À Val-David, la démocratie confinée

«Il n’y a jamais eu de volonté de consulter les citoyens dans la décision d’asphalter le sentier du P’tit Train du Nord», estiment les signataires.
Photo: Jean-Pierre Lavoie CC «Il n’y a jamais eu de volonté de consulter les citoyens dans la décision d’asphalter le sentier du P’tit Train du Nord», estiment les signataires.

Confiner : tenir enfermé dans d’étroites limites (Larousse). Il n’y a jamais eu de volonté de consulter les citoyens dans la décision d’asphalter le sentier du P’tit Train du Nord et, pire, on a induit en erreur tant celles et ceux qui ont signifié leur désaccord que celles et ceux qui ne l’ont pas fait.

Dans un concert de voix désordonné, les promoteurs de l’asphalte financés par de l’argent public ont imposé des « certitudes » alors que les opposants ont voulu faire valoir leurs inquiétudes avec les moyens du bord.

L’enjeu : l’intégrité d’un sentier naturel multi-usages appartenant aux Québécoises et Québécois, mais qui a fait l’objet d’un bail à long terme entre le ministère des Transports et une organisation privée qui s’arroge le droit de le dénaturer en l’asphaltant.

Le théâtre : une pandémie mondiale qui restreint la tenue de forums citoyens et qui offre deux voies aux décideurs : imposer des décisions sans consulter les citoyens ou prendre des dispositions pour s’assurer que chacun puisse faire entendre sa voix. On a choisi la première option, blindée par des hôtels de ville fermés, des séances de conseil municipal tenues à huis clos, des informations distillées au compte-gouttes avec un biais favorable aux intérêts des promoteurs et UNE assemblée limitée à 40 personnes offrant un seul point de vue, celui des pro-asphalte.

Les acteurs décisionnels : une administration gouvernementale, la MRC des Laurentides, qui appuie une entité privée, la corporation du Sentier linéaire du P’tit Train du Nord, et des maires indifférents aux doléances de leurs commettants.

Les conséquences : la transformation d’un espace naturel et convivial en une piste privilégiant les cyclistes de performance et les véhicules électriques au détriment des marcheurs, coureurs, cyclistes de randonnée et personnes à mobilité réduite, aux dépens de la sécurité des enfants, des familles, des aînés, des amants du plein air.

Un sondage effectué par Vélo-Québec concluant que les cyclistes préfèrent le bitume sert de caution aux pro-asphalte, qui écartent les propos du directeur du marathon du P’tit Train du Nord, un athlète olympique qui affirme que les coureurs préfèrent l’actuelle poussière de roche, plus clémente pour les articulations et dégageant moins de chaleur. Si ce n’était que ça… Les promoteurs affirment aussi que « l’asphalte est plus écologique » (sic).

Sous le poids de la désapprobation publique, à TROIS JOURS du début des travaux d’asphaltage, la MRC publie un communiqué faisant référence à des expertises censées soutenir les prétentions pro-asphalte. À la lecture de celles-ci, on constate qu’AUCUNE ne permet de faire une telle affirmation, dénoncée par les ingénieurs, les urbanistes, les écologistes…

[…]

La sécurité. Le d.g. du P’tit Train du Nord : « Dans le contre [l’asphalte], il y a l’augmentation de la vitesse. Ce comportement ne va pas arrêter, ça ne va jamais changer. C’est un comportement. » On affirme du même coup vouloir augmenter l’achalandage en « démocratisant » (sic) le sentier pour les véhicules, vélos et planches électriques, sur un sentier maintenant plus étroit après les travaux actuels d’asphaltage.

Les coûts. L’asphalte coûte beaucoup plus cher à poser et à réparer. Prétendre le contraire n’est pas démontrable. Ça ne remet pas en question le bien-fondé d’un investissement public dans le plein air, vecteur de santé. Les mêmes montants auraient permis de consolider la piste (ponceaux, renforcements, végétalisation des fossés) sur des dizaines de kilomètres supplémentaires.

L’entretien. Le revêtement d’asphalte existe à l’extrémité nord du sentier linéaire. On y constate bris, nids-de-poule, crevasses, affaissements… La municipalité de Nominingue y va d’inscriptions « DANGER » peintes sur la voie asphaltée. Réparer ? Les coûts sont trop élevés. C’est le même sentier, la même corporation privée, mais dans une autre MRC…

Pétition. 4000 personnes ont signé une pétition contre l’asphaltage. La réaction de la MRC et des promoteurs : discréditer l’exercice. Seulement « 446 [signatures] proviennent de citoyens du village de Val-David » (sic). Habiter ailleurs le long du sentier ou ailleurs au Québec n’est pas légitime. Si nos institutions n’étaient pas engluées dans les méandres de la COVID, cela aurait plus que largement suffi pour obliger la tenue d’un référendum qui aurait généré une véritable consultation.

