Laïcité: le pouvoir régalien des enseignants

Selon l'auteur, le devoir de réserve devrait s'appliquer au niveau préscolaire, dans les centres de la petite enfance et les maternelles, là où les enfants sont les plus fragiles et malléables
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Selon l'auteur, le devoir de réserve devrait s'appliquer au niveau préscolaire, dans les centres de la petite enfance et les maternelles, là où les enfants sont les plus fragiles et malléables

Il faut féliciter Le Devoir d’avoir offert une chronique hebdomadaire à M. Normand Baillargeon, spécialiste des questions d’éducation, philosophe et homme de gauche.

Ce qui est moins connu, c’est que M. Baillargeon est aussi un militant de la laïcité.

Dans un remarquable ouvrage collectif paru en 2015, Laïcité et humanisme, M. Baillargeon explique ainsi son appui au devoir de réserve — de neutralité — des enseignants : « Un très vaste consensus existe au Québec quant à l’interdiction des signes religieux ostentatoires pour les dépositaires d’un pouvoir régalien. Il serait souhaitable que toutes les parties dans ce débat, quel que soit le type de laïcité qu’elles préconisent, puissent convenir que les enseignants, du préscolaire au secondaire, comptent parmi de tels dépositaires. »

Les pouvoirs régaliens sont ceux qui relèvent de l’autorité de l’État. Les enseignants détiennent un pouvoir régalien parce qu’ils incarnent l’école publique, où ils sont des figures d’autorité et souvent même des modèles pour les élèves. Ils doivent donc afficher une neutralité religieuse complète, de fait et d’apparence. C’est là une haute conception du rôle et de l’influence des enseignants dans une société qui n’accorde pas assez de valeur à l’éducation et à l’école publique.

Le devoir de réserve des enseignants est aussi une question de respect des autres et de leur liberté de conscience. Il est la marque de la considération que l’on doit avoir, à l’école, à l’égard de ceux et celles qui n’ont pas les mêmes convictions religieuses ou qui n’en ont pas du tout : élèves, parents, collègues, etc.

Comme M. Baillargeon, j’estime que le devoir de réserve ne devrait pas concerner que le personnel enseignant des écoles primaires et secondaires, mais aussi celui du niveau préscolaire, dans les centres de la petite enfance et les maternelles, là où les enfants sont les plus fragiles et les plus malléables. Malheureusement, le projet de loi 21 sur la laïcité n’inclut pas le préscolaire, une lacune qu’il faudra corriger, cette fois-ci ou à une prochaine occasion.

En Allemagne aussi

Ce modèle de laïcité n’existe pas qu’en France, il est en vigueur dans plusieurs autres pays en Europe. L’Allemagne a adopté des lois qui exigent la neutralité religieuse réelle et apparente des enseignants dans une forte majorité de ses länder (États fédérés). Et ce, même dans la grande ville-État de Berlin, capitale multiculturelle et cosmopolite par excellence, cela dit pour les tenants de la « partition » de Montréal du reste du Québec sur la question de la laïcité. Le même vivre-ensemble existe dans deux autres pays fédéraux, la Belgique et la Suisse, et en d’autres endroits en Europe. La Cour européenne des droits de l’homme a validé les lois promulguées à cet effet.

Un des plus brillants chroniqueurs du Devoir, M. Christian Rioux, a bien décrit l’état des lieux de la laïcité dans la France républicaine. Dans le pays des Lumières, mère patrie de la grande majorité des Québécois, la laïcité est devenue une valeur aussi importante que la liberté, l’égalité et la fraternité. Il s’agit d’une véritable laïcité qui marque une appartenance et une citoyenneté communes, bien différente de la laïcité dite ouverte, inspirée du multiculturalisme identitaire et du communautarisme de souche anglo-américaine.

