Services de garde: une surprise de 4000$!

La modulation du coût des services de garde peut coûter très cher.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir La modulation du coût des services de garde peut coûter très cher.

Le Parti libéral du Québec nous a parlé de création d’emplois, de relance de l’économie et de développement économique lors de la dernière campagne électorale. Il prétendait être LE parti de l’économie. Or, aujourd’hui, c’était la visite annuelle chez mon comptable pour la traditionnelle période des impôts. J’attendais avec impatience (pas si impatient non plus !) de connaître l’effet de la modulation des tarifs de garderie sur notre situation financière. Ma surprise fut telle que je me suis mis à remettre en question toutes ces promesses électorales qui avaient été faites par les libéraux (encore une fois !).

De mon humble avis, cette mesure d’austérité (ou de rigueur, si M. Couillard préfère) semble avoir l’effet contraire de celui promis il y a deux ans. Voilà le portrait de notre situation familiale : un enseignant de cégep et une professionnelle de la santé avec trois enfants de 5 ans, 3 ans et 1 an, tous les trois dans un CPE à 7 $ (7,55 $ plus précisément) et un revenu familial brut d’un peu plus de 100 000 $. En conséquence, ce sont près de 4000 $ supplémentaires en impôts qui devront être déboursés. Voilà ma surprise cette année. Mais allons plus loin que ma seule situation familiale. Quel est le résultat économique de cette surprise à plus grande échelle ? Laissons aller notre imagination un peu.

On vide le petit cochon qu’on avait réussi à remplir partiellement dans la dernière année (pour ceux qui en ont un !). Le petit cochon étant vide, on remet en question les vacances de cet été avant de les annuler définitivement. On reporte la rénovation prévue. On annule des activités sportives et culturelles pour parents et enfants. On espère que le frigo qui date d’une vingtaine d’années tienne le coup, même chose pour les deux autos qui ne rajeunissent pas. On devra économiser parce que les 4000 $ à payer reviendront aussi l’année prochaine. Je commence déjà à m’essouffler, mais continuons.

Si vous n’avez aucun enfant à la garderie, vous avez peut-être une entreprise de rénovation ou vous travaillez dans l’industrie du tourisme. Vous aurez probablement des clients en moins cette année, et on dira : « Oh ! Les temps sont durs ! » Peut-être êtes-vous un jeune adulte aux études qui ne pourra se trouver un emploi cet été parce que moins de gens dépenseront pendant la période estivale. Peut-être remettez-vous en question l’idée de poursuivre vos études parce qu’il faut travailler plus ? Quand on vous explique pourquoi les gens dépensent moins, vous remettez en question l’idée d’avoir des enfants. Ça coûte cher, des enfants ! En même temps, vous travaillez plus parce que l’écart démographique entre les générations ne cesse de s’accroître. Moins de jeunes pour payer pour plus de vieux, et les jeunes font moins d’enfants. Rien pour améliorer la situation.

Finalement, pour joindre les deux bouts, je devrais peut-être travailler au noir ? Moins de revenus déclarés, c’est moins à payer en impôts et moins de frais de garderie ! Avec moins d’argent au gouvernement, je continuerai d’attendre 23 heures à l’urgence lorsque j’aurai besoin d’aide pour mon garçon… devenu obèse par manque d’activités physiques. Je me plaindrai encore de la lenteur du système de santé.

Pendant ce temps, l’ultrariche gardera son enfant à la maison avec madame qui ne travaille pas. Et si elle travaille, monsieur paiera une nounou pour les enfants. Pas question de les envoyer dans un CPE, ça coûte trop cher. Il pourrait la payer au noir pour éviter les impôts. Finalement, je pourrais me recycler en nounou !

Voilà comment on relance l’économie selon le Parti libéral, LE parti de l’économie !

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

9 commentaires
  • Michel Thériault - Abonné 16 mars 2016 07 h 46

    "Le Parti libéral du Québec nous a parlé de création d’emplois, de relance de l’économie et de développement économique lors de la dernière campagne électorale. Il prétendait être LE parti de l’économie."

    Et oui, et ce qui est encore plus incroyable c'est qu'ils ont été réélus avec ces promesses !!

    C'est ce qui arrive lorsqu'une société est composée à plus de 40% d'analphabètes fonctionnels.

    • Jean-François Trottier - Abonné 16 mars 2016 10 h 07

      Mais pourquoi croyez-vous que le PLQ coupe en éducation et n'avantage que les techniques ?
      (J'ai rien contre les techniciens au passage, au contraire!)

