Un énorme gâchis à Saint-Adolphe-d’Howard

Le lac Saint-Joseph à Saint-Adolphe-d'Howard
Photo: Municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard Le lac Saint-Joseph à Saint-Adolphe-d'Howard

Lettre ouverte à Éric Martel, président d’Hydro-Québec

Je suis un résident de Saint-Adolphe-d’Howard depuis 1990. De par la localisation de notre maison, notre famille ne sera pas affectée directement par la défiguration du panorama sur le lac Saint-Joseph et de ses sommets montagneux résultant de l’installation des pylônes de la ligne d’Hydro-Québec qui menace cette petite localité à vocation récréotouristique.

Je veux pourtant vous faire part de mon opinion et de mes sentiments à l’égard de la terrible décision que vous êtes en train de prendre. En effet, en tant que président d’Hydro-Québec, vous avez le pouvoir d’autoriser ou de placer votre veto sur des opérations d’Hydro-Québec qui peuvent nuire à sa réputation. C’est vous qui portez, en dernier ressort, la responsabilité des actions mises en oeuvre par la société d’État. De ce point de vue, les décisions que vous prenez vous restent attachées personnellement et vous préférez probablement qu’elles le soient, comme pour certains de vos prédécesseurs, comme visionnaire plutôt que comme gestionnaire-comptable à la petite semaine.

Je suis allé m’asseoir en fin de journée, il y a quelques jours, dans le petit parc en face de l’église et de la mairie. Il y a des fauteuils Adirondack qui permettent de contempler la beauté du lac Saint-Joseph et des montagnes verdoyantes encore dans leur état de nature qui en fixent l’horizon. C’était un plaisir d’été particulièrement agréable pour moi. Et bien entendu, j’en suis venu à me demander comment des gens pouvaient venir massacrer, avec leurs immenses poteaux placés sur les sommets, cette beauté naturelle, et la richesse qu’elle représente pour une localité et une communauté. Je me suis dit qu’il ne fallait ni plus ni moins que des barbares — de bien petit niveau — pour accomplir cet énorme gâchis qui va totalement à l’encontre de la responsabilité sociale d’entreprise d’une société construite par les Québécois pour les Québécois, et pas seulement pour nourrir l’immense appétit fiscal du gouvernement du Québec.

Un signe de mépris

En contemplant ces petites montagnes, je pensais à celles du New Hampshire et aux paysages de l’État de New York (Northern Pass, et ligne Hertel-New York complètement enfouie sur plus de 500 km, y compris dans la portion québécoise) qui, elles, seront traitées avec respect grâce à un très long, sinon immense enfouissement des fils des nouvelles lignes internationales d’Hydro-Québec. Pour ceux qui connaissent la situation de Saint-Adolphe, et ils sont maintenant très nombreux, savoir que l’on refuse un tel enfouissement sur une distance beaucoup plus courte prend immédiatement le signe du mépris d’Hydro-Québec non seulement pour les habitants de Saint-Adolphe, mais aussi pour l’ensemble des Québécois, rappelant cet ancien sentiment d’abus colonialiste contre lequel Hydro s’est constituée grâce à des visionnaires. Inversement, ces personnes ne peuvent avoir que mépris et ressentiment pour ceux qui auront pris cette décision qui va à l’encontre des valeurs de la société que vous dirigez.

Je pense qu’au titre de président de cette grande entreprise ayant lancé de façon remarquable la modernisation du Québec, vous ne voudrez pas en rabaisser le symbole à une entreprise mesquine et arrogante défiant sa responsabilité sociale au Québec, tout en se mettant à genoux devant nos voisins du Sud. Le cas de Saint-Adolphe est aujourd’hui au Québec un élément constitutif de la réputation d’Hydro-Québec.

Monsieur le Président, ne soyez pas peureux, revenez sur ce dossier, écoutez les élus locaux et prenez la décision d’enfouir les fils de la nouvelle ligne à Saint-Adolphe-d’Howard pour ne pas défigurer, ne pas massacrer un très beau paysage et priver ses habitants de cette jouissance. Vous n’aurez plus alors à vous le reprocher tout au long de votre vie de façon distillée, et vous pourrez penser, finalement, que vous n’avez pas cédé à la barbarie et à une vision totalement dépassée du développement.