Souhaitons que le projet de loi modéré du gouvernement de la CAQ soit adopté par l’Assemblée nationale, avec l’appui du Parti québécois et malgré l’opposition de Québec solidaire, le parti de l’extrême gauche multiculturelle et de la rectitude politique. Ce projet est un énorme compromis comparé à la Charte de la laïcité du gouvernement du PQ, qui souhaitait légitimement étendre le devoir de réserve à tout le personnel des secteurs public et parapublic. En plus de montrer, encore une fois, que le Québec est une nation distincte, la loi 21 sera une nouvelle étape dans notre cheminement vers la laïcité, cheminement amorcé lors de la Révolution tranquille, il y a déjà près de 60 ans.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

29 commentaires
  • André Joyal - Inscrit 6 juin 2019 07 h 14

    Appel aux mousquetaires de QS

    Bravo à Louis Fournier pour avoir mis les points sur les «I» de façon aussi pertinente.
    Je suis impatient de lire la réaction de nos 4 (ou 5) «amis» de QS habitués (trop...) de ce forum envers les propos suivants:

    «...malgré l’opposition de Québec solidaire, le parti de l’extrême gauche multiculturelle et de la rectitude politique.(...) la laïcité dite ouverte, inspirée du multiculturalisme identitaire et du communautarisme de souche anglo-américaine.»

    Oui, cher RMD, on aimerait vous lire même si vous n'avez pas renouveler votre adhésion à QS.

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2019 10 h 26

      "Appel aux mousquetaires de QS" - André Joyal

      Les prétendus "mousquetaires de QS", c'est de la petite bien à côté des ayatollahs de la laïcité, qui ne sont pas des "militants de la laïcité", mais des "militants anti-religieux" dont plusieurs voudraient même voir toutes les religions expulsées des lieux publics.

      - À ceux-là, je leur rappelle les paroles même de François Legault:

      « Au Québec, il y a des gens qui sont racistes et qui souhaiteraient, par exemple, qu'une personne ne puisse pas porter un signe religieux dans la rue.» - François Legault

      À 2min 20 sec de la vidéo

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/02/03/la-laicite-pour-eviter-les-derapages-plaide-legault

      "

    • Cyril Dionne - Abonné 6 juin 2019 16 h 38

      @Montmarquette

      « Les ayatollahs de la laïcité » ?

      Oxymore quand tu nous tiens. Votre prose rime avec la clarté obscure et l’intelligence militaire. Vous devriez enlever le voile de l’extrémisme qui cache vos yeux pour mieux voir et peut-être, et je dis peut-être, comprendre.

    • Jean-François Trottier - Abonné 6 juin 2019 16 h 43

      @Monmarquette

      Je suis anti-religion. Pas anti-religieux.

      Cette confusion stupide est la marque de QS.

      "dont plusieurs voudraient même voir toutes les religions expulsées des lieux publics." est un détestable sophisme de procès d'intention.
      Ce "plusieurs" ne veut rien dire et tout dire en même temps. Malhonnêteté et propos de haine.

      Il y a des raciste au Québec comme partout ailleur. Il y en a chez QS. Peut-être plus?

      "Et ne me demandez surtout plus d'être fier dans une société qui me fait honte. Quand il suffit de mépriser les autres pour assouvir son besoin d'indépendance, c'est qu'on ne la mérite plus, cette indépendance."
      - Christian Montmarquette , https://www.ledevoir.com/opinion/idees/555624/la-caq-et-la-tragedie-linguistique
      en est la démonstration patente.
      Il est raciste d'avoir "honte d'une société", et encore plus raciste de prétendre que cette société ne mérite pas l'indépendance.

      Votre crédibilité est inexistante à ce sujet, M. Montmarquette.

      Ceci dit, je détestais le communisme en URSS mais je n'ai jamais détesté les habitants de l'URSS. Pareil avec les religions.

      Vous ne nous passerez pas ce sapin-là.

      Les Québécois ont subi une religion pendant 200 ans, et maintenant ils ont l'intelligence de comprendre que le problème n'est pas une religion mais toutes les religions.
      Tous les Québécois le comprennent, sauf des fanatiques accrochés à une idéologie désuète.

      Les Québécois en général sont contre les religions et pas contre les gens.
      Les signes représentent des religions. Les Québécois n'essaient pas de les faire disparaître.

