Longueuil: une vision et un poids politique à retrouver

La mairesse de Longueil, Caroline St-Hilaire
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La mairesse de Longueil, Caroline St-Hilaire

La mairesse Caroline St-Hilaire a annoncé qu’elle ne sollicitera pas un troisième mandat le 5 novembre prochain. Quelques analystes ont salué cette décision, soulignant que Mme St-Hilaire était une des rares personnes exerçant le métier de politicien à savoir s’arrêter au bon moment. Mais justement, avec l’éclatement de son parti Action Longueuil dans les derniers jours, il y a lieu de se demander si la mairesse ne part pas parce qu’elle savait que son navire était en train de couler. Il faut aussi se questionner sur son héritage politique. Et s’il y a une chose qui ressort de celui-ci, c’est qu’elle laisse Longueuil avec un poids politique faible, pour ne pas dire complètement inexistant.

Il est vrai que, sous sa gouverne, des services ont été rendus efficacement. Soulignons la communication concernant les opérations de déneigement ainsi que le ramassage des ordures. Notons aussi que certaines rues et boulevards importants ont fait l’objet de travaux de réfection et de réaménagement. Pour cette première partie de son bilan, il faut reconnaître le travail accompli.

Regardons une deuxième partie de son héritage : la gestion de l’argent des citoyens. Vous verrez rapidement que, de ce côté, le bilan est moins reluisant. Depuis 2010, le compte de taxes des citoyens a augmenté de plus de 24 %. Par ailleurs, le nombre de cadres a grimpé de 36 % pendant les six premières années de sa gouverne. Quand le nombre de cadres qui travaillent pour vous augmente de 6 % par année, on ne peut conclure que vous avez géré efficacement l’argent de vos citoyens.

Des atouts incroyables

Finalement, et c’est ce qui fait le plus mal, j’ai le sentiment que la ville dans laquelle j’habite a complètement perdu son poids politique pendant le passage de Mme St-Hilaire. C’est dommage de le dire, mais quels grands projets ont vu le jour dans les dernières années ? Vous risquez de chercher longtemps… Et que contenaient les derniers budgets fédéral et provincial pour Longueuil ? Strictement rien. Le gouvernement du Québec va investir dans des grands projets pour Montréal, Brossard, Québec, Laval et Lévis, mais Longueuil ne fait partie d’aucun scénario. Triste vérité.

Longueuil est pourtant la cinquième ville en importance du Québec avec ses 246 000 habitants. Elle peut miser sur des atouts incroyables : une grande proximité avec Montréal, une ligne de métro qui se rend sur son territoire, un aéroport, le plus grand cégep francophone de la province, un immense parc de conservation, pour ne nommer que ceux-là. Malgré ces atouts, l’équipe en place depuis 2009 n’est pas parvenue à convaincre les gouvernements et les développeurs d’investir à Longueuil.

Celui ou celle qui sera élu maire de Longueuil le 5 novembre prochain devra certes faire en sorte d’assurer des services de qualité aux citoyens, mais il devra aussi travailler très fort afin que la Ville de Longueuil rayonne de nouveau et qu’elle retrouve son poids politique.

Sylvie Parent, en tant que bonne dauphine de la mairesse, n’a cessé de répéter pendant la course à la chefferie d’Action Longueuil qu’elle était là pour assurer la continuité de Mme St-Hilaire. Or Longueuil a besoin de beaucoup plus que de continuité. Un vent de fraîcheur, un dynamisme et une véritable vision sont nécessaires pour les prochaines années. Les gens de Longueuil méritent un maire qui n’aura pas peur de prendre une grande place dans les débats publics et d’aller cogner à toutes les portes, à Québec, à Ottawa et ailleurs, pour attirer les investissements et les grands projets. Ils méritent un maire qui saura rassembler les gens plutôt que de les diviser. Dans cette optique, le temps d’Action Longueuil semble révolu.

2 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 20 avril 2017 10 h 35

    Et?

    Que des bons mots se limitant à la neige et aux ordures. Il manque le lien sur vos intentions réelles.

  • Philippe Beauvais - Inscrit 21 avril 2017 09 h 22

    C'est plutôt mince..

    Cher monsieur Simard,

    A la lecture de la lettre d’opinion que vous nous offrez, permettez-moi de douter de vos intentions.

    En effet, j’ai de la difficulté à garder le silence devant l’aveuglement volontaire dont vous faites preuve face aux réalisations de Mme St-Hilaire.
    Comment fermer les yeux devant quelques unes de ses plus belles réalisations ? Que ce soit le Marché publique de la ville qui devient tranquillement un milieu de vie publique important, ou encore le projet Longue Rive sur le fleuve ainsi que la plage publique. Sans oublier l’amélioration du réseau routier, que ce soit par la revitalisation du boulevard Roland Therrien, le réaménagement des pistes cyclables ainsi que le développement de la gare et de l’aéroport de St-Hubert. Tout ça sans négliger le bien-être de ses citoyens avec le tout premier marathon de Longueuil.
    Mais par-dessus tout, vous nous sortez l’épouvantail de l’absence de grands projets. Vous semblez encore une fois ignorer celui de la réalisation du Centre-ville 2035 mis en place par madame St-Hilaire et qui prévoit la construction d’un complexe culturel majeur, d’une place publique en plus de l’expansion du pôle du savoir et du développement d’un milieu de vie novateur avec un nouveau parc riverain réaménagé à même la rive du fleuve St-Laurent.
    (Et là je passerai sous silence sa stratégie de développement du transport intelligent, question de ne pas en rajouter..)
    Résumer les réalisations sous sa gouverne qu’à des opérations de déneigement, ça me semble légèrement malhonnête.
    Je n’oserai pas vous accuser de manipuler légèrement vos informations à des fins partisanes, mais laissez moi quand même en douter. Votre jupon dépasse légèrement.
    Sans rancune.