Manifeste pour un islam de liberté et de citoyenneté

Les images sensationnalistes et stéréotypées de l’islam dans certains médias ont amplifié les insécurités identitaires dans la société québécoise.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les images sensationnalistes et stéréotypées de l’islam dans certains médias ont amplifié les insécurités identitaires dans la société québécoise.

Ce manifeste a été écrit au courant du mois de janvier 2017, avant l’attentat raciste qui a visé des musulmans dans la ville de Québec le 29 janvier 2017. Les signataires sont de cultures musulmanes variées et ont des rapports très diversifiés à la foi et à la pratique religieuse. En voici des extraits.

Nous nous considérons avant tout comme des citoyens, et c’est en tant que citoyennes et citoyens que nous voulons occuper pleinement notre place dans la société québécoise. Notre démarche s’inscrit également dans le contexte des résistances à l’intérieur même des sociétés musulmanes face à l’islamisme politique et à ses manifestations sociales.[...]

Nous déplorons le détournement de la foi musulmane par les courants de l’islam politique présents à l’échelle internationale, et nous contestons leur prétention de représenter les musulmans du Québec. Ces courants sont en partie responsables des impasses profondes auxquelles sont confrontées les sociétés musulmanes. Leurs stratégies identitaires et leurs interprétations rigides des obligations religieuses entraînent inévitablement un repli identitaire qui compromet l’épanouissement des musulmans dans les sociétés occidentales. […]

Nous n’approuvons pas toutes les demandes d’accommodements religieux, surtout celles qui remettent en question la notion même de citoyenneté et les acquis du Québec en matière d’égalité et de neutralité de l’État et des institutions publiques. En général, ces mesures ne favorisent pas l’intégration des immigrants, mais ont plutôt l’effet inverse de fragiliser leur insertion professionnelle. […]

Le sensationnalisme des médias, qui accordent une place énorme à des comportements choquants mais marginaux, donne une fausse image des musulmans du Québec et il contribue à faire mousser l’hostilité qui s’exprime envers l’ensemble des citoyens de cultures musulmanes. Nous appelons les médias à assumer leur responsabilité sur cette question, car c’est le climat social tout entier qui en est affecté.

Les images sensationnalistes et stéréotypées de l’islam dans certains médias ont amplifié les insécurités identitaires dans la société québécoise. Les calculs électoraux fondés sur l’exploitation de ces insécurités sont à courte vue : ils valident dans la population québécoise une méfiance envers l’ensemble des citoyens de cultures musulmanes, et ils instaurent une dynamique du soupçon qui a des effets discriminatoires envers eux et des effets très néfastes sur le climat social en général.

Parallèlement, nous rejetons les tentatives de manipuler le concept d’islamophobie pour museler toute opposition aux courants islamistes, qui sont, en grande partie, responsables du climat d’hostilité envers l’ensemble des musulmans. Cette hostilité est fondée sur la confusion entre islam sectaire et islam majoritaire. Elle valide le discours de victimisation des islamistes. […]

Les tendances non fondamentalistes très diversifiées de l’islam (rationnelles, laïques, libérales, soufies, etc.) sont désarmées face à l’islamisme. Elles ont besoin de soutien pour contrer les énormes moyens financiers, médiatiques et politiques mis à la disposition de l’islamisme transnational par les monarchies pétrolières et par d’autres acteurs qui veulent les instrumentaliser. Nous déplorons que certains courants dans la société civile, par crainte de nourrir l’islamophobie, prennent la défense des pratiques les plus fondamentalistes en s’opposant à la critique qui leur est adressée par les tendances les plus ouvertes de l’islam. L’islamisme est de plus en plus contesté dans l’espace même de l’islam, par des voix qui sont combattues et moins visibles. La lutte idéologique contre l’islamisme ne sera gagnée que de l’intérieur, mais elle a besoin d’appuis. Cette lutte est aussi la nôtre.

Pour consulter le manifeste sur Facebook, cliquez ici.

