Salaire des médecins, la honte

Alors que les médias nous informent semaine après semaine des catastrophes entourant les conditions de travail des infirmières et infirmiers, les médecins spécialistes viennent tout juste d’accepter une augmentation salariale totalisant près de 500 millions de dollars, accuse l'auteur. 
Photo: iStock Alors que les médias nous informent semaine après semaine des catastrophes entourant les conditions de travail des infirmières et infirmiers, les médecins spécialistes viennent tout juste d’accepter une augmentation salariale totalisant près de 500 millions de dollars, accuse l'auteur. 

Je suis étudiant au doctorat en médecine à l’Université Laval depuis l’automne 2014. Présentement en année sabbatique, j’ai l’occasion de prendre du recul par rapport à mon avenir et à la profession médicale. Je me trouve extrêmement privilégié d’avoir connu un parcours sans grandes embûches, encouragé par une famille qui n’a jamais cessé de croire en moi. Je suis entré dans le programme dès ma première tentative, bien qu’on m’ait initialement placé sur une liste d’attente.

Assez rapidement, j’ai réalisé que nous étions nombreux dans cette situation : la majorité d’entre nous, étudiants en médecine, provenaient d’une classe sociale qui nous a permis d’être constamment stimulés et qui nous a aidés à franchir les portes des études supérieures. Nous avons toujours été motivés dans la poursuite de nos études afin de pouvoir un jour nous aussi faire partie de cette même classe sociale. J’étais fier d’être membre de ce groupe et je le suis toujours. Pourtant, une autre émotion s’est récemment installée en moi : la honte.

En effet, les récents événements médiatisés concernant le système de santé québécois et ses professionnels m’ont choqué, au point de faire en sorte que j’ai parfois honte de dire que j’étudie pour devenir membre de cette communauté que forment les médecins québécois.

Alors que les médias nous informent semaine après semaine des catastrophes entourant les conditions de travail des infirmières et infirmiers de notre réseau de soin, les médecins spécialistes viennent tout juste d’accepter une augmentation salariale totalisant près de 500 millions de dollars, se faisant ainsi offrir un chèque d’environ 12 000 $ chacun. Cette augmentation vient de les positionner à un niveau salarial supérieur à celui de leurs collègues ontariens. Comment rester indifférent devant une telle effronterie ? 12 000 $ ? Vraiment ? Cela correspond à la moitié du salaire annuel de nombreux Québécois. C’est plus que ce que certains obtiennent avec l’aide sociale gouvernementale en un an. Comment notre société peut-elle accepter une situation aussi aberrante ? Après avoir sabré avec exagération les services publics, notre gouvernement a maintenant récupéré des surplus budgétaires exubérants. À qui offre-t-il désormais ces jolis montants ? À ceux se trouvant déjà parmi les plus choyés de notre société.

Les services publics agonisent

Comment rester indifférent ? Ma soeur, mes amies et mes beaux-parents sont infirmières et infirmiers : je les vois travailler d’arrache-pied, revenant bien souvent plus tard que prévu à la maison en raison des heures supplémentaires obligatoires. Ma mère, qui travaille en laboratoire médical, se voit offrir une augmentation salariale sous l’inflation. Ma tante, ma cousine et ma copine travaillent dans le milieu de l’enseignement, qui souffre énormément des coupes imposées par le ministère de l’Éducation, particulièrement concernant les services offerts aux élèves en difficulté. Les services publics agonisent, c’est évident.

Selon moi, ces 500 millions de dollars n’auraient pas dû revenir aux médecins spécialistes. Comment osent-ils faire de pareilles demandes d’augmentation ? Sont-ils si froids devant leurs collègues professionnels de la santé épuisés, surchargés de travail ? Restent-ils indifférents lorsque leurs patients leur parlent de leurs enfants en difficulté scolaire ? Ne voient-ils pas la souffrance psychologique de ceux qui ont une situation financière précaire ?

Ces médecins humains et compatissants que je connais ne sont peut-être pas aussi nombreux que ce que l’on voudrait croire. Ou peut-être entendons-nous trop ceux qui profitent de ce système et pas assez ceux qui se battent pour renverser les choses.

Je rêve d’une société plus juste, où les plus riches de ce monde accepteront volontairement de quitter leur vie de luxe pour aider davantage ceux qui en ont besoin. Malheureusement, nous semblons bien loin de cette idée lorsque nous lisons les nouvelles. Je n’ai pas l’intention d’abandonner mes études ; je ne peux que souhaiter que ma génération de futurs médecins sera plus ouverte à la possibilité d’accepter un salaire normal. Mais une fois intégrés au milieu, le voudront-ils ? De nombreuses questions me restent en tête, mais en attendant des réponses, la seule chose que je ressens, c’est la honte.

À voir en vidéo