L’âge d’or et les «mononcles» municipaux

Les données du ministère des Affaires municipales montrent que 83% des élus municipaux ont moins de 65 ans, souligne l'auteur. 
Photo: Dennis Jarvis / CC Les données du ministère des Affaires municipales montrent que 83% des élus municipaux ont moins de 65 ans, souligne l'auteur. 

Publié en première page du Devoir de samedi dernier, un article d’Isabelle Porter pose la question « Le conseil municipal, un club d’âge d’or ? » Selon la journaliste, le milieu municipal aurait une image de « mononcle » à briser.

Or, les données du ministère des Affaires municipales montrent que 83 % des élus municipaux ont moins de 65 ans. En fait, la majorité des élus municipaux a moins de 55 ans. Comment peut-on en arriver à faire un parallèle entre les conseils municipaux et les clubs d’âge d’or ?

Comme l’affirme la journaliste, la proportion de maires âgés de 65 ans et plus, tout comme celle des conseillers d’ailleurs, a effectivement doublé entre 2005 et 2013. La cause est néanmoins plus démographique que démocratique. En effet, 80 % des élus municipaux siègent dans une municipalité de moins de 5000 habitants où, selon l’Institut de la statistique du Québec, la proportion de la population âgée de 65 ans et plus est passée de 14 % à 20 % entre 2005 et 2015. En gros, la population vieillit, et les élus aussi.

Néanmoins, lorsque l’on effectue une répartition selon la taille des municipalités, on constate que la proportion d’élus de 65 ans et plus est soit égale, soit inférieure à la proportion de ce groupe d’âge dans la population.

L’analyse des données électorales municipales exige des nuances spécifiques. Dans un contexte où il semble être de bon ton de porter un regard pessimiste sur la démocratie municipale, la vigilance est de mise.

Examinons d’ailleurs quelques données intéressantes qui pourraient alimenter la réflexion initiée dans l’article :

Le nombre de candidatures a augmenté de 10 % entre 2005 et 2013, majoritairement attribuable à l’augmentation des candidatures féminines ;

Cette augmentation a entraîné une diminution du nombre d’élus sans opposition, soit 507 en moins ;

Dans l’intervalle de 2005 à 2013, on compte 395 femmes élues en plus et 465 élus masculins en moins.

Nul doute qu’il y a renouvellement de la classe politique municipale ! On peut débattre du rythme, mais reconnaissons qu’il n’y a jamais eu autant de femmes en politique municipale, jamais eu autant de postes brigués par plus d’un candidat.

Jusqu’aux scrutins de novembre, les enjeux locaux jouiront d’une plus grande visibilité offrant ainsi l’occasion de promouvoir un portrait juste et objectif de la démocratie locale. Une meilleure diffusion de certaines informations pourrait favoriser l’engagement politique. Par exemple, savoir que plus de 4000 femmes soumettront leur candidature aux élections de cet automne pourrait encourager celles qui hésitent encore à le faire.

Évidemment, on ne favorisera pas un regard naïf ou complaisant. La démocratie municipale et ses élus font effectivement face à des défis et des problèmes importants. L’article de Mme Porter en recense plusieurs. Il n’est cependant pas utile, à mon avis, de dépeindre un portrait excessivement pessimiste qui pourrait alimenter le cynisme des citoyens. La responsabilité de briser l’image de « mononcle » n’appartient peut-être pas au milieu municipal finalement…

 

Réponse de la journaliste

  

Les statistiques citées par M. Champagne comprennent l’ensemble des élus municipaux — conseillers municipaux compris. Or mon article se penchait plutôt sur l’âge des maires. Ainsi, si on inclut les conseillers, on peut certes affirmer que la majorité des élus ont moins de 55 ans. Toutefois, c’est le cas de seulement le tiers des maires.

Du reste, la question n’est pas de choisir entre le pessimisme et l’optimisme, mais bien de rendre compte de statistiques méconnues et instructives pour le monde municipal. Qu’elles soient discutées et débattues, comme c’est le cas ici, montrent bien qu’elles gagnaient à être diffusées.

Isabelle Porter

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 20 septembre 2017 08 h 35

    Maires

    Les maires sont les no. 1 des villes, il n'est pas étonnant qu'ils soient les plus expérimentés, comme les PDG de grandes entreprises sont généralement plus âgés que les commis.

  • Réal Ouellet - Inscrit 20 septembre 2017 15 h 12

    Les vrais mononcles,

    ce sont les politologues et les sociologues.