Des Juifs bolcheviques aux gauchistes islamistes

Manifestation contre la charte de la laïcité, 14 septembre 2013
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Manifestation contre la charte de la laïcité, 14 septembre 2013

Le Devoir a fait paraître le lundi 29 mai un texte d’André Lamoureux, « politologue » à l’UQAM, sous le titre « Québec solidaire enclave du gauchisme et allié de l’islamisme ». L’article est rempli de slogans agressifs dirigés contre certaines personnes. Le discours est à ce point inconvenant que j’ai hésité à le commenter. Le texte contient tellement de propos islamophobes que l’on comprend pourquoi l’auteur ne voit pas d’islamophobie du tout. C’est qu’elle est partout présente dans son article et banalisée comme si c’était une réaction normale face à une invasion inventée de toutes pièces.

Les islamistes nous envahissent !

Les réactions de certains ne doivent pas être confondues avec de l’islamophobie car, voyez-vous, le danger serait bel et bien « réel ». Nous serions menacés par les salafistes et wahhabites qui cherchent à envahir notre société. Le propos de Lamoureux s’ajoute donc à ceux de Djemila Benhabib (l’islam politique est à nos portes), Bernard Drainville (c’est la charte ou la victoire des intégristes), Poste de veille (la charia est en train de s’implanter chez nous), Fatima Houda-Pepin (les mosquées sont des lieux de radicalisation salafiste) et Christian Rioux (nous vivons le choc des civilisations).

Cette paranoïa xénophobe, une fois engagée, ne peut être stoppée sur sa lancée. Le complot rôde partout et, quand l’auteur ne se laisse pas aller à de l’élucubration paranoïaque, il se livre à de l’invective ad hominem. À la racine du problème : le multiculturalisme et bien entendu QS qui est, comme chacun sait, infiltré par des agents de l’Arabie saoudite.

Des coups de gueule inutiles

Il faut certes distinguer la charte des valeurs du PQ (catholaïque), le discours de certaines personnes qui tiennent des propos islamophobes pour la défendre, et les réactions carrément racistes qui surgissent dans les tribunes téléphoniques, sur les réseaux sociaux ainsi que dans la rue. On passe alors du repli identitaire à la peur, puis à la haine. J’ai proposé de faire ces distinctions dans trois articles du Huffington Post (« Chronique d’une dérive annoncée : Catholicité, islamophobie et racisme » I, II, III). Ces nuances sont étouffées par les coups de gueule et les phrases assassines dont son texte est truffé. Le ton monte au point d’effacer toutes les distinctions et d’écraser les voix minoritaires discordantes. L’important est de parler plus fort.

Des nuances sont pourtant possibles

On peut être favorable à une charte de la laïcité, vouloir même qu’elle soit constitutionnalisée avec nos autres chartes, et être favorable à la souveraineté du Québec. Mais cette charte doit être inclusive et elle doit permettre les signes religieux chez les employés de l’État. Nos enjeux identitaires sont réels et ne doivent pas être éludés, mais ils doivent être pris en charge par des principes constitutionnels raisonnables exprimant un nationalisme civique et non un nationalisme conservateur. La souveraineté doit nous ouvrir sur le monde et non être fondée sur un repli identitaire qui s’appuie sur la France et se sert de ce pays comme seul modèle. On peut être favorable à la mise sur pied d’un observatoire sur la radicalisation, mais cet observatoire doit en même temps se pencher sur le racisme systémique qui est présent chez des employeurs, des corps policiers, des médias, des corporations professionnelles et des citoyens. On peut être favorable à une commission sur les accommodements au service des citoyens, mais cette commission doit instruire la population et non relayer les préjugés. On peut critiquer le multiculturalisme, mais il faut défendre l’interculturalisme, (i) conçu comme impliquant une reconnaissance réciproque entre le peuple et les minorités historiques ou issues de l’immigration, (ii) comme impliquant une obligation d’intégration assumée par les citoyens et prise en charge par l’État et (iii) comme impliquant une entente sur des règles du vivre ensemble constitutionnalisées.

Le texte d’André Lamoureux ne contribue pas à faire avancer le débat. Il ne fait que reconduire les erreurs initiales qui sont à l’origine du glissement national populiste dans lequel s’est laissé entraîner le PQ. Il fut un temps où l’on s’en prenait aux « Juifs bolcheviques ». Nous voilà maintenant face à des discours visant les « gauchistes islamistes ».