      Faut avoir du front pour dire le contraire.
      Mais bon, comment s'étonner de la part d'un personne qui peut sortir des propos aussi racistes que ceux cités plus haut ?

      QS joue à l'imbécile en refusant d'admettre que des signes... signifient.
      Quel parti borné!

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2019 23 h 16

      "Votre crédibilité est inexistante à ce sujet, M. Montmarquette." - Jean-François Trottier

      - Alors pourquoi mettre tant d'efforts à la combattre?

      Ce qui manque de crédibilité, c'est votre contradiction à sa face même.

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 6 juin 2019 07 h 25

    Du pouvoir de l'État à la culture d'État


    C'est déjà une question pas si simple qu'il n'y paraît de déterminer au service de quelles fins sont exercés les pouvoirs régaliens. En l'occurrence, la CAQ le ferait en dépositaire de la volonté du peuple, sans égard au fait qu'elle a reçu 25% des suffrages des électeurs inscrits qui voulaient surtout bouter le PLQ dehors, sans égard au fait que son score est encore plus bas à Montréal et chez les allophones, sans égard à la suspicion de partisanerie et de compromissions économiques dont les gouvernements sont d'emblée affectés. Cette fois-ci, pourtant, toutes ces questions qu'on pouvait à juste titre poser au PLQ, elles semblent complètement hors-sujet. Le « je n'ai pas voté pour cela » n'a pas cette fois-ci la dignité de protestation démocratique, semble-t-il.

    Mais la CAQ aurait-elle été élue avec une majorité claire sur cet enjeu particulier, resterait encore à déterminer si son pouvoir régalien s'étend à normer la culture de façon aussi prescriptive que le droit pénal, civil ou administratif et à conditionner les employés du secteur public en « agents » responsables de ces normes au point que tout ce qui pourrait encore donner apparence qu'ils soient autre chose (des personnes) soit occulté.

    Quoi qu'en dise l'auteur, les avis sont encore partagés concernant les juges, polices et gardiens de prison. A fortiori le sont-ils s'agissant des enseignant.e.s qui, jusqu'à plus ample informé, ne sont pas encore les agents de transmission d'une orthodoxie culturelle sanctionnée par le Ministère. Encore que, justement, il n'est pas étonnant que ce soient les mêmes qui brandissent La Science comme le nouvel évangile qui supportent le gouvernement dans son entreprise de conditionnement des apparences. Les mêmes qui s'époumonnent à dénoncer la bêtise des alliés objectifs de l'islamogauchisme, qu'ils se recrutent chez les attardés de la mythologie ou à l'autre bout du spectre dans la bêtise postmoderne.

    • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 6 juin 2019 07 h 48

      J'éprouve de la difficulté à suivre le fil de votre texte. Où voulez-vous en venir?

    • Cyril Dionne - Abonné 6 juin 2019 10 h 17

      « En l'occurrence, la CAQ le ferait en dépositaire de la volonté du peuple, sans égard au fait qu'elle a reçu 25%. »

      Pardieu. La première opposition, en suivant votre schème de pensée, n’a reçu que 16%. La deuxième opposition, 10%. La troisième, 11%. Ils ne sont pas plus légitimes. Et le PQ est allié avec la CAQ et donc, leur position est majoritaire.

      « A fortiori le sont-ils s'agissant des enseignant.e.s qui, jusqu'à plus ample informé, ne sont pas encore les agents de transmission d'une orthodoxie culturelle sanctionnée par le Ministère. »

      Pardieu au carré. Les enseignant.e.s sont ceux qui exercent le pouvoir régalien de façon extrême. Ils représentent les aspirations de la société vis-à-vis une clientèle des plus précieuse et vulnérable. Les enfants passent la majeure partie de leur enfance avec les pédagogues et non pas avec leurs parents. Le niveau de responsabilité des enseignant.e.s vis-à-vis les enfants est directement proportionnel à la lourde tâche sociétal qui leur a été confiée et inversement proportionnel à leur croyances personnelles.