      Dans quelques années, très très bientôt, la plupart des usines seront composées de robots pour l'assemblage et d'imprimantes 3D pour les pièces complexes. On peut parler en terme de dizaines de mois, moins que dix ans.

      Alors, de un ne travailleront que quelques techniciens et plusieurs concepteurs. De deux les autres emplois seront dans les services ou l'extraction. Comme on sait que l'extraction est désormais un emploi fragile, sinon passager, il faut arrver à l'évidence: nous venons d'entrer dans l'ère des loisirs! Youpi.

      Quoi, il n'y a aucun loisir dans l'ère des loisirs ? Eh oui, on aurait dû dire, ère du Chômage, mais bon, voilà, on va pas discuter des termes...

      En clair, les jobs promises par le PLQ, c'est du vent. Parce que le monde change. Alors qu'il est nécessaire de penser en terme de services et de distribution, il se préparent à un monde où la minorité a un travail rénumérateur et le reste... mais on s'en fout, du reste!

      Il existe des moyens de se préparer. Les Libéraux vont directement dans le sens d'un retour au 19ème siècle. À cent milles à l'heure.

      Que dire ? Je n'en peux pluuuuus.

  • Nicole Delisle - Abonné 16 mars 2016 08 h 27

    Parti de la stagnation économique!

    Le gouvernement ne semble pas réaliser que la capacité de payer des citoyens est
    limité. S'il paye plus les services de garde, d'électricité, les frais de toutes sortes dans
    les écoles et universités, les frais accessoires en santé, les frais de nourriture qui augmentent, les médicaments,etc; il n'en reste plus pour les autres secteurs de l'économie. Il y en aura de moins en moins pour tout ce qui concerne les rénovations,
    la culture, les sorties au restaurant, les voyages, les activités sportives, etc. L'argent
    vient toujours du même endroit et il est limité. Alors, toute l'économie autour va en souffrir. En reste-t-il pour en mettre de côté pour la retraite? Bonne question!

  • Jean-Yves Arès - Abonné 16 mars 2016 11 h 31

    «l’ultrariche gardera son enfant à la maison avec madame qui ne travaille pas»

    Êtes vous bien sûr qu'il faut être ''ultra-riche'' pour qu'une famille puisse vivre décemment avec trois enfants en bas âge sur un seul des salaires comme les vôtres ?

    Vous donnez un chiffre imprécis sur vos revenus mais vous savez vous avez toutes les chances de faire partie de la classe aux revenus élevés (qui avait pour seuile 105,000$ en 2014), avec pour définition de classe moyenne: «Les ressources financières des ménages doivent se situer dans l’intervalle compris entre 75 % et 150 % du revenu médian.»
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2014

    Et votre exemple avec trois enfants au CPE, tout en ayant un revenu passablement élevé, est dans les extrêmes du portrait des effets globaux de la nouvelle tarification. Il représente donc mal cette tarification, qui est articulée autour d'une de réduction des écarts de revenus disponibles.

    On comprend que ce n'est jamais drôle de se voir présenté une facture de 4,000$, mais avoir trois enfants en bas âge et prévoir en mêmes temps des rénovations, des vacances, et «des activités sportives et culturelles pour parents et enfants» (activités sportives et culturelles pour enfants de 1 à 5 ans ?...), serait-il possible que vos attentes de richesse soient un peu élevés ?

    Avec trois enfants en CPE l'État vous offre tout de même un soutient familliale qui lui coûte quelques 30,000$ par année. Avouez que c'est tout de même appréciable, non ?

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 16 mars 2016 23 h 36

      105,000$ ce n'est pas faire parti de 1% de Messieurs Couillard inc., Barette inc., et des financiers du parti libéral.
      105,000$ après les impôts fédéral, provincial, ass. emploi, RRQ, TPS, TVQ, taxes foncières et scolaires, l’hypothèque (taux qui augmente ) nourriture qui augmente de 2.00$ /jour (730.00/an) Hydro-Québec impôt qui augmente chaque année (chauffe chauffe pas) et maintenant 4000$ d'impôt pour les CPE, ce qu'il reste ce sont des esclaves pour les banques les multinationales et les gouvernements corrompus qui végètent dans les paradis fiscaux.
      Les Québécois seront d'ici quelque temps uniquement que des esclaves n"ayant plus droit à aucune décision pour son territoire. (Transcanada)

    • Jean-Yves Arès - Abonné 17 mars 2016 12 h 51

      J'ai pris la peine Nicole d'indiqué les paramaîtres utilisés pour la définition de la classe moyenne retenue, tout comme j'ai utilisé le même terme que celui utilisé sur le lien de R-C pour nommer la classe qui suit la classe moyenne, soit ''revenus élevés'', qui qualifie le portrait de la population en trois groupes. L'utilisation du 1% n'est pas d'intérêt ici puisque qu'il est toujours utilisé ce !% dans nos médias pour dissoudre toutes perceptions des variabilités des 99% de la population. Hors c'est loin loin d'être l'équité mur à mur dans ce 99% ...

