Mes étudiants, ces jeunes Québécois d’origine arabe

À voir ces jeunes, on peut difficilement parler d’une «communauté arabe » homogène, encore moins d’une «communauté musulmane», certains affichant ouvertement leur incroyance dans mes cours, souligne l'auteur.
Photo: iStock À voir ces jeunes, on peut difficilement parler d’une «communauté arabe » homogène, encore moins d’une «communauté musulmane», certains affichant ouvertement leur incroyance dans mes cours, souligne l'auteur.

Dans un article paru le 17 février, Le Devoir nous informe du fait que des professeurs du cégep Maisonneuve se censurent, de peur de froisser les sensibilités de leurs étudiants d’origine immigrante. Bien que ce ne soit pas dit comme tel, ces professeurs semblent surtout préoccupés par les sensibilités religieuses et culturelles des étudiants d’origine arabe et de confession musulmane. Fait révélateur, ils ne se censurent pas, généralement, en réaction à des heurts survenus dans leurs classes, mais de manière préventive, de crainte d’en susciter. J’ai là-dessus un éclairage à apporter.

J’enseigne au Collège Montmorency, où la population étudiante est très diversifiée, où la deuxième langue maternelle la plus courante, après le français, est l’arabe. Il y a dans mes classes beaucoup de jeunes Québécois nés de parents maghrébins ou eux-mêmes originaires du Maghreb. Presque toutes les filles, en passant, sont non voilées et tout à fait comme les autres. Modernes, affirmées, curieuses. Même conception de la pudeur, même sensibilité aux courants, progrès et problèmes de notre société. Il y a de futures Manal Drissi dans mes groupes.

J’enseigne la philosophie à ces jeunes. Je leur fais lire Nietzsche sur « la mort de Dieu ». Je leur fais lire Onfray sur le libertinage. Je leur enseigne Butler et la théorie du genre. Je discute de l’invention de la pudeur et je leur présente, images à l’appui, divers modèles, des autochtones nues d’Amazonie à la femme en burqa en passant par nos stars en décolleté sur les tapis rouges. Bref, je ne galvaude en rien mon enseignement et ne me censure pas pour éviter de froisser des susceptibilités. Mais pour chacune des théories enseignées, j’essaie de faire voir le contrepoint. Nous discutons de Dieu comme hypothèse philosophique et, même s’ils savent que je suis athée, je ne crois pas qu’ils se sentent jugés. Nous lisons des éloges de la monogamie, des auteurs convaincus de l’existence de différences naturelles entre les sexes. Ils me suivent dans tout cela, la plupart du temps vaillamment, avec intérêt.

Une réelle démarche de réflexion

Leurs travaux écrits sont à l’avenant. Ces jeunes Québécois d’origine arabe y dissertent avec intelligence et nuance sur le féminisme, le romantisme, le libertinage, l’érotisme masculin, la place des femmes et de leur sexualité dans la culture érotique occidentale, le patriarcat et les rôles de genre. Y compris les rares filles voilées qui aboutissent dans mes classes. Ou alors ils se prononcent sur l’origine des souffrances dans l’univers, sur les perspectives résolument athées de Nietzsche ou de Schopenhauer, sur la sagesse ancienne d’Aristote.

Quand je lis leurs copies, j’y vois des jeunes ouverts, tolérants, curieux de l’héritage de la civilisation occidentale de laquelle ils se sentent partie prenante, capables de se recomposer une identité complexe où ils intègrent ce qui leur vient de la culture de leurs parents et ce qu’ils ont découvert ici au Québec, notamment dans mon cours. Je pense que l’on oublie parfois l’ampleur du défi que cela représente. La liberté de croire ou de ne pas croire en Dieu, qu’ils découvrent et apprécient ici, est parfois source d’inquiétudes et de tensions dans leur milieu familial. Leur désir — très « romantique », ils le découvrent grâce à Rousseau et Austen — de choisir leur copain ou leur copine sur la base du seul amour, sans tenir compte de l’origine culturelle ou de la religion pratiquée, les met parfois en porte à faux avec les espérances secrètes de leurs parents — qui par ailleurs les aiment et sont capables de compromis.

