SAQ: l’enjeu n’est pas idéologique

La vraie problématique n’est pas idéologique: c’est à la base une question de plaisir du vin et de diversité.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La vraie problématique n’est pas idéologique: c’est à la base une question de plaisir du vin et de diversité.

Le débat sur l’avenir de la Société des alcools du Québec (SAQ) a refait surface avec l’annonce presque simultanée de la Coalition avenir Québec et du Parti libéral du Québec de revoir le modèle d’affaires de la société d’État s’ils se font élire en octobre prochain. La CAQ propose de mettre fin au monopole de la SAQ, pour permettre un meilleur accès aux produits, tandis que le PLQ entend réaliser une étude afin de rendre le système de distribution des vins et des alcools plus efficace, peut-être à travers une privatisation totale ou partielle.

Campagne électorale oblige, le débat a vite pris une tournure idéologique. Selon le leader parlementaire du PQ, Pascal Bérubé, cette question « n’est pas pragmatique, c’est idéologique ». Michel David, dans sa chronique du Devoir du 2 juin , analyse le débat à travers ce prisme idéologique, en contrastant les positions de l’Institut économique de Montréal (IEDM) — un think tank résolument de droite — avec celles de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) — un think tank résolument de gauche.

Or, la vraie problématique n’est pas idéologique. C’est à la base une question de plaisir du vin et de diversité !

Depuis de nombreuses années, je fais la proposition suivante : une libéralisation partielle du marché des vins et alcools au Québec, permettant à des petites boutiques de vins et d’alcool de pouvoir venir faire concurrence à la SAQ. L’objectif est de compléter l’offre de produits par de petits « cavistes », soit de boutiques dynamiques et spécialisées, qui sauraient offrir aux consommateurs québécois des produits typiques et originaux.

Attention à la confusion des mots ici. Il ne s’agit pas ici d’une « privatisation », soit la vente de la SAQ, une société publique, à des intérêts privés. Elle demeurerait une société d’État et ne disparaîtrait pas : elle joue un rôle important pour la distribution des vins et des alcools sur l’ensemble du territoire québécois, afin de garantir une diversité de produits dans toutes les régions. Mais à cela, on complèterait le marché par des petites boutiques. C’est donc une « libéralisation partielle », c’est-à-dire qu’on abroge (« libère ») les règles qui établissent la situation de monopole, afin de permettre un peu de concurrence.

[…] La SAQ opère comme un grand distributeur, un supermarché du vin. Elle accorde la priorité aux grandes marques multinationales du vin qui ont les moyens financiers pour accéder aux tablettes de ses succursales. Les producteurs doivent payer des sommes « promotionnelles » importantes pour bénéficier d’une distribution plus uniforme et plus visible. Les petits producteurs trouvent difficilement leur place dans un tel système.

C’est la raison pour laquelle même les vins québécois sont si mal distribués à la SAQ, malgré les pressions du gouvernement et l’engouement des consommateurs pour les produits du terroir d’ici.

En outre, la SAQ ne souhaite pas gérer plus d’un certain nombre de références, pour des raisons de coûts et de logistique. Malgré les apparences, elle limite donc la diversité de produits pour l’ensemble du Québec, puisque c’est un monopole. Ce sont des milliers de produits à travers le monde que nous ne pouvons pas déguster au Québec. […]

J’ai rencontré un très grand nombre de producteurs européens et, à l’évocation de la SAQ, c’est toujours la même réaction : colère, frustration et incompréhension. Ils ne conçoivent pas pourquoi leurs bons produits, pourtant appréciés par de nombreux touristes québécois, ne pourraient être vendus au Québec. La SAQ agit comme un goulot d’étranglement de la diversité.

Est-ce de droite ou de gauche de pouvoir déguster au Québec ses délicieux produits non offerts par la SAQ ? […]

Est-ce de droite ou de gauche de souhaiter l’authenticité d’un service plus personnalisé, informé et spécialisé, sachant partager le plaisir et les connaissances ? […]

Puisque c’est une libéralisation partielle, la SAQ risque certes de perdre quelques parts de marché, mais non la totalité. Elle continuera à verser des revenus importants au gouvernement, d’autant plus que la concurrence amènera la SAQ à devenir plus performante, plus efficiente et plus proactive, avec peut-être des prix plus abordables. Quant aux revenus perdus, ils peuvent être retrouvés par une taxation adéquate. C’est le cas pour la cigarette : nul besoin d’un monopole pour assurer un contrôle des ventes et des revenus de taxation. […]

La gauche et la droite s’emparent du dossier de la SAQ puisque, étant une société d’État, c’est un marqueur de ce clivage idéologique. Mais la distribution des vins et des alcools, en soi un marché assez banal, ne devrait être l’objet d’un débat doctrinal. Ce n’est ni un service essentiel (éducation, santé), ni un actif économique stratégique (Hydro-Québec), ni le fruit précieux de la Révolution tranquille (le monopole date des années 1920). Et il n’y a aucune théorie économique pour justifier un monopole du vin, comme c’est le cas pour l’électricité. […]

L’enjeu réel, comme économiste et épicurien, c’est le plaisir de la dégustation et la diversité !

À voir en vidéo