Ça va chauffer au quai de l’Horloge

Le quai de l’Horloge, dans le Vieux-Port de Montréal
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le quai de l’Horloge, dans le Vieux-Port de Montréal

La température des dernières semaines a fait ressortir les effets dramatiques des îlots de chaleur en milieu urbain ainsi que l’urgence de s’en protéger et de les pallier. Le quai de l’Horloge, dans le Vieux-Port de Montréal, est entouré d’eau en bordure du fleuve Saint-Laurent. On pourrait espérer y trouver un îlot de fraîcheur, tellement rare au coeur de la ville. Mais ce sera à oublier si le plan directeur de la Société immobilière du Canada (SIC), gestionnaire du site, est réalisé.

En effet, il est prévu de « ceinturer » (pour ne pas dire clôturer) le site avec :

— le long de la rue de La Commune, des locaux multifonctionnels et un stationnement étagé, une aberration au XXIe siècle ;

— le hangar no 16 rénové pour accueillir des foires de toutes sortes ;

— un hôtel, comme s’il en manquait dans le Vieux-Montréal ;

— une Ambassade culturelle autochtone en bordure du fleuve ;

— et, finalement, un plateau événementiel, copie conforme de la place des Festivals du Quartier des spectacles, qui n’a pas sa raison d’être en bordure du fleuve.

Bonjour béton, acier et verre pour chauffer le site. Le commerce y sera roi pour rentabiliser l’endroit, l’objectif de la SIC. Adieu à l’occasion d’aménager un parc au coeur du Vieux-Montréal, avec des vues exceptionnelles sur le fleuve et la tour de l’Horloge à partir de nombreux points d’observation en ville.

La SIC dira que l’ensemble du projet du Vieux-Port comporte plus de verdure. Mission ratée pour le secteur du quai de l’Horloge, qui sera presque entièrement construit et minéralisé. La SIC vantera la proposition de toits verts. Mais, insuffisants pour se protéger du soleil, ils ne sont pas une panacée.

Depuis la consultation publique de l’été 2017, c’est silence radio. Toutefois, les négociations se poursuivent ; en fait foi l’annonce dans les médias du projet de l’Ambassade culturelle. Ce projet est louable, mais la rectitude politique tient à distance toute remise en question. Pourrait-on seulement considérer un autre emplacement ? Le quai Jacques-Cartier, par exemple, immense et sous-utilisé, subordonné au bon vouloir des géants du divertissement. N’y a-t-il pas un lien à faire entre le personnage historique et le peuple autochtone ?

Tout le monde, particulièrement les commerces, voudrait pouvoir s’installer sur le quai de l’Horloge. Alors, justement, laissons ce site ouvert et dégagé pour tout le monde. Priorisons l’intérêt commun, notamment les familles montréalaises qui n’ont pas un chalet au bord d’un lac où se réfugier. Le plateau événementiel pourrait aussi être situé sur le quai Jacques-Cartier. On doit viser une intégration et une fluidité des activités et de la circulation. Les récents aménagements au Vieux-Port (grande roue, conteneurs logeant des commerces, tyrolienne) constituent plutôt un écran par rapport à la rue, forçant les gens à passer au travers ces activités commerciales pour avoir accès physiquement ou visuellement au fleuve. Logique d’un point de vue mercantile, déplorable pour les citadins.

Montréal est une ville portuaire ; il est grand temps de protéger les rares accès visuels et physiques qui restent. Aujourd’hui, on salue la vision de ceux qui ont osé démolir le stationnement qui occupait autrefois la place Jacques-Cartier. Il faut s’en inspirer pour laisser l’espace et la verdure au quai de l’Horloge.

La présente administration municipale a démontré sa capacité à protéger l’intérêt commun et la qualité de vie dans plusieurs dossiers litigieux, notamment la Formule E et le mont Royal. Le quai de l’Horloge, bien qu’il soit sous la garde du gouvernement fédéral, appartient aux citoyens, aux contribuables, qui eux voteront aux trois ordres de gouvernement. On s’attend à un positionnement concerté de nos élus face aux enjeux climatiques, au développement durable et à la protection du patrimoine.

4 commentaires
  • Léonce Naud - Abonné 19 juillet 2018 09 h 24

    Rives urbaines : appropriation privée ou intérêt public ?

    Pour une réflexion susceptible d'intéresser les "Amis du quai de l'Horloge", rechercher sur Google : Les rivages portuaires de Montréal et de Québec la lutte pour l'appropriation des sites et l'accès au fleuve

  • Martin Fiset - Abonné 19 juillet 2018 10 h 23

    Une piscine et au plus vite!

    C'est d'une piscine dont on a besoin, pas du béton!

    • Solange Bolduc - Inscrite 19 juillet 2018 13 h 13

      Parlez-en à la Mairesses de Montréa, trop affairée à maintenir son pouvoirr, rien d'autres: les citoyens elle s'en fout comme l'an quarante !

  • linda collette - Abonnée 19 juillet 2018 12 h 22

    Impliquons nous

    Merci Leonce Naud

    Une pétition est en circulation pour signature par tous ceux qui ont la protection du Quai de l’Horloge à cœur. Voir le lien ci-joint https://petitions.noscommunes.ca/fr/Petition/Details?Petition=e-1667