Les filles réussissent mieux à l’école partout

Si on se soucie de la réussite scolaire des garçons, il faut s’interroger sur la masculinité, croit l'auteur. 
Photo: Getty Images Si on se soucie de la réussite scolaire des garçons, il faut s’interroger sur la masculinité, croit l'auteur. 

L’Institut du Québec a publié récemment un rapport intitulé Décrochage scolaire au Québec, accueilli par des réactions alarmistes au sujet des difficultés scolaires des garçons. Ce discours s’exprime depuis des années ici et au Canada hors Québec, ainsi qu’aux États-Unis, en Grande-Bretagne et ailleurs. Il a été qualifié de « panique morale », par exemple dans le British Journal of Education Studies.

Il s’inscrit dans la rhétorique de la « crise de la masculinité » qui permet de critiquer les femmes « castratrices », soit la mère dominatrice, la jeune femme qui refuse un acte sexuel, l’ex-conjointe qui demande une pension alimentaire, l’enseignante qui transforme nos garçons en fillettes. Dans les derniers jours, on nous a ainsi resservi le vieux mythe du « matriarcat » québécois et des conseils sur les prétendues vertus pédagogiques de l’agressivité des garçons.

Matriarcat ?

Ce rapport rappelle en fait ce que l’on sait depuis longtemps, à savoir que les filles réussissent en général mieux que les garçons à l’école. Une méta-analyse d’environ 400 études sur plusieurs pays indiquait que la supériorité scolaire moyenne des filles est stable de 1914 à 2011, ce qui « contredit les thèses d’une récente crise des garçons à l’école » (Psychological Bulletin, vol. 140, no 4, 2014). Une autre étude confirmait la supériorité des filles, y compris aux Émirats arabes unis et au Qatar (Intelligence, vol. 48, 2015). La faute au matriarcat du golfe Persique, sans doute…

Or, des spécialistes en science de l’éducation, dont Pierrette Bouchard et Jean-Claude Saint-Amand, ont démontré que la masculinité traditionnelle ne favorise pas la réussite scolaire. Il ne faut donc pas encourager la mâlerie chez les garçons. Se bagarrer n’aide pas nécessairement à aimer l’école (surtout pas pour les garçons violentés et humiliés). En fait, le plus important reste d’aimer la lecture, une activité trop souvent associée au féminin ; si on se soucie des garçons, il faut donc s’interroger sur la masculinité.

Un problème de financement ?

Mais le rapport s’intéresse moins aux garçons qu’aux finances publiques, en particulier dans un long chapitre intitulé « Un problème de financement ? Pas vraiment ». Plus d’un tiers du rapport (14 sur 39 pages) est consacré à analyser les dépenses en éducation. Quant à la bibliographie, elle ne propose, ou presque, que des rapports d’experts sur le financement des commissions scolaires, des études des crédits du ministère de l’Éducation, des bilans sur la productivité et la prospérité. Aucune référence ne pointe vers des études sur la réussite scolaire par des spécialistes en sciences de l’éducation, en sociologie ou en psychologie.

Signé par deux universitaires de HEC Montréal spécialisés en gestion, il aurait surtout fallu retenir du rapport que le gouvernement engouffre des sommes folles dans l’école publique, mais sans résultats probants pour les jeunes qui réussissent moins bien : les garçons, les immigrants et les handicapés avec difficultés d’apprentissage. D’où le sous-titre du rapport : Dix ans de surplace, malgré les efforts de financement.

Économie ou pédagogie ?

Il est surtout étonnant que le rapport n’ait pas provoqué de débat au sujet de l’école privée et des inégalités économiques. Le rapport rappelle pourtant que l’école privée affiche un taux de diplomation de 20 points de plus que l’école publique (88 % au privé pour les deux sexes, soit presque l’équivalent des autres provinces). En fait, les garçons du privé réussissent mieux que les filles du public. Bref, la variable « public ou privé » semble avoir bien plus d’influence que la variable « sexe » quant à la diplomation.

L’étude précise aussi que les « élèves provenant de milieux défavorisés […] réussissent moins bien » que la moyenne, ce qui concorde avec des études au Québec (voir L’école en milieu défavorisé, 2016) et dans d’autres pays. Or, l’école n’est qu’une étape vers le marché du travail. D’autres sources ont révélé que deux fois plus de garçons que de filles optent pour un emploi avant d’obtenir un diplôme. Ces garçons ne « décrochent » pas de l’école ; ils décrochent plutôt un emploi bien payé qui n’exige pas de diplôme. Le problème n’est donc pas que l’école soit féminisée et mal adaptée aux garçons. C’est plutôt le marché de l’emploi qui est très bien adapté aux jeunes hommes, privilégiés en matière d’emplois bien payés (dans la construction, par exemple). L’Institut du Québec indique d’ailleurs que deux fois plus de garçons que de filles obtiennent de l’école une formation pour un métier semi-spécialisé, par exemple manoeuvre agricole, nettoyeur de véhicules, etc.

Les inégalités quant à la réussite scolaire vous préoccupent sincèrement ? Il faut alors s’insurger contre l’écart entre l’école privée et publique, entre les riches et les pauvres, entre les secteurs d’emploi masculin et féminin.

Mais il est plus rassurant — et facile — d’évoquer un mythique « matriarcat » et de critiquer les enseignantes qui travaillent si fort, pour un salaire modeste.

À voir en vidéo