Le «queerisme», la nouvelle non-idéologie en politique?

«Le très probable futur candidat à la chefferie du PLQ [Alexandre Taillefer] a pu acheter une carte de membre du PQ, donner son appui à Manon Massé de QS», affirme l'auteur.
Photo: Graham Hughes Archives La Presse canadienne «Le très probable futur candidat à la chefferie du PLQ [Alexandre Taillefer] a pu acheter une carte de membre du PQ, donner son appui à Manon Massé de QS», affirme l'auteur.

Dans une entrevue publiée dans Le Soleil du 12 août 2018, Alexandre Taillefer, le président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec (PLQ), y allait de l’habituelle stratégie des libéraux en période électorale : agiter le spectre du Bonhomme Sept Heures comme jadis nos mères et nos grands-mères évoquaient ce personnage imaginaire afin de nous calmer le pompon en nous faisant peur.

Puisque la souveraineté n’est pas inscrite à l’ordre du jour politique du moment, il fallait bien trouver un nouvel épouvantail. Et c’est celui du libertarianisme et de la « détérioration de la paix sociale » qui a été choisi par les stratèges libéraux. Venant d’un représentant du PLQ, ça ne s’invente pas.

Probablement pour soulever l’ironie de la chose, la journaliste de La Presse canadienne Jocelyne Richer, qui a réalisé l’entrevue et écrit le texte, a déposé cette perle : « Homme fortuné, il ne se définit pas pour autant comme un membre de la “gauche caviar”, précise-t-il durant l’entrevue, autour d’un café, dans le décor feutré de l’hôtel Ritz-Carlton. »

Dans mon essai à paraître, Comment la clique nous manipule, je me suis penché sur le « queerisme » en politique.

Comme le rappelait le chercheur et enseignant Jonathan Durand Folco dans un billet de blogue, l’homme d’affaires et ex-dragon de Radio-Canada Alexandre Taillefer, qui a annoncé en mai 2018 sa nomination à titre de président de la campagne électorale du PLQ, serait le premier bourgeois postmoderne au Québec.

Contrairement à d’autres producteurs célèbres mais médiocres du point de vue intellectuel, comme Gilbert Rozon ou Guy Laliberté, souligne Durand Folco, Taillefer est le premier entrepreneur vraiment innovateur de l’ère technologique. Mais ce qui nous intéresse ici, au-delà de ses performances de businessman progressiste, et il est en ce sens très représentatif de l’époque, c’est qu’il se définit lui-même comme un « queer politique ».

Un quoi ? Le mot queer, qui signifie en anglais « étrange » ou « bizarre », est apparu dans les années 1980 pour stigmatiser et humilier les personnes qui s’adonnaient à des pratiques sexuelles alternatives. Puis, par effet d’appropriation, ce mot est devenu un porte-étendard de toutes celles qui refusaient une étiquette, comme gaie, lesbienne ou bi, bref une partie importante des individus qui revendiquent l’abolition des normes binaires, dont la chanteuse Coeur de pirate.

Ainsi, le très probable futur candidat à la chefferie du PLQ a pu acheter une carte de membre du PQ, donner son appui à Manon Massé de QS et souscrire, a-t-il déclaré (sans rire) en mai 2018, aux « idées progressistes de Philippe Couillard ». Le champion des coupes dans les services sociaux, faut-il le rappeler. Pour Taillefer, non seulement cette façon de manger à tous les râteliers n’a rien d’anormal, mais il la revendique.

On ne sera pas étonnés que l’« écologiste » Justin Trudeau ait reçu, en mars 2017, une récompense de producteurs de pétrole américains, que l’ancien chef du NPD (gauche) et ex-député du PLQ, Thomas Mulcair, ait vanté les politiques néolibérales de… Margaret Thatcher, ou que l’ancienne vedette du petit écran et ex-ministre libérale Marguerite Blais ait annoncé, en mai 2018, un mois après avoir apporté son soutien à une candidate libérale, qu’elle se présenterait contre celle-ci à l’élection provinciale du 1er octobre 2018 sous la bannière caquiste !

Et on ne compte plus les échanges de bons procédés entre la CAQ et le PLQ (Gaétan Barrette, Dominique Anglade…), sans parler de l’ancien chef du Bloc québécois à Ottawa, Michel Gauthier, qui a pris sa carte du Parti conservateur canadien en mai 2018, ni oublier, bien sûr, l’ancien journaliste politique Vincent Marissal qui, après avoir échoué à se trouver une planque au sein du très centralisateur et fédéraliste Parti libéral du Canada, est allé cogner à la porte de l’officiellement indépendantiste parti Québec solidaire, celui-ci l’accueillant à bras ouverts…

Finie, donc, l’ère des grands idéaux et des candidats politiques qui souscrivent à un programme : tout devient interchangeable si l’on peut intégrer sa petite cause personnelle au sein du parti politique le mieux habilité à défendre nos visées opportunistes et carriéristes.

Qui, en effet, s’opposerait à ce que l’on prenne davantage soin de nos aînés (Marguerite Blais), à ce que l’on mette en avant des idées vaguement progressistes (Vincent Marissal) ou encore à ce que l’on défende les intérêts du Québec (Michel Gauthier) ?

