imminente.

Je parle en mon nom, mais je ne suis pas le seul médecin chirurgien inquiet. Très inquiet de cette situation.

Comme citoyen, il y a peu à faire malheureusement, sauf de bien respecter les règles en place. Chaque fois que quelques patients COVID-19 entrent dans un hôpital qui dépasse ses capacités, une infirmière quelque part devra aller donner un coup de main dans une unité autre que la sienne… et la chaîne déboule. Et ça déboule jusqu’au bloc opératoire.

S’il vous plaît, je vous le demande, soyez responsable des informations que vous partagez sur les réseaux sociaux qui peuvent décourager les gens des mesures en place. Surtout, n’encouragez pas ce genre de manifestation.

Merci de tout cœur.

5 commentaires
  • Cyril Dionne - Abonné 4 mai 2021 08 h 27

    « Le silence restera la manifestation surréaliste la plus recommandable » Georges Heinen

    D’emblée, on doit le dire, la plupart des gens sont des fervents supporteurs des mesures sanitaires. Ils ne le font pas les autres; ils le font pour eux-mêmes. Si vous vous protégez vous-même, vous protégez les autres. Les vaccins sont la lumière à la fin du tunnel. On n’a pas beaucoup de temps à perdre avec les conspirationnistes de tout acabit qui ont raison une fois sur dix et dont le raisonnement n’est pas basé sur une démarche scientifique.

    On sympathise avec les travailleurs de la santé, eux qui sont sur la ligne de front de la crise sanitaire depuis mars 2020. Ils doivent avoir hâte de reprendre leur souffle ou même, de penser à prendre des vacances.

    Ce qui est incompréhensible, c’est le nombre de manifestants venus de partout à leur frais pour la manifestation qui a eu lieu à Montréal cette fin de semiane. Écouter un politicien qui lorsqu’il était ministre au sein du gouvernement de Stephen Harper, il avait oublié des documents classés secrets d’une extrême importance et d’une telle sensibilité chez sa compagne du temps, Julie Couillard, l’ex des clan mafieux des Nomads et des Hells Angels. Wow!

    Ceci dit, oui on peut condamner cette manifestation, mais où étaient nos grands défenseurs de la pureté morale lorsque des milliers de manifestants le 20 juin 2020, pancartes anglophones incluses, se sont pointés à Montréal, à Québec et à Sherbrooke pour sensibiliser les politiciens à l'urgence d'agir face au racisme suite au meurtre de George Floyd aux États-désUnis? Vouloir importer des manifestations des USA sur une affaire qui ne nous concernait pas et personne n’a rien dit alors que le Québec connaissait en moyenne, plus de 50 morts dus à la COVID-19 chaque jour? Il semble que certains sont plus égaux que d’autres. Ce qui est bon pour minou, doit être aussi bon pour pitou.

    • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 4 mai 2021 14 h 04

      Vous avez bien raison, Malheureusement, les ignorants ignorent ce qu'ils comprennent pas et ce qu'ils ne voient pas, ils l'ignorent tout autant. et comme vous le répétez souvent: « Misère! »

  • Claude Gélinas - Abonné 4 mai 2021 09 h 43

    Nul ne peut invoquer sa propre turpitude.

    Lorsque l'on refuse de porter assistance à une personne en danger cela constitue une infraction criminelle. Pourtan, par leur aveuglemet volontaire ainsi que leur refus de respecter les règles reliées à la distanciation sociale ainsi qu'à celle de porter un masque ces manifestants mettent leur vie ainsi que celle de leurs proches en danger de mort.

    Et si ce comportement déviant se traduisait en cas d'atteinte du virus par un refus de traitement ou par un refus de l'État d'en assumer les frais il y a fort à parier que leur nombre se réduirait de façon significative.

