Réaction de Normand Mousseau à la lettre «Le Québec, champion mondial de la brutalité»

«Le texte publié n’a aucune saveur négationniste ou conspirationniste et cherche plutôt à élargir la réflexion et à proposer des pistes qui réduisent les importants collatéraux causés par les stratégies actuelles», explique l'auteur.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne «Le texte publié n’a aucune saveur négationniste ou conspirationniste et cherche plutôt à élargir la réflexion et à proposer des pistes qui réduisent les importants collatéraux causés par les stratégies actuelles», explique l'auteur.

J’ai appris, à la suite de la publication de mon texte d’opinion, qu’une des cosignataires, Mme Lucie Mandeville, anime une chaîne sur YouTube où elle partage des opinions tendancieuses qui s’éloignent fortement de la réalité, niant, par exemple, l’élection du président Biden aux États-Unis, et certains aspects fondamentaux de la pandémie.

Ce type de propos est en complète opposition avec mon approche qui, comme je l’explique encore dans mon livre paru récemment, s’appuie sur la science prouvée et les données, et rejette toute idée de conspiration à grande échelle sur ce dossier ou d’autres.

Mes premiers contacts avec Mme Mandeville sont survenus en mai dernier, à la suite d’une lettre ouverte que j’avais faite sur la gestion de la pandémie, et, depuis, j’ai échangé quelques fois avec elle sur la question de la Suède, où elle a séjourné plusieurs mois cette année, et la gestion de la pandémie au Québec. À aucun moment, je n’ai senti de position qui s’éloigne de la science et des faits. N’étant pas un habitué des médias sociaux, y compris Facebook et YouTube, je n’avais pas eu vent de ses positions partagées sur ces plateformes.

Cela dit, le texte publié dans Le Devoir est originalement de moi, avec des modifications et des éclaircissements de la part de certains cosignataires. Il n’a aucune saveur négationniste ou conspirationniste et cherche plutôt, dans la foulée de mes interventions précédentes et comme celui de nombreux autres intervenants depuis le début de la pandémie, à élargir la réflexion et à proposer des pistes qui réduisent les importants collatéraux causés par les stratégies actuelles.

Je prends l’entière responsabilité de la liste de cosignataires, des personnes que j’ai rassemblées, qui ne se connaissent pas nécessairement entre elles et qui partagent simplement leur appui au contenu du texte. Ces cosignataires n’ont donc aucune responsabilité quant à la présence de Mme Mandeville parmi ceux-ci ; une présence qui, je le répète, n’influe en rien sur les enjeux que ce texte soulève.


À lire aussi, une précision de Pierre Hélie, cosignataire du texte original, sur nos plateformes numériques.

À voir en vidéo