On voit mal un général de Gaulle brader la souveraineté française au nom du libre marché européen ou un René Lévesque rejoindre la CAQ en prétendant qu’elle lui permettra de nationaliser l’hydroélectricité pour le bien commun.

Si autrefois les programmes des partis politiques avaient un sens, la logique de la raison d’État a cédé la place à celle des segments de l’électorat vus comme des cibles à atteindre.

Pendant ce temps, le Bonhomme Sept Heures a encore de beaux jours devant lui.

Et on s’étonnera que l’électeur moyen soit devenu cynique…

18 commentaires
  • Marie Nobert - Abonnée 18 août 2018 02 h 30

    Au texte. «[...] l'électeur moyen...» au «pays des analphabètes. (!)

    À l'encre franco-française, je puise et cite: « Nous vivons dans un «pays» terriblement provincial, où l'on se plaint de tout et de n'importe quoi, et où personne ne se retrousse les manches pour réorganiser les choses et faire en sorte que ça marche.» On dirait presque du Jacques Parizeau!!! Bref. Grosse fatigue.

    JHS Baril

    • Nadia Alexan - Abonnée 18 août 2018 11 h 32

      Vous avez raison, monsieur Claude André, de vous scandaliser. «On voit mal un général de Gaulle brader la souveraineté française au nom du libre marché européen ou un René Lévesque rejoindre la CAQ en prétendant qu’elle lui permettra de nationaliser l’hydroélectricité pour le bien commun.»
      On ne trouve plus les géants visionnaires tels que les pères de la Révolution tranquille sur la scène politique de nos jours. L'individualisme crasse a remplacé le bien commun et l'intérêt public. C'est regrettable pour notre démocratie.

    • André Joyal - Abonné 18 août 2018 11 h 48

      Mme Norbert: «On dirait presque du Jacques Parizeau!!! »
      Je vous prie de vous expliquer puisque l'intéressé ne peut, hélas, le faire.

  • Gilles Tremblay - Inscrit 18 août 2018 05 h 21

    Et que voyez-vous dans votre miroir Mr André?

    Quand je regarde par la fenêtre, côté USA, et le bordel qui y règne, j'y vois de l'argent sale, de la politique crasse farcie par l'argent sale, des arrivistes qui ne Trump pas en bourrant le politique avec de l'argent crasse et le travail exécrable pour la grande majorité des journaux qui dépendent de cet argent crasse avec lequel ils ont mis en place le pire des "queeriste" de la planète. Journaliste, vous l'êtes. "Que l'électeur moyen soit devenu cynique…" je suis. Croyez-vous que nous sommes différents du monstre d'à côté Mr André? Des journalistes "queeriste" ça existe aussi mais pas dans votre miroir. Un beau matin le journaliste s'étend dans la presse canadienne pis encore dans la Presse, le lendemain dans le Devoir. Septique? Rédactrice en chef dans un journal souverainiste un jour, le lendemain rédactrice général de l'information pour les fédéralistes.

  • Cyril Dionne - Abonné 18 août 2018 06 h 58

    Les bâtards de Voltaire

    Nous en sommes maintenant à l'ère de l'hyper-individualisme en politique, conséquence normale après quelques générations d'enfants rois. Ils sont devenus grands et parce que l'adulation n'est plus au rendez-vous, il l'a font eux-mêmes. C'est la culture du "moi" qui engendre les opportunistes de grands chemins sans aucune balise précise en autant qu'on parle d'eux.

    Triste époque. Ce n'est plus ce qu'ils peuvent faire pour les autres, mais ce que les autres peuvent faire pour eux. Alors, ils sont de toutes les allégences politiques en autant qu'ils nourissent leur égo. En bref, ils sont tout et rien. Ils sont les nouveaux courtisans du pouvoir. Les bâtards de Voltaire comme dirait l'autre.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 18 août 2018 07 h 33

    « Et on s’étonnera que l’électeur moyen soit devenu cynique…» (Claude André)

    Et donc on ne s'étonnera pas que je ne vote plus ; je refuse dorénavant de participer à ce marché de dupes qui consiste à déposer périodiquement un bout de papier dans une boîte de carton…

    • François Beaulne - Abonné 19 août 2018 09 h 07

      Je comprends votre révolte et votre réaction. Cependant pensez-y à deux fois avant d'abdiquer à exercer votre droit de vote. En ce faisant, vous permettez aux tenants de la rectitude politique et aux opportunistes de se maintenir au pouvoir. Si, comme c'est le cas dans certains pays démocratiques, le vote en blanc était reconnu et interprété comme un vote de protestation, vous auriez davantage raison. Malheureusement, dans notre système, tant au niveau fédéral que provincial, il ne l'est pas.

  • Marguerite Paradis - Abonnée 18 août 2018 08 h 40

    ÉLU.E.S SINISTRES

    Électrice moyenne, je ne suis pas cynique.
    Je refuse de porter le poids des décisions et des actions de nos sinistres représentantEs.