* Liste des signataires: 

Hassan Jamali, professeur retraité et écrivain,
Mounia Ait Kabboura, philosophe de formation, chercheuse à la Chaire UNESCO-UQAM (FPJD),
Noomane Raboudi, islamologue-politologue à l'Université d'Ottawa
Nadia El Mabrouk, professeure en informatique à l'Université de Montréal
Salah Beddiari, écrivain, poète
Leila Lesbet, enseignante
Ali Daher, sociologue, chercheur indépendant
Khaled Sulaiman, écrivain
Mohamed Ourya, politologue, université Sherbrooke
Nezar Hammoud, chercheur
Ali Kaidi, doctorat en philosophie
Oussama Abou Chakra, chercheur et écrivain
Nadia Ghalmi, gestionnaire et ancienne journaliste
Karima Bensouda, ingénieur
Joulnar El Husseini, interprète
Hind Snaiki, coordinateur de projet
Khaled A.Baki, ingénieur 
Seba Alnabhan, éducatrice
Nezar Hammoud, biochimiste et nutritionniste clinicien
Farid Kettani, consultant retraité
Fatima Aboubakr, directrice de garderie
Samira Boualem, kinésithérapeute et orthothérapeute
Karim Lassel, consultant en développement organisationnel
Salimata Ndoye Sall, travailleuse sociale
Mohand Abdelli, ingénieur retraité
Nacer Irid, ingénieur automatisation

50 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 21 février 2017 01 h 03

    En espérant que le Premier ministre est à l'écoute!

    Je vous félicite messieurs et mesdames. Finalement, une voix de sagesse musulmane s'exprime sur la place publique! Ça fait des années qu'on attend cette voix de la majorité silencieuse.
    «Parallèlement, nous rejetons les tentatives de manipuler le concept d’islamophobie pour museler toute opposition aux courants islamistes, qui sont, en grande partie, responsables du climat d’hostilité envers l’ensemble des musulmans. Cette hostilité est fondée sur la confusion entre islam sectaire et islam majoritaire. Elle valide le discours de victimisation des islamistes. […]
    J'espère que messieurs Philippe Couillard, Charles Tailor, Justin Trudeau et les bienpensants qui défendent les intégristes sont à l'écoute.

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 21 février 2017 11 h 26

      Les Couillard, Taylor, Trudeau et compagnie sont surtout à l’écoute des monarchies pétrolières. Couillard n’est pas allé en Arabie pour faire du ski et ce ne sont pas des moto-marines que le Canada leur a vendu.

    • Gilles Théberge - Abonné 21 février 2017 11 h 49

      Ces gens sont plus sages que le premier ministre indigne qui nous accâble du haut de son orgueil démesuré.

    • Michel Blondin - Abonné 21 février 2017 20 h 24

      Je suis perplexe devant ce texte quelque peu vague et vos félicitations. Voyons ce que le manifeste dit exactement.

      Il est titré « L’islam de liberté et de citoyenneté ».
      Un islam de liberté. Cela veut clairement dire que la pratique de la religion se veut en toute liberté. Ce n’est pas le courant majoritaire de Taylor Bouchard sans Taylor qui veut restreindre la pratique et le port de signe religieux pour les personnes en autorité.

      Curieux, que le titre exprime aussi. « l’islam [...] de citoyenneté ». Pourtant, nous convenons de l’acceptation des musulmans de citoyenneté québécoise et non d’une citoyenneté de l’islam; ce qui est l’inversion et la même chose que l’islam de citoyenneté. Pas pareil!

      Le manifeste dit: « Nous n’approuvons pas toutes les demandes d’accommodements religieux, surtout celles qui remettent en question la notion même de citoyenneté et les acquis du Québec en matière d’égalité et de neutralité de l’État et des institutions publiques. »

      La pose des mots-clés dans le texte aux endroits stratégiques rend le texte flou. J’aurais préféré que le texte mentionne plutôt clairement l’égalité des hommes et des femmes au lieu d’égalité comme citoyens auprès de l’État. Ce n’est pas comme citoyen qu’il y a enjeux, mais de la notion de l’égalité des femmes et des hommes. Le texte ne l’aborde pas malgré son importance majeure dans le débat public.

      Quant à la neutralité de l’État, mentionné, ce n’est vraiment pas un des acquis du Québec. La neutralité permet à toutes les religions d'afficher le port de signe religieux pour toutes les religions et comme représentant de l’État. C’est la position de Couillard. La majorité québécoise dit non.

      L’application de la laïcité de l’État interdit aux employés le port de signe religieux. Les trois partis ont fait un compromis pour que, seules les personnes en autorité soient obligées de respecter DE NE PAS porter de signe religieux.
      Le manifeste propose de permettre le contraire.

  • Yves Côté - Abonné 21 février 2017 04 h 05

    Bravo !