91 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 30 mai 2017 01 h 14

    pourquoi êtes-vous silencieux quand il s'agit de la haine que les islamistes propagent sur toutes les tribunes?

    Encore une fois, Monsieur Semour, vous faites l'amalgame entre l'ouverture à l'autre et l'intégrisme religieux. Selon vous: «Mais cette charte doit être inclusive et elle doit permettre les signes religieux chez les employés de l’État.» Qui a décrété que la charte doit permettre les signes religieux? La fonction publique doit être neutre et ne doit pas faire le prosélytisme de la religion, de la même façon qu'on n’a pas le droit de démontrer sa filiation politique pendant le service public. Il faut avoir une séparation entre l'Église et l'État, ce qui n'existe pas chez les islamistes.
    Par exemple: Avi et Rebecca (pas leurs vrais noms) sont un couple juif séculier à Montréal qui voulait se marier dans une cérémonie menée par un fonctionnaire public, pas un rabbin. Au lieu de signer le ketubah - le contrat de mariage juif - ils voulaient que leur mariage soit célébré par un fonctionnaire laïque de la Cour québécoise.
    Imaginez leur surprise quand ils sont arrivés au Palais de Justice à Montréal, avec des amis et de la famille, pour apprendre que leur mariage "laïque" devait être célébré par une fonctionnaire portant le hijab!
    Soyons un peu cohérent, Monsieur Seymour. Les gens qui revendiquent la neutralité de l'état ne sont pas racistes, ils sont lucides.
    De plus, pourquoi êtes-vous silencieux quand il s'agit de la haine que les islamistes propagent sur toutes les tribunes: je cite ici les propos de Rachad Antonius: «À titre d’exemple, certaines mosquées de Montréal (une minorité) intiment aux musulmans, sur leur site Web, « de ne pas s’allier aux chrétiens et aux juifs » (un principe central de la doctrine wahhabite). Certains pères refusent de faire affaire avec une directrice d’école, sous prétexte que cela contredit leur religion. La critique de telles attitudes ne relève pas de l’islamophobie. Quand des parents s’inquiètent du fait qu’une enseignante pourrait enseigner au primaire en cachant entièrement son visage, cela ne relève pas de l’islamophobie non plus

    • André Joyal - Inscrit 30 mai 2017 09 h 38

      Michel! Michel! Je ne te reconnais plus. Tu dois retenir un mauvais souvenir te ta direction des intellectuels pour la souveraineté. Dommage.
      Fais gaffe de donner raison à Chateaubriand. Pas facile bien vieillir.
      AJ.

    • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 30 mai 2017 10 h 10

      M. Seymour «philosophe»,

      Je note d'abord la mise en guillemet de la profession de M. Lamoureux et vous rend la pareille.

      Vous vous exprimez comme si vous portiez en vous LA VÉRITÉ, un peu comme tendent à faire les portes parole de QS.

      Vous exprimez une opinion qui en vaut bien une autre. C'est votre droit. On vit, après tout, dans un environnement hypothétiquement démocratique.

      Et c'est justement ce que M. Lamoureux a fait lui-aussi.

      Il se trouve que les opinions de M. Lamoureux correspondent davantage, et de loin, à ma lecture à moi de l'évolution de la situation sociologico-politico-philosophique du Québec depuis des lustres.

      Alors, je vous prie de laisser le débat avoir cours. Il me semble qu'il y a moyen de le faire sans insulter le porteur d'un point de vue qui ne correspond pas au vôtre.

      Jean-Pierre Marcoux
      «Sociologue, architecte-paysagiste, aménagiste, géographe, philosophe, enseignant et pèlerin en nature»

    • Nadia Alexan - Abonnée 30 mai 2017 11 h 35

      À Monsieur Seymour: Un bout de mon commentaire manquait:
      Le secrétaire général de la Ligue Islamique Mondiale (LIM), Mohammed Al-Issa, a lancé un appel aux femmes musulmanes vivant en Europe à se conformer strictement aux lois en vigueur, y compris l'interdiction du port du voile, ou bien de quitter le pays pour celles qui ne veulent pas le retirer. «Ôtez vos hijabs ou quittez l'Europe,» a-t-il tranché vigoureusement. «Ne poussez pas les pays d'accueil à vous haïr,» a-t-il ajouté. (Rue Des Mondes -11 mai 2017)
      Serait-il lui aussi raciste, xénophobe, islamophobe et suprématiste blanc ?
      Pourtant, il ne dit que ce que promeut la laïcité; c’est-à-dire la séparation du religieux et du politique. Un peu de cohérence, s'il vous plait, Monsieur Semour. Pourquoi ne pas se joindre aux réformateurs de l'Islam politique, au lieu de s'allier avec l'obscurantisme et l'intégrisme?

