Écoles publiques et privées, deux réseaux complémentaires

Une école offre plus que des services éducatifs, par exemple l’entretien des bâtiments et des équipements, divers services de soutien aux élèves, le transport.
Photo: Pavliha Getty Images Une école offre plus que des services éducatifs, par exemple l’entretien des bâtiments et des équipements, divers services de soutien aux élèves, le transport.

En lisant les journaux, je suis souvent surpris de constater comment certains dénoncent les subventions aux écoles privées sans connaître vraiment le sujet.

On compare souvent avec l’Ontario, qui ne subventionne pas les écoles privées. Mais on ne dit pas qu’en Ontario, à côté du système public, il existe un réseau complet d’écoles séparées (Roman Catholic Schools), l’équivalent de beaucoup de nos écoles privées, subventionnées à 100 % et accessibles uniquement aux familles catholiques. Plusieurs autres provinces canadiennes (Manitoba, Saskatchewan, Alberta et Colombie-Britannique) subventionnent le privé autant, sinon plus, que le Québec. Dans les autres pays, la situation est variée : les subventions sont de 100 % dans les Pays-Bas, en Belgique flamande, au Royaume-Uni et en Suède ; et entre 80-85 % au Danemark. En France, elles sont de 90 %. Le raisonnement officiel est le suivant : au moins 90 % des cours qui se donnent à l’école privée sont de même nature que ceux de l’école publique ; il est normal que l’État subventionne en conséquence.

On répète constamment que les subventions du gouvernement sont de 60 %. En réalité, les subventions correspondent à 60 % du coût des « services éducatifs d’un élève comparable » du secteur public. Mais une école offre plus que des « services éducatifs », par exemple l’entretien des bâtiments et des équipements, divers services de soutien aux élèves, le transport. De sorte que l’État ne subventionne le privé que pour 42 % des dépenses globales par élève, selon les chiffres mêmes du ministère. Les parents paient donc 58 % des coûts, sans compter les taxes scolaires, qu’ils acquittent comme tous les autres citoyens.

Si l’État supprimait ou diminuait ses subventions, selon plusieurs enquêtes, plusieurs parents ne pourraient plus envoyer leur enfant au privé, ce qui permettrait au gouvernement de redonner ces économies au réseau public, mais les dépenses du gouvernement pour ces élèves (100 % des coûts) augmenteraient beaucoup plus que les économies réalisées (42 %).

On parle souvent des examens de sélection obligatoires à l’entrée, alors que la très grande majorité des écoles privées n’ont pas d’examen de sélection, mais des tests de classement qui permettent de s’assurer que chaque enfant aura l’accompagnement dont il a besoin. (Certaines écoles constituent des groupes d’élèves en difficulté qui font les deux premières années du secondaire en trois ans, avec un succès remarquable, sans subventions spéciales.)

Les écoles privées accueillent beaucoup moins d’élèves en difficulté que le réseau public, c’est un fait, mais elles ne reçoivent pas les subventions spécifiques que reçoivent les écoles publiques pour ce type d’élèves.

La plupart des écoles privées acceptent des élèves trop pauvres pour payer grâce aux bourses d’études offertes par leur fondation. Cette aide financière favorise plus de 7000 jeunes. En 2009-2010, elle totalisait 3,4 millions de dollars.

Solutions

Dans un autre ordre d’idée, il me semble que plusieurs des difficultés du réseau public ne viennent pas des subventions gouvernementales au privé. Parmi les solutions au secteur public : maternelles quatre ans pour les milieux défavorisés ; refus d’une intégration systématique des élèves en difficulté dans les classes ordinaires (plutôt que dans des classes spéciales qui répondent mieux aux besoins de ces jeunes tout en permettant une intégration sociale harmonieuse) ; présence de plus de spécialistes (orthopédagogues et psychopédagogues) ; création de groupes stables qui favorisent un sentiment d’appartenance ; meilleur encadrement des élèves ; règlements vestimentaires ; augmentation de l’autonomie de l’école ; soutien aux enseignants ; attention à ce que les jeunes enseignants ne se retrouvent pas dans les classes les plus difficiles en raison de la politique d’ancienneté des enseignants ; création d’un ordre professionnel pour valoriser la profession.

Bref, on pourrait avoir une vision moins univoque et abstraite du système d’éducation. Et au lieu d’opposer écoles publiques et écoles privées, accepter un système à deux réseaux complémentaires.

*Post-scriptum : mes trois enfants sont allés à l’école primaire publique. Pour le secondaire, deux ont fréquenté une école publique, alors que le troisième est allé au privé.

À voir en vidéo