      « Les mêmes qui s'époumonent à dénoncer la bêtise des alliés objectifs de l'islamogauchisme…] »

      Pardieu au cube. Des alliés OBJECTIFS de l’islamogauchisme? Qu’est-ce qu’ils mangent en hiver ces alliés de l’islamogauchisme? Les cultes créationnistes des amis imaginaires n’ont pas leur place dans l’espace scolaire. Désolé pour vous, mais la Terre n’a pas été créé en six jours et celle-ci a beaucoup plus que 5 000 ans. Nous sommes seulement la version et progression moderne des mammifères dans l’espace de la sélection naturelle sur une planète qui navigue à la vitesse de 110 000 km/h autour d’une étoile banale dans une galaxie insignifiante qui flotte dans un univers qui en contient plus de 2 000 000 000 000. Tout est une question de perspective, une anomalie qui échappe à Québec solidaire, un parti de l’extrême gauche multiculturelle et de la rectitude politique qui a maintenant, un besoin inné de croire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2019 12 h 09

      @ Cyril Dionne,

      "QS, un parti de l’extrême gauche qui a maintenant, un besoin inné de croire." - Cyril Dionne

      De la pure foutaise, QS n'endosse aucune croyance ni religion et va plus loin que la CAQ et le PQ en matière de laïcité par la fin des subventions aux écoles confessionnelles et l'abolition des exemptions de taxes et d'impôts aux organismes religieux.

      Quant à l'extrémisme, je vois mal comment on peut être plus extrémiste que d'endosser un PQ et une CAQ aussi extrémiste que les libéraux qui ont laissé crever de faim et de misère des BS avec 500$-600$ par mois pour survivre durant des décennies et un salaire minimum si bas qu'il ne permet pas de sortir de la pauvreté.

      Et si vous avez envie de nous "redonder" votre sempiternelle redondance de "misère". C'est bien en dessous de ces sans-coeur néolibéraux du PQ, du PLQ et de la CAQ qu'il faudrait nous le réércrire.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 6 juin 2019 08 h 20

    Merci d'ouvrir la boîte de Pandore

    J'apprécie beaucoup cet article de Louis Fournier ainsi que celui de Stéphane Baillargeon intitulé «Quand l'État fait voeu de pauvreté».

    À mesure qu'on approfondit le sujet passionnant de la laïcisation de la société québécoise, on s'aperçoit qu'on n'est pas sorti de l'auberge (ou de l'église peut-être?). Le projet de loi 21 ne s'attaque qu'à la pointe de l'iceberg. Il nous faudrait ouvrir la boîte de Pandore et en faire le ménage.

    Ça prendrait une volonté, un courage et une détermination que le présent gouvernement (CAQ, PLQ, QS, PQ) ne semble pas avoir. Heureusement que certains journalistes se chargent de nous sensibiliser et d'éveiller notre conscience de citoyen.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 6 juin 2019 08 h 27

    Superbe lettre. Bravo !

    J'aime particulièrement ce passage :

    « Souhaitons que le projet de loi modéré du gouvernement de la CAQ soit adopté par l’Assemblée nationale, avec l’appui du Parti québécois et malgré l’opposition de Québec solidaire, le parti de l’extrême gauche multiculturelle et de la rectitude politique. »

  • Paul-Émile Lupien - Abonné 6 juin 2019 08 h 52

    Normalement

    La pratique des religions doit se faire dans les domiciles et dans les lieux de culte... L'espace public est laïque, au Québec... Bonne journée !

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juin 2019 10 h 28

      "La pratique des religions doit se faire dans les domiciles et dans les lieux de culte.." - Paul-Émile Lupien

      Cette fois-ci ce ne sera pas moi qui vous le dit :

      « Au Québec, il y a des gens qui sont racistes et qui souhaiteraient, par exemple, qu'une personne ne puisse pas porter un signe religieux dans la rue.» - François Legault

      À 2min 20 sec de la vidéo

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/02/03/la-laicite-pour-eviter-les-derapages-plaide-legault

      .