15 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 31 août 2017 01 h 55

    vivre dans un monde pastorale ou dans un monde d'ingénieurs

    c'est toujours la meme chose, jusqu'ou l'expansion doit s'infiltrer, doit-on la laisser faire ou la contrer, en fait la reponse est simple,vivre dans un monde pastorale ou dans un monde d'ingénieurs

  • Guy Lafond - Inscrit 31 août 2017 03 h 26

    Vents et tempêtes


    Je peux comprendre l'opinion et la frustrations qui sont formulées ici par M.Arnaud Sales.

    Bien qu'il en coûte beaucoup plus cher d'enfouir des lignes à haute tension, il ne faut pas non plus ignorer les probabilités que d'autres phénomènes climatiques extrêmes puissent mettre à rude épreuve notre réseau électrique au Québec.

    "D'un point de vue économique, une ligne 400 kV enterrée coûte environ dix fois le prix d'une ligne aérienne. Mais cette évaluation approximative ne tient pas compte d'éventuelles économies d’échelle obtenues qui pourraient être possibles grâce à la généralisation des techniques d’enfouissement. Enfin, les lignes aériennes sont extrêmement vulnérables en cas de tempête : en France, la tempête de 1999 a entraîné un surcoût de 30 % rien que pour la mise aux normes des lignes THT afin qu’elles résistent à des vents violents de 170 km/h. Au Canada, les tempêtes de verglas peuvent aussi endommager les lignes, comme celle survenue en janvier 1998 dans l'Est de l'Amérique du Nord qui a détruit 120 000 km de lignes électriques de toutes tensions" - WIKIPEDIA ("Ligne à haute tension")

  • Raymond Vallée - Abonné 31 août 2017 07 h 12

    Les sourds et aveugles.

    M. Martel,avez vous visitez St Adolphe, parlez aux citoyens et visiteurs de la région?
    Sortez de votre bureau et voyez le désastre a venir.
    Vous n'aurez plus d'excuses....

  • Claude J. Marcoux - Abonné 31 août 2017 08 h 34

    Oui aux USA, non au Québec : c'est scandaleux

    Hydro-Québec enterre 500 km de fils aux USA mais pas au Québec, pas à St-Adolphe, au risque de détruire de beaux paysages, de frustrer des centaines de gens. Un peu de respect pour les Québécois SVP.

    • Jean-Yves Arès - Abonné 31 août 2017 14 h 20

      Sauf que c'est pas vrai pantoute. La ligne n'a pas 500 kilomètres aux US, et Hydro Québec n'enterre pas du tout les lignes qu'elle raccorde sur le réseau du sud...

      Ça nous fait un bel exemple de ''faits alternatifs''.

      En territoire américain la ligne du projet devrait faire 192 miles (309 km). il y deux sections de la ligne qui devraient être souterraines sur une longueur de 7.5 et 52 miles, ce qui donne au total un peu moins de 100km.

      Maintenant, ce n'est pas Hydro Québec qui est responsable de cette ligne, ni évidement de son implantation. C'est Eversource Energy l'entreprise qui pilot le projet. La collaboration d'Hydro Québec a ce projet est a titre de fournisseur de l'énergie, avec livraison à la frontière.
      Et il faut mettre en perspective le prix de l'électricité dans cette État, en moyenne a 16.07¢US le kWh... Quelque trois fois le prix d'ici, ce qui laisse plus de place pour payer des lignes de luxe souterraines. Inutile de dire qu'on n'y chauffe pas l'électricité à ce prix!

      Un luxe c'est ligne haute tension enfouie?
      A 10 fois le prix on peut dire oui. Un gros luxe.

      Les gens de la région sont-ils prêt a payer l'extra qu'engendrait cette enfouissement ?

    • Denise Payette - Abonnée 31 août 2017 17 h 11

      M. Arès est mal informé. Il pourra parfaire ses connaissances en allant à l'adresse suivante:
      http://www.hydroquebec.com/projets-construction-tr
      La portion américaine aura 500 km en souterrain et passera dans le lac Champlain

  • Bernard Terreault - Abonné 31 août 2017 08 h 54

    Quels paysages protéger?

    Ne faut-il protéger que les "beaux paysages", surtout s'il s'y trouve des villégiatures cossues? Et toutes ces gigantesques lignes à haute tension qui traversent le Saint-Laurent, puis parcourent la "platte" Montérégie? Et les affreuses lignes locales qui obligent à massacrer les arbres de rues et défigurer les quartiers résidentiels? Est-ce le prix à payer pour notre électricité "verte" dont nous sommes si fiers et qui nous aide à réduire notre consommation d'hydrocarbures?