Le début de la fin du village de Pointe-Claire?

Nous avons récemment appris que la démolition de l’Hôtel Pointe-Claire/le Pionnier, bâtiment fiché d’intérêt patrimonial, était envisagée, se désole l'auteur.
Photo: Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire Nous avons récemment appris que la démolition de l’Hôtel Pointe-Claire/le Pionnier, bâtiment fiché d’intérêt patrimonial, était envisagée, se désole l'auteur.

Le village de Pointe-Claire, riche d’une histoire qui remonte à plus de 300 ans, représente l’un des plus beaux exemples de l’évolution d’un territoire depuis la Nouvelle-France, pour le Québec et le Canada. La ville de Pointe-Claire arbore fièrement comme emblème son moulin de 1710, faisant croire ainsi qu’elle a à coeur son patrimoine, mais qu’en est-il vraiment ?

Depuis mon enfance, que j’ai passée ici même dans le village de Pointe-Claire, j’ai pu voir une vingtaine de bâtiments historiques démolis. C’est entre autres pour cette raison qu’en l’an 2000, j’ai fondé avec d’autres citoyens la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire (SSPPC). Le travail acharné et bénévole des dix-huit dernières années aura permis d’accomplir plusieurs choses importantes. Je songe tout d’abord à la préservation de plusieurs éléments essentiels de notre patrimoine, notamment de l’intégrité architecturale de la pointe claire par l’évitement de la construction de la salle paroissiale en 2005, de même qu’à la sensibilisation de la Ville à la création du site patrimonial de la pointe claire en 2013 et à l’arrêt de la vente du couvent pour le transformer en appartements en 2017.

Récemment, nous avons appris que la démolition de l’Hôtel Pointe-Claire/le Pionnier, bâtiment fiché d’intérêt patrimonial, était envisagée. Dans l’inventaire des bâtiments d’intérêt patrimonial de la Ville de Pointe-Claire, ce bâtiment est considéré comme important du point de vue historique, même si d’importantes modifications ont altéré son intégrité, et il est précisé qu’il devrait être conservé en raison de son bon potentiel de mise en valeur et être restauré comme sur les photos anciennes.

Lors de la période de questions à la réunion du conseil municipal du 5 juin dernier, des citoyens préoccupés par la situation se sont adressés au maire. Ce dernier leur a répondu qu’il n’avait pas le pouvoir de discuter d’un projet non encore soumis au comité de démolition et que le bâtiment était de toute manière dans un piètre état, voire irrécupérable et que la Ville n’était pas en position de sauver ce bâtiment. Cependant, nous avons appris qu’un promoteur avait rencontré le maire concernant un projet de construction immobilier et d’espace commercial dans le village, se trouvant sur l’emplacement du bâtiment patrimonial de l’Hôtel Pointe-Claire/le Pionnier. Le promoteur a déclaré à CTV le 4 juin qu’il avait une entente avec la Ville pour l’acquisition du stationnement appartenant à la Ville, adjacent au Pionnier, pour construire des appartements.

Nous présumons donc que le projet a reçu l’aval des plus hautes instances de la Ville. Ainsi, le maire, qui a fait campagne sur l’importance d’une gestion de transparence avec comme slogan « Citizens First » et était « not a condo man » lors de sa campagne électorale l’année dernière, semblerait plutôt en faveur de l’implantation de copropriétés maintenant dans le Village. Qu’en est-il de la transparence et du « Citizens First », seulement des slogans ? Comment la Ville peut-elle prétendre défendre son patrimoine si elle permet la démolition de ce bâtiment patrimonial ? Est-ce seulement l’argent qui va décider de l’avenir de ce bâtiment et de tout un village ?

Début de la fin

Si la démolition de l’Hôtel Pointe-Claire, bâtiment d’intérêt patrimonial construit en 1900-1901, va de l’avant, ce sera le début de la fin, car ce projet tracera la voie pour d’autres projets similaires. Le 11 juin 2018, j’ai remis ma démission du poste de président et de membre du conseil d’administration de la SSPPC. J’ai pris cette décision afin de pouvoir m’exprimer ouvertement et librement, sans craindre que les ripostes de la Ville de Pointe-Claire à la suite de mes déclarations, comme par le passé, se répercutent de manière négative sur le travail de la SSPPC, qui est le chien de garde pour la protection du patrimoine.

Force est d’admettre que l’avenir du patrimoine à Pointe-Claire est loin d’être assuré. C’est le constat que je fais, en lien avec les élus et l’administration en place à la Ville de Pointe-Claire et avec les épreuves que la SSPPC a dû traverser, au fil des années.

Il importe d’être partie prenante dans ce combat qui peut mener au début de la fin pour notre village ou au début d’une nouvelle ère de respect et de mise en valeur de sa richesse patrimoniale pour les générations à venir. Les dix-huit dernières années m’ont enseigné que le seul moyen de préserver notre patrimoine et de faire bouger les choses est l’implication des citoyens. Il est temps d’agir, car il est minuit moins une pour notre patrimoine. Il faut que tous les gens qui ont à coeur le village de Pointe-Claire s’impliquent dans ce combat et expriment auprès du maire et des élus municipaux leur volonté de préserver le patrimoine de Pointe-Claire pour les générations futures.

2 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 19 juin 2018 08 h 57

    Le patrimoine de Pointe-Claire est surtout franco et les dirigeants de la municipalité sont surtout anglos

    Tout s'explique !

  • Jean-Francois Lapierre - Inscrit 20 juin 2018 07 h 19

    C'est le plan de revitalization du village construire plein de condo et enlever tout les stationnement pour empêcher les gens de venir ce promener dans le village faudrait pas déranger les riche qui ont acheté un condo hors de prix.