      Vous êtes difficile a suivre quand vous vous plaignez des taxes et impôts... qui servent à payer les services publiques, dont les emplois du couple décrit ici !
      Et, il n'y a pas « maintenant 4000$ d'impôt pour les CPE» le montant n'est pas 4,000$ au bilan contributions/crédits-d'impôts, et ce n'est pas un impôt (chose qui s'appliquerait a tout salarier comparable, même sans utilisation de CPE) mais une petite contribution (en regard du coût réel) pour un service dont les parents profitent.

    • Jean-Yves Arès - Abonné 17 mars 2016 13 h 12

      Selon les chiffres donnés par Gérald Fillion au Téléjournal de R-C hier soir il n'y a pas 4,000$ a payé en surplus pour aucun parents pour l'année 2015 !

      Ces chiffres concernent les revenus avant impôts, mais après déductions (qui peuvent être fort nombreuses, mimimun 10,000$ par personne) et inclus les impots et crédits des deux niveaux de gouvernement. On a donc toutes les chances que le couple avec 100,000$ de revenus brutes soit tarrifé sur 75,000$ de revenu imposable.

      Hors sur le tableau présenté un revenu impossable de 75,000$ donne 96$ par enfant au bilan des contributions/crédits-d'impôt pour la présente période de rapport d'impôt qui couvre 9 mois de 2015. Et 193$ pour 2016.

      Précision importante, les suppléments ne s'appliquent qu'aux deux premiers enfants, jamais sur ceux qui peuvent suivre. Donc le coût probable du couple ici devrait tourné autour de moin de 200$ pour l'année 2015, et moin de 400$ pour 2016.

      C'est 10 à 20 fois moins que ce qui est dit dans l'article ici-haut.
      Ou bien son comptable est imcompétent, ou alors c'est Gérald Fillion et ses acolytes qui le sont !

      Les autres chiffres du tableau sont pour un revenu famillial de 100,000$, après déductions et avant impôt, est de 584$ par enfant pour 2015 et 900$ pour 2016.

      Pour un revenu imposable de 150,000$ la contribution supplémentaire est 1,714$ pour 2015 et 2547$ pour 2016.

      Le maximum possible, peut importe le nombre d'enfants, et réservé aux familles clairements les mieux nanties, tourne donc pour 2016 autour de 5,000$.

  • Jacques Beaudry - Abonné 16 mars 2016 16 h 07

    Après avoir dit le contraire en campagne électorale.

    Ce qui est choquant dans la modulation des frais de garde, c'est que le Parti Libéral s'était opposé à la proposition du gouvernement Marois d'augmenter le montant à 9$ par jour. Marois étant minoritaire, elle dût s'incliner.

    En campagne électorale, Couillard ne mentionna jamais qu'il avait l'intention de moduler les frais de garderie. Bien au contraire, il promettait une gestion serrée et un augmentation "raisonnable".

    Les québécois se sont bien fait avoir!

    Ce qui est bien dommage, c'est que ce réseau de garderies était une vraie merveille qui était admirée de partout dans le monde.

    Même le passage de Tomassi et ses magouilles n'avait pas réussi à entacher l'estime que la population portait au réseau des CPE.

    Bientôt, il ne sera que l'ombre de lui-même.

  • Gaetan Ste-Marie - Abonné 16 mars 2016 19 h 03

    pauvre vous

    M. Ares.
    Il me semble que ça faisait quelque temps que je ne vous avais pas lu , et je dois dire que ça ne m'avait pas manqué car vous avez comme mission de ridiculiser les opinions qui viennent exprimer le vécu de ceux qui souffrent des effets des politiques de votre PLC. Est-ce qu'il y a quelque chose de répréhensible à ce qu'un couple
    rêve de rénover, d'avoir des vavances etc. Ils expriment simplement les effets pervers des politiques de votre gouvernement parce que je ne me reconnais pans celui-ci.