    • Pierre Raymond - Abonné 30 mai 2017 13 h 53

      « Qui a décrété que la charte doit permettre les signes religieux? La fonction publique doit être neutre et ne doit pas faire le prosélytisme de la religion, de la même façon qu'on n’a pas le droit de démontrer sa filiation politique pendant le service public. » N. Alexan

      Et c'est plus qu'une simple question de religion, je trouve tout à fait inacceptable d'être servi par un employé de l'état qui porte le chandail des « Canadiens de Montréal »... c'est pour vous dire, moi Montréalais de naissance.

    • Pierre Grandchamp - Abonné 30 mai 2017 14 h 56

      Quand on sait que des parents musulmans refusent que leur fille suive des cours de musique à l’école

      Quand on voit une musulmane refuser d’enlever son voile, alors qu’on l’accueille chez nous comme immigrante, à la citoyenneté

      Quand on connait ce qui se passe dans de nombreuses banlieues françaises et au Royaume Uni

      Quand on se rend compte que la France est en état d’urgence depuis un an et demi

      Quand on voit le sort des minorités chrétiennes en terres musulmanes

    • Cyril Dionne - Abonné 30 mai 2017 18 h 40

      « Mais cette charte doit être inclusive et elle doit permettre les signes religieux chez les employés de l’État. »

      Oui pour une charte inclusive mais non pour les signes religieux dans la sphère étatique. Imaginez pour un instant le Capharnaüm qui en résulterait ? C’est dans la sphère privée que ceux-ci devraient apparaître en premier. Encore une fois, est-ce que vous pourriez imaginer quelqu’un habillé en habit d’apiculteur essayer de vous vendre une voiture chez votre concessionnaire local ? Tout ce qui en résulterait, ce serait un communautarisme raciste où les gens avec les mêmes replis identitaires, achèteraient le nécessaire chez les gens où ils se reconnaissent. On est loin d’un système démocratique à la sauce multiculturaliste.

      Encore une fois, pour ceux qui peuplent les antres des tours d’ivoire, c’est la faute du populisme, de la France et de tous ceux qui en ont ras-le-bol de toute cette rectitude politique. A Rome, on fait comme les Romains. Il n’y a plus de pays à construire, mais plutôt un état où il fait bon vivre en communiant avec les autres sans imposer des valeurs rétrogrades qui ont maintes et maintes fois, prouvées qu’elles sont anti-démocratiques et contre le vivre ensemble en communion sociétale. C’est pour cela que les nouveaux arrivants quittent mère, famille et patrie pour venir s’établir ici.

      Et ayoye, notre auteur pamphlétaire de descendance juive qui compare dans la même phrase, sa communauté qui a subit la Nuit de cristal en passant par les camps de concentration à nos énergumènes de la gauche islamofasciste. C’est un affront pour tous, « Manchester Arena » oblige.

      En passant, les « punks » sont aussi sincères dans leur accoutrement vestimentaire mais cela ne leur permet pas de s’attriquer comme ils le veulent dans la sphère étatique.

    • Pierre Jobin - Abonné 1 juin 2017 09 h 35

      Christian Nadeau, président de la Ligue des droits et libertés du Québec dans l'éditorial du dernier numéro de la revue Droits et libertés : "Or, rappelons-le, la neutralité religieuse de l’État n’est pas une fin en soi. Si l’État doit se montrer neutre, c’est précisément pour éviter toute forme de discrimination entre les individus. L’État ne peut donc en aucun cas être lui-même la source d’une discrimination sous prétexte de neutralité."

