Le Rideau Vert s’indigne!

Denise Filiatrault
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Denise Filiatrault

En ces temps difficiles de pandémie, le Théâtre du Rideau Vert (TRV) se voit doublement affligé. Non seulement il est coupé de son public, mais il vient en outre de recevoir une mauvaise nouvelle qui assombrit son avenir.

Le Conseil des arts du Canada (CAC) vient de lui refuser encore une fois une subvention d’aide au fonctionnement. C’est donc dire qu’il reçoit zéro dollar. Ces subsides auraient pu apporter un soutien essentiel à notre théâtre, le seul de son importance à subir ce désaveu de la part du CAC. En effet, depuis 2009, le Rideau Vert se voit systématiquement privé de cet apport financier.

N’obtenant plus le statut d’institution auprès du gouvernement fédéral, il n’a donc plus accès au programme d’aide au fonctionnement et il n’est plus évalué au même titre que les autres institutions théâtrales du Québec. Pourtant, en tant que plus ancien théâtre professionnel d’expression francophone au Canada, le Rideau Vert est respecté de tous.

Notre théâtre a toujours fait l’objet d’une notoriété enviable et a démontré sa capacité de réaliser son mandat en présentant du théâtre ouvert, offert à tous et toutes. Le TRV joue son rôle de façon exemplaire dans la communauté, il affiche une excellente santé financière, et sa gouvernance veille au grain de façon tout aussi exemplaire. Appuyée par de nombreux artistes, abonnés, donateurs et partenaires, notre grande institution culturelle mérite d’être appuyée aussi par toutes les instances qui soutiennent les arts vivants.

Des artistes de renom y présentent régulièrement des projets. Des metteurs en scène et des acteurs chevronnés, de même que de jeunes créateurs et interprètes y travaillent dans d’excellentes conditions. Le public s’y presse assidûment. Notre théâtre est un espace de création vivant et tourné vers l’avenir.

En tant que directrice artistique de ce théâtre depuis 2004, je conçois difficilement les raisons qui perpétuent un tel refus à nous octroyer les fonds essentiels au maintien de l’excellence artistique, au développement et à la prise de risques, à l’instar des autres institutions.

Je suis indignée de voir notre théâtre subir un tel traitement.

Je considère qu’il est grand temps que le Rideau Vert reprenne la place et le statut qui lui reviennent et je demande au Conseil des arts du Canada de reconnaître l’institution qu’est le Rideau Vert et de le soutenir à sa juste valeur.


