Le temps presse!

«Nous vous demandons de surseoir à cette décision et, du même souffle, de rapatrier la responsabilité de la préservation du site du patrimoine de la Maison-du-Chanoine-Lionel-Groulx au ministère de la Culture et des Communications en modifiant le statut du site pour qu’il soit désormais classé patrimonial», écrivent les auteurs.
Photo: Hubert Hayaud Le Devoir «Nous vous demandons de surseoir à cette décision et, du même souffle, de rapatrier la responsabilité de la préservation du site du patrimoine de la Maison-du-Chanoine-Lionel-Groulx au ministère de la Culture et des Communications en modifiant le statut du site pour qu’il soit désormais classé patrimonial», écrivent les auteurs.

Lettre à la ministre de la Culture, Nathalie Roy.

Faisant suite à l’article paru dans Le Devoir le 16 juillet dernier, permettez-nous de vous exprimer notre vive inquiétude et notre profonde déception devant la décision de l’administration de la Ville de Vaudreuil-Dorion de consentir au saccage du site du patrimoine de la Maison-du-Chanoine-Lionel-Groulx, érigé en 1872, situé au 150, chemin des Chenaux.

Nous vous demandons aujourd’hui de suspendre, à titre de ministre de la Culture et responsable de la préservation du patrimoine, la décision prise par la municipalité de Vaudreuil de subdiviser la propriété en trois petits lots très étroits pour y permettre la construction, très rapprochée, de deux nouvelles résidences et d’y abattre une trentaine d’arbres, dont certains sont centenaires, enlevant ainsi tout attrait à ce site d’exception, chargé d’une riche histoire.

Pour mémoire, Lionel Groulx, figure marquante de l’histoire du Québec, y a vécu toute son enfance et a témoigné durant toute sa vie, notamment à travers son œuvre littéraire, de son attachement profond à cette maison, ainsi qu’à sa région natale.

De nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’inaction de l’administration de la Ville devant ce site, qui ne s’acquitte pas de ses responsabilités pour assurer la conservation de la maison natale de Lionel Groulx, bien qu’elle soit citée comme site patrimonial depuis plusieurs années, telles que celles de l’ancien député de Vaudreuil-Soulanges et regretté Paul Gérin-Lajoie, de l’organisme Héritage Montréal, ainsi que du principal soussigné et ancien propriétaire de la maison, qui a fait appel à la municipalité à de nombreuses reprises pour soutenir la préservation de ce site d’exception.

En effet, cette classification devrait lui assurer la protection de l’enveloppe extérieure des constructions et du terrain, ce qui n’est malheureusement pas le cas, comme nous pouvons le constater.

Le temps presse puisque la subdivision acceptée par la Ville n’a pas encore reçu l’approbation de votre ministère. Voilà pourquoi nous vous demandons de surseoir à cette décision et, du même souffle, de rapatrier la responsabilité de la préservation du site du patrimoine de la Maison-du-Chanoine-Lionel-Groulx au ministère de la Culture et des Communications en modifiant le statut du site pour qu’il soit désormais classé patrimonial, plutôt que cité comme tel.

Nous vous remercions à l’avance de l’attention que vous porterez à notre demande et nous vous prions de recevoir, madame la Ministre, l’expression de nos sentiments respectueux.

* Signataires de cette lettre:

Jean Hénault, ancien propriétaire de la maison natale de Lionel Groulx et récipiendaire du prix annuel du Mérite patrimonial du Musée régional de Vaudreuil-Soulanges

Jacques Girard, président de la Fondation Lionel-Groulx

Myriam D’Arcy, directrice générale de la Fondation Lionel-Groulx

Lisa Baillargeon, professeure titulaire et directrice de l’Institut du patrimoine de l’UQAM

Jacques Beauchemin, professeur au département de sociologie de l’UQAM et administrateur de la Fondation Lionel-Groulx

Léopold Beaulieu, fondateur et ex-p.-d.g. de Fondaction, président de l’Institut québécois des métiers patrimoniaux du bâtiment et administrateur de la Fondation Lionel-Groulx

Éric Bédard, historien et professeur à l’université TELUQ et administrateur de la Fondation Lionel-Groulx

Raymond Bédard, président de la Société des professeurs d’histoire du Québec

Yves Bergeron, professeur et titulaire de la Chaire sur la gouvernance des musées de l’UQAM

Louise Blanchard, présidente de la Société nationale des Québécois du Suroît

Richard M. Bégin, président de la Fédération Histoire Québec

Charles-Philippe Courtois, Ph. D. et auteur de la biographie intellectuelle de Lionel Groulx

Lucia Ferretti, historienne, professeure titulaire à l’Université du Québec à Trois-Rivières et administratrice de la Fondation Lionel-Groulx

Christian Gagnon, président de la Ligue d’action nationale

François Gérin-Lajoie, président de la Fondation Paul-Gérin-Lajoie

Philip Lapalme, président de la Société de sauvegarde de la mémoire de Félix Leclerc à Vaudreuil-Dorion et administrateur de la Société nationale des Québécois du Suroît

Robert Laplante, directeur de L’action nationale

Maxime Laporte, avocat et président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal

Alain Martineau, premier vice-président, Mouvement national des Québécoises et Québécois

Micheline Paradis, ASC et administratrice de la Fondation Lionel-Groulx

Christian Picard, protecteur de la maison Boileau de Chambly

Benoit Roy, président du Rassemblement pour un pays souverain

Louis Tremblay, président des Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ)

Pierre Trépanier, professeur retraité d’histoire, Université de Montréal, et coéditeur de Correspondance de Lionel Groulx

1 commentaire
  • Joël Tremblay - Abonné 6 août 2020 20 h 43

    Il faut bâtir des condos ou un Starbucks...

    Il faut faire des sacrifices...