La mise en vente de l’oeuvre patrimoniale de Chagall

Selon l'auteur, la direction du Musée des beaux-arts du Canada se comporte comme les pires gestionnaires de l’entreprise privée en décidant de mettre en vente un chef-d’œuvre de notre collection nationale.
Photo: Getty Images Selon l'auteur, la direction du Musée des beaux-arts du Canada se comporte comme les pires gestionnaires de l’entreprise privée en décidant de mettre en vente un chef-d’œuvre de notre collection nationale.

La direction du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) se comporte comme les pires gestionnaires de l’entreprise privée en décidant dans le plus grand secret, ou du moins dans la plus grande discrétion, de mettre en vente en mai prochain chez Christie’s à New York, un chef-d’oeuvre de notre collection nationale acquis en 1956, la toile de Chagall La tour Eiffel. La justification invoquée pour cette démarche pernicieuse est de pouvoir financer l’achat d’une oeuvre mystère que seuls les « quelques experts initiés du conseil », ceux-là mêmes qui autorisent la vente, sont en mesure d’apprécier.

Alors que, dans la gestion financière des grandes entreprises publiques, ce comportement autoritaire d’administrateurs est de plus en plus censuré par les actionnaires et les organismes gouvernementaux de contrôle financier, des fiduciaires du patrimoine artistique des Canadiens, souvent nommés uniquement par les instances politiques, prétendent ne pas avoir à se soumettre aux règles les plus élémentaires d’une respectueuse gestion démocratique.

Dans son premier volume, Philosophie de l’art, publié en 1865, l’écrivain philosophe et historien Hippolyte Taine mentionne : « l’oeuvre d’art n’est pas un phénomène isolé, mais on doit chercher l’ensemble dont elle dépend et qui l’explique ». C’est ce principe primordial pour la recherche en art visuel et en histoire de l’art que la direction du MBAC oblitère dans l’offre à la dérobée de vente du Chagall. Le directeur du MBAC et les administrateurs qui ont autorisé en catimini la vente de cette toile bafouent sans pudeur ce principe et leur mission de fiduciaires de notre patrimoine artistique national. Cette citation de Taine, dans sa sagesse, oriente la recherche en histoire de l’art vers un modèle d’analyse normalisé qui place d’abord les oeuvres dans une culture donnée, et dans une période artistique définie non seulement par les années antérieures à sa création, mais aussi par les années postérieures, car elles expliquent la naissance d’influences chez les artistes, l’occurrence de nouveaux mouvements artistiques ou de nouvelles écoles d’art.

C’est le rôle que cette oeuvre de Chagall joue dans l’histoire de l’art au Canada, et nous devons être reconnaissants envers les prédécesseurs de la Galerie nationale du Canada (GNC), conservateurs ou administrateurs, qui ont reconnu la valeur de cette toile et en ont fait l’acquisition. Sa mise en vente par le directeur actuel et son conseil remet certainement en question la compétence des prédécesseurs et la pertinence de leurs décisions. Ce type de jugement pourrait sous peu s’appliquer à l’équipe actuelle, mais il serait alors trop tard pour en rectifier l’abomination.

Depuis deux siècles, la multitude de nos grands peintres canadiens qui sont allés parfaire leur formation professionnelle en Europe, et principalement dans les grandes écoles de France, est une chronique historique connue. Parmi les plus renommés de nos peintres du milieu du XXe siècle, Pellan, Dallaire, et la plupart des signataires du refus global, Borduas, Riopelle, Barbeau, Sullivan…, ont fréquenté ces écoles ou côtoyé les vedettes des mouvements artistiques dominants.

L’influence de Chagall

Nous retrouvons les influences de Chagall dans les premières oeuvres de Léon Bellefleur, dans les tondos de Françoise Sullivan des années 1980, et aussi chez nos artistes du Canada anglais: Alexandre Bercovitch, Paraskeva Clark, E. J. Hughes, William Kurelek, et tant d’autres. N’oublions pas surtout nos artistes autochtones, et en particulier les gravures de nos artistes inuits qui ont si naturellement et merveilleusement adopté l’exemple de Chagall ou du moins une parenté avec sa fantaisie pour créer leurs images.

Dans une lettre que Dallaire poste à un ami d’Ottawa en mai 1940 juste avant son internement, il commente ses visites d’expositions. Ce sont les oeuvres de Picasso, de Chagall et de Pellan qu’il cite en exemples d’avant-garde pour la peinture. Notons aussi que, durant la décennie des années quarante, Pellan enseigne à l’École des beaux-arts de Montréal alors que Dallaire enseigne à l’École des beaux-arts de Québec.

L’histoire de l’art canadien a évolué selon les influences de l’art international et, par une décision heureuse des professionnels de la GNC de l’époque, nous avons réussi à nous procurer une oeuvre maîtresse de l’art internationale. Rappelons-nous, en 1989, l’argumentation déployée par les administrateurs de la GNC d’alors pour justifier l’acquisition, à un prix qui semblait hors de proportion, de la toile murale de Barnett Newman Voice of Fire. L’influence de ce peintre américain et de son style dans la peinture moderne internationale et dans la peinture canadienne devrait-elle être alors remise en question ? Demandons-nous aussi pourquoi le directeur du MBAC et quelques administrateurs actuels n’osent pas suggérer de vendre plutôt Voice of Fire pour financer une acquisition qui s’annonce sans histoire et sans nom.

Personnellement et au nom de tous les Canadiens, j’exhorte l’honorable Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, à faire usage de son autorité et à s’assurer du respect des lois et règlements qui gouvernent son ministère, pour ainsi corriger une manoeuvre de ses subalternes qui risque non seulement de faire disparaître un fleuron de notre patrimoine national, mais surtout d’éliminer une référence cruciale aux créations de nos artistes en arts visuels et à l’histoire de l’art de notre pays.