  • Yannis CORRE - Abonné 4 mai 2021 14 h 56

    Libre de conscience, de parole et d'expression

    Je ne comprends pas ce genre de texte accusateur, diviseur, dans la mouvance de mettre au rebus ceux qui pensent autrement.
    Depuis plus d'un an, il y a eu plusieurs dizaines de manifestations dans le monde (1,2 millions à Berlin l'été dernier), pour les BLM, fête de la musique, etc.
    Il n'y a eu aucun cluster, nada !
    Ca se saurait, on aurait entendu cela dans les médias depuis longtemps.
    Cela fait plus d'un an que ces manifestants demandent un débât public. Rien, n'est fait, on invite tout le temps les mêmes personnes sur les plateau TV pour promouvoir la pensée unique.
    Même maintenant les médecins qui critiquaient ces manifestants il y a un an, retournent leur veste et admettent que les masques en mlieu extérieur (même pendant une manifestation) ne servent strictement à rien.
    Elle sont où vos études qui prouvent l'efficacité des mesures actuelles ? Le confinement ?
    Pourquoi dans les pays où il n'y a plus de confinement depuis des mois (avec <15% de vaccination), les cas et décès sont en chutte libre ?
    Pourquoi de plus en plus de pays décident de traiter les malades ? Ici, on ne jure que par le vaccin. L'Afrique par exemple (1,2 milliards d'hab.) ne relève que 250 décès / jour. C'est la même moyenne qu'en France actuellement ! Et pourquoi ? Car en Afrique les médecins traitent leur patient tôt avec des médicaments peu chers mais efficaces. Ici, comme en France, on décide de ne pas traiter, mais de vacciner.
    Je suis de tout coeur avec le personnel hospitalier.
    Cette crise révèle les lacunes du système de santé depuis des décennies. On crache sur des manifestants qui se battent pour le maintient d'un libre choix, mais on ne critique surtout pas les politiques désastreuses en milieu de santé.
    En France, on promettait l'ajout de 12 000 lits supplémentaires l'été dernier, ils en ont retiré 4 000 !
    Alors, svp, gardez votre salive pour les vrais combats.

  • Christian Roy - Abonné 4 mai 2021 16 h 01

    Tentative d'explication

    Il existe une échelle du développement moral - dite de Kohlberg - qui comprend les niveaux suivants:

    Le jugement moral (source Wikipédia)

    Niveau 1 (5-12 ans): morale pré-conventionnelle. Axé sur le bien-être personnel par l'évitement de punition et l'obtention de récompenses.
    Stade1: orientation de la punition et de l'obéissance à l'autorité; la loi du plus fort.
    Stade 2: orientation du relativisme instrumental; il exige la réciprocité, mais il veut tout de même satisfaire ses besoins personnels.

    Niveau 2 (13-20 ans): morale conventionnelle. Axée sur les règles sociales et les lois.
    Stade 3: orientation de la bonne concordance interpersonnelle; la bonne fille et le bon garçon; chercher l'approbation et à plaire
    Stade 4: obéissance aux lois établies, il ne se pose pas de questions sur la légitimité de la loi et l'ordre

    Niveau 3 (vers 25 ans) : morale post-conventionnelle. Axée sur les principes moraux.
    Stade 5: orientation pour le bien commun; le contrat social. (environ 17% de la population)
    Stade 6: orientation des principes généraux déterminant le bien et le mal; principe d'éthique universelle; peuvent contredire des principes égocentriques et juridiques. (environ 4% de la population).

    Cette grille en est une parmi d'autres.

    À nous de déterminer à quel(s) niveau(x) se situent les manifestants qui ont pris la rue samedi dernier. L'appel à manifester mettait l'accent sur quoi ? On pourrait faire de même en analysant le texte de M. Séguin. À quel(s) niveau(x) fait-il référence ?

    En passant, il s'agit d'un sujet qui pourrait être abordé dans le soit-disant "inutile" cours d'ÉCR, question de donner du tonus à l'éducation à la citoyenneté de notre jeunesse !!!