[…]

Nous en appelons à une grande vigilance de nos autorités politiques, du premier ministre aux ministres et députés concernés. Nous en appelons aux citoyennes et citoyens qui vivent de telles situations et qui se sentent muselés en cette période dite de confinement. Rien n’autorise de rouler la population comme on roule impunément de l’asphalte sur un sentier naturel.

*Ce texte est signé par une dizaine de citoyens de Val-David: 
Alfred Pilon, avocat, citoyen de Val-Morin
Denis Charlebois, ex-conseiller de Val-David
Nicole Davidson, ex-mairesse de Val-David
Bernard Derome, journaliste, citoyen de Val-David
René Derouin, artiste, fondateur des Jardins du précambrien, citoyen de Val-David
Isabelle Gagnon-Zeberg, enseignante en arts, citoyenne de Val-David
Daniel Hogue, artiste, professeur au Cégep du Vieux-Montréal, citoyen de Val-David
Louis Horvath, poète, informaticien et artiste fractal, usager
Catherine Lefèvre, contrebassiste Orchestre Métropolitain, citoyenne de Val-David
Lucie Mayer, artiste lyrique et professeure, usagère
Isabelle Mougeot, artiste, citoyenne de Val-David


 
8 commentaires
  • Daphnee Geoffrion - Abonnée 4 septembre 2020 08 h 12

    Vraiment triste, prendre une si belle marche sur de l'asphalte...

  • Véronique Lebuis - Abonnée 4 septembre 2020 08 h 42

    Parler de développement durable sans en appliquer les principes

    Merci au Devoir d’avoir publié. Je profite de l’espace commentaires pour joindre une partie du texte original lié étroitement à l’enjeu « démocratie » (les promoteurs de l'asphalte placardent toutes leurs communications sur le P'tit Train du Nord comme étant un projet de développement durable) :
    « Un projet de développement durable » (sic) – Absolument rien n’en respecte les principes, notamment la participation de la population aux décisions, la subsidiarité, l’efficacité économique, l’écologie et l’environnement… Le fin mot à la DG de la MRC des Laurentides : « au sens de la loi, on n’avait pas à faire de consultation publique ».
    -Alfred Pilon

  • Robert Bérubé - Abonné 4 septembre 2020 09 h 32

    Que faire...

    À la lumière de ces informations éclairantes sur le non-respect de la démocratie et à 3 jours du début des travaux, pourquoi ne pas mettre des bâtons dans les roues des entrepreneurs en levant un blocus.

    Robert Bérubé, Val-David

    • Pierre Raymond - Abonné 4 septembre 2020 12 h 49

      Suggestion que j'aime bien. Dommage que je ne sois résident.

  • Michel Pasquier - Abonné 4 septembre 2020 09 h 40

    Dénaturer la nature

    Je ne fréquente pas ce sentier mais je fréquente très régulièrement celui de ma région et je me permet les observations suivantes :
    Il est logique que certaines sections d’un sentier soient asphaltées, soit celles qui sont régulièrement ravinées par les eaux de pluie et qui nécessitent de ce fait des réparations régulières.
    N’y a-t-il rien de plus important que d’asphalter un sentier à usages multiples pour des cyclistes qui ne l’utiliseront que quelques mois par année ?
    Promenez vous en famille sur un de ces sentiers à usages multiples et vous aurez inévitablement à faire face à l’un de ces cyclistes qui arrivera derrière vous et qui sonnera comme un malade parce que vous altérez sa performance. Et ce problème est maintenant amplifié avec l’avènement des vélos électriques.
    J’ai beaucoup fréquenté les sentiers de plusieurs parcs du sud des USA et je n’ai jamais entendu quelqu’un sonner mais à chaque fois celui qui arrivait derrière moi disait : vélo à ta gauche ou cheval à ta droite à une distance suffisante pour ne pas être surpris, de sorte que je savais de quel côté me ranger. Et lorsque cette personne arrivait à ma hauteur elle m’avertissait : 2 autres en arrière de moi. Ceci faisait d’ailleurs partie des consignes que nous donnions aux visiteurs. Il est sans doute temps de faire de l’éducation chez nous.
    Asphaltez les sentiers et bientôt il y aura des demandes pour installer des bornes de recharge pour les vélos électriques, ensuite il faudra installer des relais WIFI pour être en mesure d’envoyer sans délai une photo du chevreuil surpris dans le sous bois.
    Misère, faut il être aliéné pour ne plus être capable de vivre quelques heures sans les gadgets de la vie moderne !

  • Marcel Vachon - Abonné 4 septembre 2020 11 h 33

    ...et pourtant....

    J'ai signé la compétition, demeure à Val-David depuis 6 ans et utilise cette belle piste vers le nord régulièrement. Entretenir une piste en terre batue nécessite très peu de frais. J'ai hâte d'entendre la direction répondre aux très prochaines demandes de réparations. "On n'a pas le budget pour ça". Les gens viennent ici pour la nature et on va les recevoir sur l'asphalte. Pauvre nous.