*
Avec l’appui de plus de 200 signataires : Stéphan Allard, comédien et metteur en scène ; Charli Arcouette, comédienne ; Viviane Audet, comédienne et chanteuse ; Jean Bard, scénographe ; Marie-Evelyne Baribeau, comédienne ; Jean-Luc Bastien, metteur en scène ; Lucie Bazzo, conceptrice d’éclairages ; Marc Béland, comédien ; Réal Benoît, concepteur de de décors ; Nabila Ben Youssef, comédienne ; Annick Bergeron, comédienne ; Denis Bernard, comédien et metteur en scène ; Micheline Bernard, comédienne ; Éric Bernier, comédien ; Emmanuel Bilodeau, comédien ; Markita Boies, comédienne ; Michel Marc Bouchard, auteur ; Raymond Bouchard, comédien ; Denise Boucher, autrice ; Serge Boucher, auteur ; Simon Boudreault, comédien, auteur et metteur en scène ; Luc Bourgeois, comédien ; Marilyse Bourke, comédienne ; David Boutin, comédien ; Rémi Brousseau, gestionnaire culturel ; Stéphane Brulotte, comédien ; Éric Bruneau, comédien ; Amélie Bruneau-Longpré, conceptrice de maquillages et coiffures ; Linda Brunelle, conceptrice de costumes ; Anne-Marie Cadieux, comédienne ; Madeleine Careau, professionnelle du milieu des arts ; Normand Carrière, comédien ; Jean-François Casabonne, comédien ; France Castel, comédienne et chanteuse ; Marie Charlebois, comédienne ; Jean-Pierre Chartrand, comédien ; Henri Chassé, comédien et metteur en scène ; Violette Chauveau, comédienne ; Rosine Chouinard-Chauveau, comédienne ; Terry Cipelletti, artiste visuelle ; Véronique Claveau, comédienne ; Sophie Clément, comédienne et metteuse en scène ; Robin-Joël Cool, comédien et compositeur ; Patrice Coquereau, comédien ; Florence Cornet, conceptrice de maquillages et coiffures ; Michel Côté, comédien ; Pierre Curzi, comédien ; René Richard Cyr, comédien et metteur en scène ; Jean Marc Dalpé, auteur et comédien ; Julie Daoust, comédienne ; Chantal Dauphinais, chorégraphe et daneuse ; Charles Dauphinais, metteur en scène ; Philippe David, comédien ; Serge Denoncourt, metteur en scène ; Marc Déry, auteur-compositeur-interprète ; Josée Deschênes, comédienne ; Yves Desgagnés, metteur en scène ; Patricia Deslauriers, musicienne ; Mireille Deyglun, comédienne ; Sébastien Dionne, concepteur de costumes ; Anne Dorval, comédienne ; Isabelle Drainville, comédienne ; Martin Drainville, comédien ; Sylvie Drapeau, comédienne ; Charles-Alexandre Dubé, comédien ; Chantal Dumoulin, comédienne ; Muriel Dutil, comédienne ; Rose-Maïté Erkoreka, comédienne ; Vincent Fafard, comédien ; Marie-Hélène Falcon, gestionnaire culturelle ; Françoise Faucher, comédienne ; Martin Faucher, metteur en scène ; Sophie Faucher, comédienne ; Martin Ferland, concepteur de décors ; Louise Forestier, chanteuse ; Marie-Thérèse Fortin, comédienne et metteuse en scène ; Catherine Gadouas, compositrice et conceptrice musicale ; Nathalie Gadouas, comédienne et danseuse ; Maxim Gaudette, comédien ; Jean Gaudreau, compositeur et concepteur sonore ; Rémy Girard, comédien ; Noémie Godin-Vigneau, comédienne ; Alexia Gourd, comédienne et chanteuse ; Alain Grégoire, consultant dans le domaine des arts vivants ; Pierre-Olivier Grondin, chanteur et comédien ; Luc Guérin, comédien ; Brigitte Haentjens, metteuse en scène ; Louise Harel, ex-députée, ministre et Présidente de l’Assemblée nationale du Québec ; Suzanne Harel, conceptrice de costumes ; Lorraine Hébert, consultante en arts de la scène ; Xavier Huard, comédien ; Ariel Ifergan, comédien ; Mayi-Eder Inchauspé, travailleuse culturelle ; Stéphane Jacques, comédien ; Yves Jacques, comédien ; Alain Jenkins, concepteur d’accessoires ; Lynda Johnson, comédienne ; Carmen Jolin, gestionnaire culturelle ; Judy Jonker, conceptrice de costumes ; Émilie Josset, comédienne et chanteuse ; Albert Kwan, comédien ; Michelle Labonté, comédienne ; Catherine-Audrey Lachapelle, comédienne ; Belkacem Lahbaïri, comédien ; Émilie Lajoie, comédienne et autrice ; Marie-France Lambert, comédienne et metteuse en scène ; Philippe Lambert, gestionnaire culturel ; Joëlle Lanctôt, comédienne ; Laurent Lapierre, professeur émérite ; Steve Laplante, comédien ; Claude Laroche, comédien ; Marie-Christine Larocque, travailleuse culturelle ; Martin Larocque, comédien ; Roger La Rue, comédien ; Caroline Lavigne, comédienne ; Daniel Leblanc, auteur ; Julie Le Breton, comédienne ; Jean Leclerc, metteur en scène ; Natalie Lecompte, comédienne et metteuse en scène ; Véronique LeFlaguais, comédienne ; Marc Legault, comédien ; Claude Lemelin, assistant metteur en scène et concepteur sonore ; François Létourneau, auteur et comédien ; Macha Limonchik, comédienne ; Pierre-Étienne Locas, scénographe et concepteur de décors ; Mathieu Lorain Dignard, comédien ; Dominic Lorange, comédien et chanteur ; Laurent Lucas, comédien ; Pierre MacDuff, consultant dans le domaine culturel ; Jean Maheux, comédien ; Nathalie Mallette, comédienne ; Jean Marchand, comédien et musicien ; Denis Marleau, metteur en scène ; Alexis Martin, comédien ; Sylvain Massé, comédien ; Benoît Mauffette, comédien ; Benoît McGinnis, comédien ; Marc Messier, comédien ; Jonathan Michaud, comédien ; Luc Michaud, auteur ; Diane Miljours, travailleuse culturelle ; Monique Miller, comédienne ; Pascale Montreuil, comédienne ; Michel Monty, metteur en scène ; Marilou Morin, comédienne ; Olivier Morin, comédien ; Yves Morin, concepteur sonore et musical ; Guy Nadon, comédien ; Ginette Noiseux, conceptrice de costumes ; Danièle Papineau-Couture, ex-consultante en communications culturelles et événementielles ; Benoît Paquette, comédien ; Laurent Paquin, humoriste et comédien ; Catherine Paquin-Béchard, comédienne ; Renaud Paradis, comédien ; Éric Paulhus, comédien ; Julie Pelletier, habilleuse et assistante aux costumes ; Luce Pelletier, metteuse en scène ; Lorraine Pintal, metteuse en scène ; Myriam Poirier, comédienne ; Louise Portal, comédienne ; Serge Postigo, comédien et metteur en scène ; Sylvie Potvin, comédienne ; Dominic Quarré, auteur ; Dominique Quesnel, comédienne ; Mathieu Quesnel, comédien ; Adèle Reinhardt, comédienne ; Claire Renaud, conceptrice d’accessoires ; Gilles Renaud, comédien ; Monique Richard, comédienne et chanteuse ; Geneviève Rioux, comédienne ; Philippe Robert, comédien ; Pierrette Robitaille, comédienne ; Sylvie Rolland Provost, conceptrice de maquillages et coiffures ; Simon Rousseau, comédien ; Bruno Rouyère, illustrateur et musicien ; Gabriel Sabourin, comédien ; Sylvain Scott, comédien ; Catherine Sénart, comédienne ; Marc Senécal, concepteur de costumes et scénographe ; René Simard, chanteur, comédien et metteur en scène ; Linda Sorgini, comédienne ; Marie-Eve Soulard-La Ferrière, comédienne ; Robert Spickler, gestionnaire culturel ; Cynthia St-Gelais, conceptrice de costumes ; Guillaume St-Laurent, compositeur et concepteur musical ; Marc St-Martin, comédien et metteur en scène ; Marie-Hélène Thibault, comédienne ; Marie Tifo, comédienne ; Frédérick Tremblay, comédien et musicien ; Guylaine Tremblay, comédienne ; Michel Tremblay, auteur ; Denis Trudel, comédien et homme politique ; Louise Turcot, comédienne ; Marie Turgeon, comédienne ; Gilbert Turp, comédien ; Martin Vachon, comédien ; Rebecca Vachon, comédienne ; Sonia Vachon, comédienne ; Tammy Verge, comédienne ; Catherine Vidal, metteuse en scène ; Isabelle Vincent, comédienne ; Maryse Warda, traductrice ; Alain Zouvi, comédien et metteur en scène.
7 commentaires
  • Paul Toutant - Abonné 8 juin 2020 05 h 22

