Une solution aux guerres idéologiques

Derrière les conflits armés se profile un autre univers également sous tension, celui des idéologies. On ne gagne pas une guerre idéologique avec des armes, mais avec des idées. La victoire sur les champs de bataille reste toujours temporaire s’il n’y a pas d’équivalent dans le domaine des idées dominantes. Malheureusement, les démocraties s’avèrent mal préparées pour lutter efficacement contre les idéologies meurtrières. Les avancées du matérialisme prétendant conduire à une vie meilleure s’érodent en leur sein même alors que les idéologies religieuses dépourvues de tout fondement naturel ou rationnel regagnent du terrain.

Au cours des deux derniers siècles, les avancées de la rationalité ont provoqué dans tous les domaines de la connaissance une érosion constante des idéologies qui donnaient jadis un sens global et une direction morale à l’aventure humaine, sans qu’elles soient remplacées par un corpus nouveau et largement partagé. Partout en Occident, un relativisme mou semble animer les esprits, qu’il s’agisse du domaine religieux, social, philosophique, politique ou économique. Faut-il se surprendre alors que l’idéologie envahissante de la production/consommation/compétition à tout prix se soit engouffrée, à la suite de ce vide idéologique, au coeur de la conscience morale des humains et nous conduise à la fois au désastre écologique en cours et à une résurgence des totalitarismes religieux qui s’y opposent ?

Face à ce chaos mental, nous avançons qu’une philosophie de vie fondée sur une conception naturelle, rationnelle et scientifique, donc universelle, de la commune nature des êtres humains serait en mesure de lutter efficacement contre les idéologies fausses ou partielles qui ont constamment soulevé les humains les uns contre les autres. Ce processus d’humanisation appelle un nouvel humanisme qui reposerait sur l’utilisation des connaissances, toujours en progrès, et sur le respect des exigences de bon développement et de bon fonctionnement de l’humain dans ses rapports avec le réel, l’environnement, la vie, soi-même, autrui, la société et l’humanité. En somme, il s’agit de replacer la personne au centre d’un humanisme renouvelé fondé sur l’humain, par l’humain et pour l’humain.

Malgré l’urgence, il n’existe pas présentement de véritables programmes transdisciplinaires d’humanisation. Pourquoi les démocraties n’élaboreraient-elles pas de tels programmes adaptés à chaque catégorie d’âge pour les rendre accessibles à tous ? Cette philosophie humaniste fondée sur la dignité humaine serait l’arme intellectuelle et morale la plus puissante contre tous les culs-de-sac idéologiques qui ont depuis toujours fait inutilement souffrir des milliards d’humains.

13 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 30 janvier 2016 03 h 09

    Guerrier nous resterons

    Un humanisme sans ideologies, n'est-ce pas un peu bizarre même l'empathie la plus naturelle est faite de substrats enfin un certain nombres de substrats, car nous ne les connaissons pas tous actuellement, faire appel a l'étant sans autres questions n'est-il pas ce que notre ami Sartre rêvait, on est quand meme plusieurs a y avoir adhéré, n'avons nous pas découverts que ca aboutissait qu'a une forme de catatonie que nous ne pouvons pas imobiliser le corps ni l'esprit sans conséquences, nous sommes nés petit guerrier et guerrier nous resterons

  • Jean-Paul Michon - Inscrit 30 janvier 2016 06 h 45

    Regarder les vrais problèmes en face

    Oui, il s'agit de guerre idéologique. Les religions cherchent à nous imposer leurs dogmes. Expliquez-moi pourquoi il est si difficile de dénoncer ces textes qui encourage les terroristes à tuer les infidèles et autres activités criminelles. Dites-moi à partir de quand les intellectuels auront le droit de critiquer ouvertement ces idéologies barbares. Dites-moi pourquoi les lois du pays nous empêchent de les dénoncer. Il est là le véritable travail à faire. Arrêter de tourner autour du pot. Il faut s’en prendre aux vraies idéologies destructrices. Arrêtez de nous mentir!

    • Jean-Pierre Roy - Abonné 30 janvier 2016 11 h 31

      Plein de bon sens.

    • Jean-Pierre Roy - Abonné 30 janvier 2016 11 h 34

      Plein de bon sens.

  • Claire Lavigne - Inscrite 30 janvier 2016 07 h 18

    Très "fortish" cet article!

    Trois(3) solutions: l'Éducation, l'Éducation et l'Éducation!

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 janvier 2016 07 h 21

    Deux

    Deux petits problèmes s'élèvent contre votre solution. Qui sont finalement le même.

    La société de consommation a été créée pour produire des «clients». Aucune attention n'y est portée à la «personne» sauf comme «client».

    Le «but» de la société «religieuse» est dans un «ailleurs indéfini» où les problèmes actuels n'auront pas d'impact. Donc, aucun intérêt pour les problèmes d'ici et de maintenant pour les personnes.

    Donc, les «personnes» ne sont pas au centre d'attention ni de l'un ni de l'autre. Et les deux peuvent «décapiter» les personnes, soit financièrement ou littéralement, sans retenue et sans état d'âme.

    Quelque part au milieu de ces «deux mondes» des gens se disent «C’est dont effrayant» et ils sont emporté par ce qui est hors de contrôle.

    Bien sûr, j’ai simplifié au maximum mais ajoutez toutes considérations que vous désirez, une fois les choses bien définies : Voilà dans quel «monde» vous prêchez. Les «droits de la personne» ne doivent pas nuire au commerce, soit du matériel ou de l’immatériel. Celui qui en paye le prix est toujours «la personne».

    Que ce soit le 1% qui veut tout rafler ou que ce soit 3 religions qui s’arrachent notre pensée ne fait pas grand différence au bout de la ligne; les personnes sont toujours au mauvais bout de l’histoire et elles écopent.

    Bonne chance dans votre entreprise et
    Bonne journée.

    PL

  • Irène Doiron Et M. Pierre Leyraud - Abonnée 30 janvier 2016 08 h 19

    Chasser l'idéologie, elle revient.....

    En fait pour mettre fin aux guerres idéologiques G Marcotte nous propose d'en mener une grande, au nom de l'humanisme. Ce n'est pas la première fois qu'on propose de mettre fins aux idéologies en en proposant...une autre . Cette fois-ci l'arme principale serait " la dignité humaine serait l’arme intellectuelle et morale la plus puissante contre tous les culs-de-sac idéologiques...". Devant tant de bonnes intentions et de buts louables on est .....désarmé et on n'est pas loin du "aimez-vous les uns les autres "!
    Si monsieur Marcotte ne semble pas croire aux cieux son texte laisse penser qu'il est pas mal dans les nuages. Cependant quand il revient sur Terre avec une phrase comme "Pourquoi les démocraties n’élaboreraient-elles pas de tels programmes adaptés à chaque catégorie d’âge pour les rendre accessibles à tous ? " cette ségrégation selon l'âge me laisse dubitatif !
    Pierre Leyraud