    Mesdames, Messieurs : Bravo !
    Le Québec est votre pays.
    Pays toujours dominé politiquement par un autre, bien entendu mais pays quand même.
    Sauf erreur de ma part, vous l'avez choisi pour pays de résidence, je vous invite à le choisir maintenant comme pays d'identité.
    Ne le faites pas en oubliant votre pays d'origine; d'ailleurs, il serait aussi indécent pour vous de le faire que pour nous de vous inviter à le faire. Le terreau dans lequel plonge nos racines n'est jamais à confondre avec celles-ci. D'ailleurs, si cette dernière partie de nous-mêmes est si intime, c'est parce que c'est bien par sa distintion qu'elle nous donne à nous unir à cette terre-là où on habite...
    Ce Québec est le vôtre.
    Prenez-le à bras le corps sans intermédiaire, comme nous ne cessons de tenter de le faire nous-mêmes (tant bien que mal, vous le voyez). Nous qui y vivons depuis plus longtemps que vous, avons besoin de vous autant que vous avez besoin de nous pour vivre ce qu'est la liberté d'être.
    Nous qui en dépit des idées colonialistes historiques qui nous préfèrent obéissants, qui ne nous reconnaissent valables qu'ainsi, vous comptons déjà des nôtres. Moins "naturellement" que ce que nous comptons depuis toujours vos enfants, cela est vrai puisqu'eux ont à très peu de choses près les mêmes repères d'enfance que les nôtres. Mais comme des nôtres tout de même, puisque vous nous dites aujourd'hui fraternellement "Québec, je t'aime".
    Parce que la lutte contre l’idéologie canadienne qui persiste à vouloir faire de nous des demi-citoyens ne sera elle aussi gagnée que de l’intérieur du Québec.
    Et qu'elle a tant besoin de votre appuis qu'elle ne peut selon moi qu'être aussi la vôtre.
    Donc la nôtre, en une lutte humaniste pour le respect des Droits Humains.
    Attendant une partagée victoire politique, non-seulement vous pouvez compter sur ma solidarité personnelle, mais celle je crois de bien d'autres Québécois...

    Merci de votre lecture, Mesdames et Messieurs les signataires.

  • Marc Lacroix - Abonné 21 février 2017 06 h 12

    Un cri du coeur, merci !

    La solution de la pseudo-crise de "l'islamophie" passe par des gens qui sont courageux, comme les signataires de cette lettre, et qui osent parler contre les courants intégristes bavards qui font semblant d'être les seuls représentants de l'Islam.

    Les groupes moyenâgeux qui désirent se construire — à côté de la population — doivent se départir de leur vision de conquérants et accepter de travailler — avec nous — pour bâtir un pays où — tous et toutes — auront droit au respect et à l'égalité, sans égard à une confession religieuse particulière.

    Aux "aplaventristes", je dis qu'ils doivent dépasser la rectitude politique et ne pas exiger de la population québécoise ce qu'ils refusent d'exiger des radicaux religieux, par "couillardise" (version 2017, de la peur de passer pour xénophobes) !

  • Jacinthe Lafrenaye - Inscrite 21 février 2017 07 h 15

    L'attentat de Québec, contrairement à ce que dit cet article, me semble plus avoir été provoqué contre la religion de l'islam et non pas contre une race. Il faut bien dire les choses.

    Les signataires du manifeste prétendent vouloir s'intégrer mais la photo n'en est pas très représentative.

    • Claude Paradis - Abonné 21 février 2017 08 h 21

      La photo est mise par Le Devoir et non par les signataires. Malheureusement, en agissant ainsi, Le Devoir confirme un des points de ce manifeste... Les médias tombent trop aisément dans le cliché. Cela dit, même vêtus de vêtement traditionnels, les musulmans peuvent très bien s'être intégrés à notre société.

    • Jean Lapointe - Abonné 21 février 2017 08 h 46

      Est-ce que ce ne serait pas un mauvais choix de photo de la part du Devoir?

      Dans la vie de tous les jours la plupart des musulmans, à ma connaissance, ne se distinguent pas de nous par leurs façons de s'habiller.

  • Ghisline Larose - Inscrite 21 février 2017 07 h 36

    Citoyens d'abord

    Le Devoir aurait-il pu trouver une image à la hauteur du texte?

    Bravo à ce groupe de gens qui aiment le Québec et qui en font partie comme citoyens d'abord et non pas comme musulmans---
    Ils dénoncent les accommodements qui sont nuisibles à l'intégration. Ils dénoncent l'islam politique déplorant que ce concept d'islamophobie soit utilisé à tout vent pour faire taire--
    «nous rejetons les tentatives de manipuler le concept d’islamophobie pour museler toute opposition aux courants islamistes, qui sont, en grande partie, responsables du climat d’hostilité envers l’ensemble des musulmans.»

    • Rose Marquis - Abonnée 21 février 2017 10 h 10

      À propos d'une image ... aurait-il été possible d'en avoir une qui vient de l'exposition dont vous parlez dans un article de ce numéro?

    • Michèle Dorais - Abonnée 21 février 2017 10 h 25

      Tout à fait d'accord avec vous. Merci.