À qui appartient la langue française?

«La rédaction inclusive poursuit deux objectifs: respecter le genre de chaque personne lorsqu’on a à désigner, et témoigner de l’existence de personnes autres que des hommes», soutiennent les auteurs.
Photo: iStock «La rédaction inclusive poursuit deux objectifs: respecter le genre de chaque personne lorsqu’on a à désigner, et témoigner de l’existence de personnes autres que des hommes», soutiennent les auteurs.

Dès qu’il est question de la langue française, le Québec tend une oreille attentive. Nous écoutons, nous questionnons, nous commentons. Le français est un sujet qui enflamme les passions.

Nous l’avons bien vu ces dernières semaines, quand la Ville de Montréal a annoncé l’adoption des recommandations de l’Office québécois de la langue française (OQLF) en matière de langue inclusive, pour rendre visible l’existence des femmes dans ses communications.

Certaines personnes ont accusé la Ville de ne pas avoir suivi les conseils de linguistes, ce qui est faux, puisqu’elle adopte les recommandations des linguistes de l’OQLF. Ces mêmes personnes se sont offusquées que la Ville ait consulté des juristes (dont l’un rédige cette lettre) afin de comprendre l’incidence de la rédaction inclusive sur l’interprétation des règlements municipaux en droit. Conclusion ? La Ville n’aurait pas de droits sur notre langue.

Un point important semble avoir été omis : un changement dans les pratiques linguistiques institutionnelles de la Ville n’entraîne d’obligations que pour elle-même. Il ne dicte pas comment la population doit s’exprimer dans la sphère privée ou dans un contexte informel.

Au-delà de cette nuance, les vives réactions sur le sujet font réfléchir à l’attitude que nous avons à l’égard de la langue. Si la Ville de Montréal ne peut pas décider elle-même de féminiser ses communications, qui peut prendre cette décision ? Autrement dit, si la personne qui tient le stylo ne peut pas décider de féminiser, qui peut le faire pour elle ? À qui appartient la langue française ?

Les linguistes descriptivistes s’entendent sur la réponse : la langue française appartient aux francophones. Le français nous appartient.

Il est donc légitime que la Ville de Montréal institutionnalise une pratique d’écriture fort répandue dans l’usage du français québécois. Pourquoi pensons-nous autrement ?

Les personnes s’opposant à l’écriture inclusive invoquent parfois les directives de l’Académie française. Ironiquement, elle ne compte ni linguiste, ni lexicologue, ni grammairien ou grammairienne. Son approche quant à la langue n’est pas de décrire son usage, mais plutôt de le prescrire. Elle se donne d’ailleurs pour mission « de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences » (Article XXIV, Statuts et règlements, 1635).

Bien que l’objectif soit louable, il va sans dire que déterminer la pureté et l’éloquence d’une langue est un processus parsemé de subjectivité.

Le Québec a plutôt choisi le respect de l’usage, qu’il a enrichi en se dotant d’une institution qui a pour mission de promouvoir le français, de surveiller son évolution et d’assister les personnes dans l’enrichissement de leur français parlé et écrit : l’Office québécois de la langue française.

C’est dans le cadre de ce mandat conféré par la Charte de la langue française que l’OQLF prend le pouls de l’usage, notamment relativement à la rédaction inclusive, et donne des recommandations pour unifier le français québécois.

À cet égard, l’OQLF publie en 2007 Avoir bon genre à l’écrit : Guide de rédaction épicène. L’organisme y propose d’utiliser le féminin pour désigner des femmes (ex. : la mairesse Plante), d’employer des formulations ne référant pas au genre (ex. : la population montréalaise), et d’employer également le féminin et le masculin (ex. : les Montréalaises et Montréalais). Cette proposition a été développée par des linguistes. Ce sont ces mêmes recommandations que la Ville de Montréal vient tout juste d’adopter.

La rédaction inclusive poursuit deux objectifs : respecter le genre de chaque personne qu’on a à désigner, et témoigner de l’existence de personnes autres que des hommes.

Reconnaître qu’une personne existe constitue une étape primordiale, mais pas la seule, pour la respecter. Puisqu’il n’y a pas que des hommes en ce monde, il est logique de ne pas nommer que ceux-ci. Le respect et l’inclusion : voilà les valeurs qui habitent la rédaction épicène. Difficile d’en faire un scandale.

Nous vous surprendrons peut-être : le texte que vous venez de lire respecte les recommandations de l’OQLF sur la rédaction épicène, soit celles que vient d’adopter la Ville de Montréal ! Est-il une « aberration illisible » ?

À voir en vidéo