De la francophobie

«Aujourd'hui, une haine se déchaîne contre la conception québécoise de la laïcité, conception distincte de la conception dominante au Canada», croit l'auteur.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne «Aujourd'hui, une haine se déchaîne contre la conception québécoise de la laïcité, conception distincte de la conception dominante au Canada», croit l'auteur.

J’ai émigré au Québec il y a cinquante-sept ans. Jamais, ni au Saguenay ni à Québec, je n’ai souffert de discrimination. Au contraire, j’ai reçu un accueil chaleureux et stimulant. Certes, je ne faisais pas partie des minorités visibles, seulement des minorités audibles à mon accent et à mon nom. Je crois aussi avoir fait l’effort de comprendre la société qui me recevait, de m’y adapter et d’y adapter mes enfants. Je n’ai pas cherché l’abri de quelque communauté, belge ou européenne. Beaucoup de nouveaux venus n’ont pas eu ma chance. Pour certains, la communauté d’origine présentait la sécurité. On la retrouve avec plaisir pour y partager des traditions anciennes. Parfois, cependant, cette communauté accueillante peut devenir un obstacle à l’inclusion. Elle peut former un écran entre le citoyen et la société.

Enfant, j’étais programmé par les nazis pour finir à Auschwitz. Des résistants m’ont sauvé. C’est pourquoi, sans doute, j’ai milité contre toutes les haines et condamnations collectives ; hostile à toutes les sortes de violences et solidaire de toutes les victimes. Lors de l’assassinat des artisans de Charlie Hebdo, j’étais « Charlie ». Je n’appréciais cependant pas les préjugés antireligieux de l’hebdomadaire. Lors du massacre de la mosquée de Québec, près de chez moi, le jour de mon anniversaire de 85 ans, je me suis senti « musulman ». Je n’aime pourtant pas la tradition de discriminer les hommes des femmes.

Québec bashing

Ce qu’on appelle pudiquement Quebec bashing est une de ces haines collectives faites de méfiance, de mépris, de préjugés. Elle est surtout dirigée contre le Québec français et les valeurs qui le distinguent du Canada. C’est une francophobie. Et comme l’antisémitisme ou l’islamophobie, elle peut inciter des fanatiques à tuer. On s’en souvient.

Elle se déchaîne aujourd’hui contre la conception québécoise de la laïcité. Et effectivement, cette conception est distincte de la conception dominante au Canada. On peut s’y opposer bien sûr légalement, comme le font une minorité de Québécois, sans injures et sans qualifier ces mesures de racistes ou de xénophobes. Je souhaite en effet que l’État respecte et protège les croyances de tous les citoyens, mais je souhaite aussi que, dans l’exercice de leurs fonctions, les employés de l’État et particulièrement les enseignants soient réservés quant à leurs opinions personnelles sur la politique et sur la religion. Cela n’a rien de contradictoire.

Parmi mes compatriotes, les uns sont musulmans, d’autres sont chrétiens, beaucoup sont athées ou vivent des spiritualités distinctes. Je respecte leurs droits. Parfois, j’admire leurs choix.

Je crains seulement les fanatiques de tous bords, qui incitent à l’exclusion ou affichent leur mépris des autres. Par exemple, je n’accepte pas qu’un politicien au service de tous ses concitoyens se croie autorisé à porter la marque distinctive de sa communauté particulière. Je sais pourtant que dans d’autres pays, on trouve cela normal. Ceux-là ne sont pas nécessairement moins démocrates que les Québécois, à condition qu’ils sachent respecter un autre point de vue que le leur.

À voir en vidéo