Laïcité: le pouvoir régalien des enseignants

Selon l'auteur, le devoir de réserve devrait s'appliquer au niveau préscolaire, dans les centres de la petite enfance et les maternelles, là où les enfants sont les plus fragiles et malléables
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Selon l'auteur, le devoir de réserve devrait s'appliquer au niveau préscolaire, dans les centres de la petite enfance et les maternelles, là où les enfants sont les plus fragiles et malléables

Il faut féliciter Le Devoir d’avoir offert une chronique hebdomadaire à M. Normand Baillargeon, spécialiste des questions d’éducation, philosophe et homme de gauche.

Ce qui est moins connu, c’est que M. Baillargeon est aussi un militant de la laïcité.

Dans un remarquable ouvrage collectif paru en 2015, Laïcité et humanisme, M. Baillargeon explique ainsi son appui au devoir de réserve — de neutralité — des enseignants : « Un très vaste consensus existe au Québec quant à l’interdiction des signes religieux ostentatoires pour les dépositaires d’un pouvoir régalien. Il serait souhaitable que toutes les parties dans ce débat, quel que soit le type de laïcité qu’elles préconisent, puissent convenir que les enseignants, du préscolaire au secondaire, comptent parmi de tels dépositaires. »

Les pouvoirs régaliens sont ceux qui relèvent de l’autorité de l’État. Les enseignants détiennent un pouvoir régalien parce qu’ils incarnent l’école publique, où ils sont des figures d’autorité et souvent même des modèles pour les élèves. Ils doivent donc afficher une neutralité religieuse complète, de fait et d’apparence. C’est là une haute conception du rôle et de l’influence des enseignants dans une société qui n’accorde pas assez de valeur à l’éducation et à l’école publique.

Le devoir de réserve des enseignants est aussi une question de respect des autres et de leur liberté de conscience. Il est la marque de la considération que l’on doit avoir, à l’école, à l’égard de ceux et celles qui n’ont pas les mêmes convictions religieuses ou qui n’en ont pas du tout : élèves, parents, collègues, etc.

Comme M. Baillargeon, j’estime que le devoir de réserve ne devrait pas concerner que le personnel enseignant des écoles primaires et secondaires, mais aussi celui du niveau préscolaire, dans les centres de la petite enfance et les maternelles, là où les enfants sont les plus fragiles et les plus malléables. Malheureusement, le projet de loi 21 sur la laïcité n’inclut pas le préscolaire, une lacune qu’il faudra corriger, cette fois-ci ou à une prochaine occasion.

En Allemagne aussi

Ce modèle de laïcité n’existe pas qu’en France, il est en vigueur dans plusieurs autres pays en Europe. L’Allemagne a adopté des lois qui exigent la neutralité religieuse réelle et apparente des enseignants dans une forte majorité de ses länder (États fédérés). Et ce, même dans la grande ville-État de Berlin, capitale multiculturelle et cosmopolite par excellence, cela dit pour les tenants de la « partition » de Montréal du reste du Québec sur la question de la laïcité. Le même vivre-ensemble existe dans deux autres pays fédéraux, la Belgique et la Suisse, et en d’autres endroits en Europe. La Cour européenne des droits de l’homme a validé les lois promulguées à cet effet.

Un des plus brillants chroniqueurs du Devoir, M. Christian Rioux, a bien décrit l’état des lieux de la laïcité dans la France républicaine. Dans le pays des Lumières, mère patrie de la grande majorité des Québécois, la laïcité est devenue une valeur aussi importante que la liberté, l’égalité et la fraternité. Il s’agit d’une véritable laïcité qui marque une appartenance et une citoyenneté communes, bien différente de la laïcité dite ouverte, inspirée du multiculturalisme identitaire et du communautarisme de souche anglo-américaine.

Souhaitons que le projet de loi modéré du gouvernement de la CAQ soit adopté par l’Assemblée nationale, avec l’appui du Parti québécois et malgré l’opposition de Québec solidaire, le parti de l’extrême gauche multiculturelle et de la rectitude politique. Ce projet est un énorme compromis comparé à la Charte de la laïcité du gouvernement du PQ, qui souhaitait légitimement étendre le devoir de réserve à tout le personnel des secteurs public et parapublic. En plus de montrer, encore une fois, que le Québec est une nation distincte, la loi 21 sera une nouvelle étape dans notre cheminement vers la laïcité, cheminement amorcé lors de la Révolution tranquille, il y a déjà près de 60 ans.

À voir en vidéo