      Monsieur Seymour ne dit pas que la charte serait en soi raciste, mais certains propos pour la défendre sont racistes, xénophobes et islamophobes. Ensuite il ne faut pas confondre, comme l'a fait Bernard Drainville, le prosélytisme religieux et le fait de porter un signe religieux. Personne n'a contester les articles de la charte interdisant le prosélytisme religieux à un employé de l'état dans le cadre de l'exercice de ces fonctions, pas plus qu'on ne pourrait lui permettre de prendre une décision basée sur une norme religieuse. Porter une kippa ou un voile n'est pas un geste de prosélytisme, pas plus que le fait de porter une croix autour du cou. Et à l'inverse, l'absence de signe religieux chez une personne n'est pas un gage que cette dernière s'abstiendra de faire du prosélytisme.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 1 juin 2017 12 h 07

      « Porter une kippa ou un voile n'est pas un geste de prosélytisme, pas plus que le fait de porter une croix autour du cou. »

      Et on vous répond toujours que le port de signes n'avait pas de visée prosélytes, ils n'auraient pas de réticences à y renoncer.

      Misère. Mais à force de répéter, patiemment...

    • Pierre Jobin - Abonné 1 juin 2017 13 h 33

      @Richard Maltais Desjardins : "Et on vous répond toujours que le port de signes n'avait pas de visée prosélytes, ils n'auraient pas de réticences à y renoncer. Misère. Mais à force de répéter, patiemment..."

      Et comme cela est faux, vous aurez beau le répéter et le répéter, cela n'en deviendra pas plus convaincant. Ce n'est pas parce qu'un symbole ou une pratique est percu par un croyant comme étant une prescription de sa religion que cela est pour autant un acte de prosélytisme. Par exemple, pour les juifs orthodoxes, il ne faut pas manger de viande et de produit laitier dans un même repas. Cette prescription vient d'une phrase de la Bible qui dit qu'il ne faut pas faire cuire le chevreau dans le lait de sa mère. Certes on peut juger cette prescription religieuse très formaliste tout comme l'interdiction de manger du porc. Mais cela n'a rien à voir avec le prosélytisme. Bref, ces croyants auraient beaucoup de difficulté à renoncer à ces pratiques, mais ce n'est pas du prosélytisme pour autant. Donc votre raisonnement ne tient pas. Alors, répétez tant que vous voudrez. Misère.

      Pour moi, une des grandes misères est le fait qu'après plus d'un demi-siècle, nous ne nous soyons pas encore approprié la déclaration universelle des droits de l'homme, notamment l'article 18 : "Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites."

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 1 juin 2017 22 h 19

      « Donc votre raisonnement ne tient pas. »

      Nous sommes d'accord. Je ne fais que rappeler cette objection, qui ne tient pas, en effet.

  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 30 mai 2017 03 h 26

    M. Seymour, je suis effrayée par votre discours

    Ma foi, quel charabia pour un universitaire.

    Ce n'est pas de la paranoïa xénophobe que de vouloir empêcher qu'une religion rétrograde s'installe dans le pays. Vous entendre parler de "racisme systémique qui est présent chez des employeurs, des corps policiers, des médias, des corporations professionnelles et des citoyens" me donnerait froid dans le dos si je ne vivais pas moi-même dans ce pays que vous décrivez ainsi. Si j'étais vous, je prendrais mes jambes à mon cou pour fuir un tel enfer.

    Avec des modèles tels que vous, on peut comprendre que le "personnage Dalila Alawi" se donne le droit d'invectiver le PQ comme elle l'a fait au Congrès QS.
    Vous ne vous prononcez pas sur cette raciste?

    Jacinthe Lafrenaye

    • Pierre Grandchamp - Abonné 30 mai 2017 11 h 10

      Je suis islamophobe. Je ne suis pas un raciste!

      « Le silence de la majorité des musulmans face à l’islamisme radical est assourdissant. Le tort qui est fait à l’islam et aux musulmans par les idéologues de la haine et les «leaders» autoproclamés est irréparable.

      La balle est maintenant dans le camp des communautés musulmanes elles-mêmes. Les extrémismes se nourrissent réciproquement de leur haine mutuelle. On ne peut combattre le racisme si on ne combat pas les discours haineux et la violence djihadiste à l’égard des «mécréants». À l’instar du peuple québécois, les musulmans du Québec doivent montrer leur humanité en dénonçant la violence commise en leur nom et au nom de l’islam. »- Fatima Houda Pépin musulmane."

      http://www.journaldemontreal.com/2017/02/06/le-que

  • Yves Côté - Abonné 30 mai 2017 04 h 08

    Merci Monsieur Seymour !

