Incertitude et gérants d’estrade

«Ce qui frappe le plus dans ce bruit ambiant de solutions contradictoires — le retour du
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Ce qui frappe le plus dans ce bruit ambiant de solutions contradictoires — le retour du "y a qu’à faire ceci, y a qu’à faire cela" — est l’absence totale de prise en compte de la temporalité des prises de décision en situation d’incertitude et même d’ignorance», écrit l'auteur.

Je me souviens qu’adolescent je regardais les parties de hockey du Canadien de Montréal à la télévision avec mon père. Moi-même amateur et jouant alors dans l’équipe des pee-wee de Montmorency, j’étais toujours un peu irrité d’entendre mon père parler au téléviseur en disant : « mais passe la puck ! »… Je lui rappelais que les joueurs ne l’entendaient pas et que ce n’était pas lui l’entraîneur de l’équipe ; que ce dernier faisait de son mieux en parlant directement à ses joueurs, dont il connaissait mieux les forces et les faiblesses. D’autant plus que ses décisions doivent se prendre en une fraction de seconde quand le joueur regarde ses coéquipiers et décide — dans l’instant — s’il doit faire ou non une passe.

Tout cela me revient à l’esprit en écoutant et en lisant les journalistes et les chroniqueurs habitués à parler de tout — et souvent de rien — et qui, avec une curieuse assurance, avancent leurs solutions spontanées de gros bon sens face à une pandémie d’une ampleur absolument imprévue par les meilleurs experts du monde entier.

Ce qui frappe le plus dans ce bruit ambiant de solutions contradictoires — le retour du « y a qu’à faire ceci, y a qu’à faire cela » — est l’absence totale de prise en compte de la temporalité des prises de décision en situation d’incertitude et même d’ignorance. On inverse alors allègrement, et sans s’en rendre compte, la temporalité : sachant maintenant ce qu’on ignorait il a deux semaines, on demande aujourd’hui, de manière inquisitoriale, pourquoi autant de lits d’hôpitaux ont été libérés, alors qu’il n’y en a qu’un peu plus de 1000 qui sont occupés.

C’est là inverser la flèche du temps et oublier qu’au tout début de nombreux experts pensaient même que ce pourrait n’être qu’une « gripette ». Un peu plus tard, voyant les lits d’hôpitaux des autres pays déborder, on a donc réagi rapidement pour en libérer des milliers en envisageant le pire, seule façon éthique de planifier la santé publique. Or, seul le temps permet d’acquérir des connaissances qui dans ce cas ont évolué à la vitesse de l’éclair et ont donc changé au fil des semaines.

Maintenant qu’on voit ce qui arrive dans les CHSLD et autres institutions pour personnes âgées, nos experts improvisés demandent pourquoi on n’a pas concentré plus tôt les actions en ces lieux. Oubliant là encore une fois que personne ne pouvait prévoir la virulence de ce nouveau virus. En somme, comme on le dit bien en anglais : « damned if you do, damned if you don’t ». Le cas des écoles est analogue : si on ouvre et que la COVID repart, on criera qu’il aurait fallu les garder fermer… ; si on les garde fermées par principe de précaution sanitaire, on dira plus tard que finalement on aurait dû les rouvrir plus tôt… Et ne parlons pas des masques…

La temporalité de la science

Ce que la crise mondiale de la COVID-19 montre clairement pourtant — mais que trop de commentateurs s’évertuent à ignorer —, c’est que la situation est totalement inusitée et que les connaissances prennent du temps à se construire. Ainsi, le fameux indice de transmission de l’épidémie, R0, était évalué en janvier à environ 2,5 ou 3, mais il est depuis quelques jours situé plutôt autour de 4 ou 5. Il est donc infiniment plus virulent, exigeant ainsi une révision sérieuse de ses conséquences.

Or, malgré les incertitudes et les ignorances, il faut bien agir « au temps T » avec les connaissances du temps T et non pas celles à venir du temps T + 1. Évidemment, les décisions au temps T + 2 seront revues à la lumière des nouvelles informations obtenues, donnant alors des arguments à nos gérants d’estrade pour dire « ah ! pourquoi ne pas avoir fait cela au temps T » ? Oubliant encore une fois la temporalité des connaissances et que l’avenir n’est pas prévisible, même par les gourous de l’IA avec leurs algorithmes prétendument intelligents.

Ce que d’aucuns appelleront bientôt des « erreurs » — et qu’une flopée d’avocats toujours à la recherche d’une cause « juste » utiliseront pour poursuivre les hôpitaux et responsables des soins de santé — n’est en fait que le reflet d’une incontournable réalité : toute prise de décision se fait sur la base de connaissances limitées et en temps réel, et non pas après la fin de la partie.

Sachant cela, on ne peut que compatir avec ceux et celles qui ont la lourde responsabilité actuelle de prendre de telles décisions en situation d’incertitude et qui doivent au jour le jour réagir aux nouvelles données. Tout comme le joueur sur la glace qui doit décider ici et maintenant s’il doit passer la rondelle ou tenter lui-même de viser le but. Sachant, bien sûr, qu’après la partie, ils devront supporter les discours des gérants d’estrade qui leur diront alors ce qu’ils auraient dû faire.

À voir en vidéo

À voir en vidéo