    Pourquoi?

    Ce lis ce texte enrageant et je me demande pourquoi le Conseil des arts du Canada ne subventionne pas le Rideau-Vert. J'aimerais que Le Devoir m'éclaire là-dessus. La preuve est faite mille fois que ce théâtre joue un rôle essentiel dans notre culture. Alors, pourquoi? Vite une réponse des institutions visées. Allez, Le Devoir, au travail!

  • Michel Bédard - Abonné 8 juin 2020 08 h 27

    Société déguisée en BS...

    Le CAC vient ''encore une fois'' de refuser au TRV une subvention ''essentielle'' d’aide au fonctionnement. Refus depuis 2009 ! Le TRV n'a plus le ''statut d’institution'' auprès du gouvernement fédéral... Hum, mais pourquoi ? Vu que le TRV affiche une ''excellente'' santé financière, alors pourquoi s'accrocher aux mamelles de l'État, donc voir nos gouvernements comme d'incontournables ''vaches à lait'' ? Est-ce culturel chez-nous ?

  • Claude Bariteau - Abonné 8 juin 2020 08 h 32

    Le Rideu Vert est reconnu par le CAC, mais ne reçoit aucun apport financier de cet organisme canadien.

    Il doit bien y avoir des motifs derrière ces refus. Mme Filiatrault ne les signale pas. Chose certaine, dans le contexte actuel, il y a certainement une justification conjoncture pour que le Rideau Vert reçoive un appui de ce CAC ou, du gouvernement canadien comme appui aux entreprises et institutions en difficulté.

    Les partis fédéraux ont tous obtenus des fonds de compensation pour assurer leur pérennité. Pourquoi le Rideau Vert serait-il privé d'une subvention de pérennité si d'autres institutions analogues reçoivent une aide au fonctionnement ?

    Serait-ce que le CAC ne tient pas compte des effets du coronavirus ? Si c'est le cas, il doit le signaler et transmettre la demande du Rideau Vert là où les partis politiques ont demandé des sous de fonctionnement.

    • Gilles Théberge - Abonné 8 juin 2020 16 h 30

      Même les partis politiques fédéraux vont piger dans la cagnotte des fonds fédéraux.

      Et parmi eux, le parti libéral du Canada.

      Ah j'oubliais, ils sont en difficulté... Ha ha ha ha ha !

  • Daphnee Geoffrion - Abonnée 8 juin 2020 10 h 03

    J'ai toujours un malaise avec des organismes culturels 100% subventionnés par monsieur et madame tout le monde puisque le théâtre en particulier est un loisir de gens aisés et que malgré les subventions le coût d'un billet est inaccessible pour la classe moyenne et que dire des gens qui vivent dans la précarité.
    Oui je suis pour un monde culturel vivant et subventionné si il est accessible à tous, pas juste à une mince tranche de contribuable.

  • Pierre Jasmin - Abonné 8 juin 2020 12 h 09

    Est-ce toujours le label "populaire" qui rend les subventionnaires d'Ottawa frileux?

    N'ayant pas été approché pour signer cette pétition puisque je ne suis pas comédien, je la signerais volontiers comme artiste pour la paix, par respect avec ce que Denise Filiatrault accomplit comme travail, mais aussi pour les racines féministes et sociales de ce théâtre avec la prolétaire Sagouine d'Antonine Maillet et la langue populaire des héroïnes de Michel Tremblay. Que serait notre culture sans ces fleurons qui ont bousculé la tradition de notre théâtre? Même un Jean-Louis Roux le reconnaissait (pour la langue de Tremblay, à la fin de sa vie!). Pourquoi pas l'actuel Conseil des Arts du Canada???