    Depuis deux siècles et demi, la société québécoise et les Québécois sont menacés chez eux dans leur identité et leurs droits humains, par une force politique et culturelle envahissante de même que par une puissance économique qui se concentre toujours plus autour de quelques grands groupes en se mondialisant.
    Pour s'éviter le regroupement des individus à une tâche politique de solidarité qui pourrait menacer leurs assises, les dites-forces exclusivement auto-centrées en intérêts divers favorisent un populisme et un abrutissement de la population qui lui fait choisir de s'en prendre avec force aux plus faibles et démunis, plutôt qu'aux responsables eux-mêmes de la menace sociale et politique.
    C'est ainsi donc que votre démonstration d'aujourd'hui est selon moi, essentielle à la compréhension des choses du réél.
    Pour ainsi dire, vous nous remettez à tous ainsi les yeux devant les trous...
    Cela vous méritant pour ma part, des remerciements les plus sincères Monsieur.

    • André Joyal - Inscrit 30 mai 2017 09 h 40

      À lire au second degré j'imagine, M. Coté.

    • Jacques Tremblay - Inscrit 30 mai 2017 09 h 56

      Et c'est ainsi que la gogauche n'a rien à envier à la droidroite: même propos délirants.
      Jacques Tremblay
      Sainte-Luce, Qc

    • André Joyal - Inscrit 30 mai 2017 13 h 41

      Notre philosphe de l'UdeM me rappelle un autre philosophe que j'ai beaucoup lu durant ma jeunesse: Roger Garaudy.

      J'ai cessé de le lire quand il est passé du marxisme à l'islam. J'avoue,cependant, que M.Seymour ne semble pas (encore) être rendu là.

  • Jacques-André Lambert - Abonné 30 mai 2017 05 h 24

    Excusez mon pardon

    Pardonnez mon populisme. Il est atavique.

    Depuis le début, on a fait ce qu’on a pu pour survivre en ce pays.

    Certes, on a immigré. Dans un espace illimité de forêts, de rivières et de lacs, de moustiques trop intenses et d’hivers trop hâtifs.

    On l’a voyagé, exploré jusqu’à ses confins. Et notre sang s’est métissé. Tout naturellement.
    Les seigneurs anglais ont remplacé les seigneurs français.

    Quand la France de Combes a laïcisé ses institutions au début du 20e siècle, les « fervents de Dieu » ont trouvé asile en nos terres.
    Et ils ont exilé nos artistes et nos penseurs qui cherchaient à s’épanouir ailleurs qu’à Rome.

    Et voilà que cent ans plus tard, on devrait redevenir zouaves pour défendre la divinité menacée de toutes parts : dans les gymnases publics, dans les piscines publiques, au bureau de scrutin, en salles de chirurgie, etc.?

    L’histoire radote.

  • Julie Grimard - Abonnée 30 mai 2017 06 h 02

    Simplicité du discours

    Vous faites ce que vous rejetez de André Lamoureux. Un discours manquant de profondeur et facilement discutable selon notre vécu, nos perceptions, nos structures de valeurs et notre idéologie. Notre structure argumentaire sera toujours perçue comme valable et la meilleure comme tout religieux envers sa religion ... Je ne suis pas un spécialiste du domaine mais les différences culturelles causeront toujours conflits. Seul la très grande homogénéité culturelle devrait être recherchée sinon ce que vous critiquez envers les autres, les autres peuvent en faire autant. Qui a raison ?

    • Jocelyne Lapierre - Inscrite 30 mai 2017 17 h 37

      De quelle homogénéité culturelle parlez-vous? De celle prônée par les mondialistes et la Bien-Pensance? de celle prônée par les systèmes totalitaires comme le communisme, l'islamisme, le Nouvel ordre mondial? Tous les totalirismes sont des utopies et finissent dans le chaos total.

      Quand au relativisme culturel et le libertarianisme, ils ont fragmenté nos sociétés à un point tel que certains mettent en garde contre le risque de guerres civiles et de sécessions.

      La question est veut-on assurer la pérennité de notre peuple ou voulons-nous commettre un suicide collectif? Car une certaine religion et certains peuples profitent pleinement de notre esprit de repentance, de notre angélisme et de notre haine de soi, ainsi que de notre manque de spiritualité et méconnaissance profonde de nos racines.