Bref, se recomposer une identité harmonieuse à partir des diverses influences qu’ils subissent n’est pas une sinécure. Cela commande de notre part, il me semble, plus d’empathie et de tolérance face aux attitudes qui en découlent parfois : ambivalence quant à leur identité (suis-je Québécois ou Marocain ?), retour zélé à la religion pour certains, adhésion à une culture de la rue (rap, etc.) qui leur offre un univers musical et philosophique sensible à leurs colères et à leur désarroi.

J’aimerais aussi dire qu’ils ne forment pas un bloc monolithique. Plusieurs sont agnostiques ou athées, certains sont croyants, quelques filles le montrent par leur habillement. J’en connais qui parlent québécois sans le moindre accent, qui écoutent du métal, qui textent discrètement dans le fond de la mosquée quand on les oblige à y aller. À les voir, on peut difficilement parler d’une « communauté arabe » homogène, encore moins d’une « communauté musulmane », certaines et certains affichant ouvertement leur incroyance dans mes cours.

Toutes ces observations m’ont convaincu d’une chose. Pour les professeurs de cégep comme pour tous les citoyens québécois, le meilleur antidote à la peur consiste à fréquenter ces jeunes, qui sont une composante du Québec de demain, qui ne demandent qu’à en faire partie, si on veut bien leur en laisser la chance. Il faut pour cela ouvrir avec eux certains sujets plus délicats, avec le respect qui s’impose, avec ouverture et curiosité à l’égard de leur parcours, mais sans se censurer, sans renoncer à son esprit critique. S’ils sentent en vous toutes ces dispositions d’esprit, ces jeunes, je puis l’assurer, en feront preuve à votre égard. Et se sentiront sans doute encouragés à se dire, eux aussi, partie prenante du Québec qui se construit sous nos yeux.

31 commentaires
  • Alain Girard - Abonné 20 février 2018 05 h 21

    Merci d'avoir partaGÉ VOTRE EXPÉRIENCE EN SOULIGNANT PARTICULIÈREMENT SA RAISON D'ÊTRE!

  • François Beaulé - Abonné 20 février 2018 07 h 01

    Excellent texte

    M. Burelle est très convaincant. Son texte est plein de sens, d'intelligence et de vivacité.

    Via google, on peut obtenir le mémoire qu'il a présenté il y a 20 ans à l'Université Laval (127 pages). Le titre : « Les fondements de l'universalisme moral dans la pensée de Charles Taylor ».

  • Pierre Desautels - Abonné 20 février 2018 08 h 31

    Un texte rafraîchissant.

    "Pour les professeurs de cégep comme pour tous les citoyens québécois, le meilleur antidote à la peur consiste à fréquenter ces jeunes"

    Merci pour votre témoignage, qui témoigne de la réalité, contrairement à ce que ce que l'on nous présente habituellement. En fait, il serait souhaitable que d'autres professeurs viennent témoigner de ce qu'ils vivent avec cette belle jeunesse, qui nous donne beaucoup d'espoir.

  • Richard Ouellette - Abonné 20 février 2018 08 h 39

    Merci Monsieur Burelle

    Merci Monsieur Burelle pour ce propos qui me réconforte du tsunami religieux qu'on nous décrit dans les média.
    Finalement, c'est comme je le croyais. Le monde n'est pas en noir et blanc, il est en couleur.

  • Jean Richard - Abonné 20 février 2018 09 h 30

    Une mise au point appréciée

    Merci M. Burelle pour ces précisions. Elles s'imposaient car elles semblent correspondre davantage à la réalité du Grand-Montréal que ce que nous ont servi certains profs du Collège Maisonneuve.