Wikipédia et l’histoire du Québec

Pierre Graveline, directeur de la Fondation Lionel Groulx, invitait récemment les Québécois (« Le Québec, parent pauvre du Wikipédia », Le Devoir, 22 janvier) à faire un meilleur usage de Wikipédia, dans le but de connaître et de faire connaître leur histoire. Pour rendre son invitation plus alléchante, il a cru bon de faire un éloge inconditionnel de ce site. Nous serions bien fous en effet, semble-t-il penser, de ne pas profiter au maximum d’un outil si efficace qui nous est offert gratuitement.

Telle est la doxa. Nous devrions pourtant savoir que les Américains n’ont pas la magnificence des Romains, que chaque fois qu’ils font un cadeau à un pays satellite, c’est pour en faire un futur client captif. Quand, au début de la télévision, ils ont installé gratuitement un studio de télévision à Montréal, ils faisaient un excellent calcul financier. Depuis ce jour, le Canada utilise la norme américaine en télévision et il en est captif.

Google, YouTube, Facebook sont des cadeaux encore plus empoisonnés. Un peu partout dans le monde, les fermetures de journaux dues au transfert de publicité vers ces géants le prouvent assez. Hélas, lesdits géants nous fascinent à ce point par leur utilité que nous nous y attachons sans réfléchir au fait que cet attachement est une chaîne.

Qui contrôle vraiment Wikipédia ? Le moins qu’on puisse dire, c’est que les rapports entre la Free Encyclopedia (sic) et Google ne sont à aucun égard d’une transparence absolue. Quoi qu’il en soit, les pièges tendus par ce site sur le plan culturel justifient à eux seuls qu’on prenne ses distances par rapport à lui.

Ces pièges, les voici : quel peut être, sur le plan culturel, le meilleur outil d’un empire mondial comme celui de nos voisins du sud ? Une oeuvre commune dans laquelle tous les citoyens du monde se retrouvent et se reconnaissent en tant qu’individus, mais à condition d’être complices d’une mise à l’écart de tout sentiment d’appartenance à des groupes nationaux et idéologiques. Les louables objectifs de neutralité et d’objectivité, l’élimination des jugements de valeur au profit des faits nus (ou prétendus tels) que vise ce haut lieu du Soft Power ont pour effets secondaires d’empêcher l’apparition de tout mouvement d’opposition à l’empire. Essayez, Monsieur Graveline, de faire converger sur Wikipédia un grand nombre d’articles (sur la liberté, les nations, les droits de l’homme, etc.) orientés, par exemple, vers le projet d’indépendance du Québec. Vous vous heurterez vite à la règle du consensus. À supposer qu’un auteur québécois publie un article défavorable au pipeline Énergie Est et les objections afflueront de partout au Canada. Un arbitre tranchera à la condition qu’il parvienne à mettre les parties d’accord sur un texte commun.

Pour ce qui est des encyclopédies en ligne, un réseau mondial d’encyclopédies nationales était et demeure possible. Il y eut des démarches en ce sens. Vaines démarches, car la plupart des nations avaient déjà renoncé à leur souveraineté. Des réseaux mondiaux étaient aussi possibles dans le cas des sites sociaux et des sites de recherche.

Personne ne semble se souvenir qu’au début des années 1930, des pays comme le Canada ont créé leur radio nationale pour résister à l’invasion américaine.

Sommes-nous donc aujourd’hui pauvres et impuissants au point de devoir recourir à ces Américains pour nous élever jusqu’à notre Je me souviens ?

12 commentaires
  • Luciano Buono - Abonné 26 janvier 2016 08 h 58

    Faire différent

    Je suis d'accord avec votre point de vue M. Dufresne. Un autre exemple qui me vient en tête de création nationale plutôt que d'adoption du produit américain fût la création de Musique Plus - MuchMusic. Pendant ce temps, presque tout le reste de la planète se prosternait devant MTV et créait l'antenne locale du géant américain.

  • Denis Paquette - Abonné 26 janvier 2016 09 h 10

    Tagiversons en coeur jusqu'au jour final

    merci monsieurs pour vos commentaire, ils me plaisent car ils sont très factuels, pourquoi avons nous perdus la confiance qui habitait nos parents pourquoi nos enfants sont de plus en plus dans leur monde, est ce la grande décadence a l'américaine qui est en train de les dévorer, vous n'avez jamais pensé que ce régime est en train d'imploser sur lui-meme, d'imploser de ses mensonges, de ses tricheries et surtout de son arrogance, depuis la bombe atomique ils ont perdus leur âme et depuis ce temps ils ne font que tagiverser

  • Denis Paquette - Abonné 26 janvier 2016 09 h 21

    Tergiversons?

    Tergiverser

  • Christophe Horguelin - Abonné 26 janvier 2016 09 h 28

    Ayons notre Minitel...

    ... Et voyons où ça nous mène.

  • Michèle Lévesque - Abonnée 26 janvier 2016 11 h 41

    Fatalisme versus éducation - ne pas confondre les registres

    Aucune publication, imprimée ou numérique, de même qu'aucun contenu, aussi prétendument neutre et informatif soit-il, ne peut prétendre à l'objectivité et échapper aux biais idéologiques de l'auteur et/ou de l'éditeur.

    Je suis scolarisée (2 MA, dont une en biblio. et sciences de l'information et incluant une scolarité complétée au doctorat) et pourtant j'apprécie cet outil de démocratisation des savoirs agissant comme porte d’entrée informationnelle qu'est Wikipedia. Le problème n'est pas dans l'encyclopédie ouverte, sa forme, ses relatives prétentions à l'objectivité, ses écarts et la censure dont vous l’accusez, mais dans l'éducation que l'on (ne) donne (pas) à nos populations sur la recherche et la validation de l'information.

    Wikipedia est un point de départ, comme un dictionnaire. Et puisque nous devrions savoir qu'aucun écrit, même le plus brut (ex. glossaire), n'évite les biais idéologiques à un niveau ou l'autre, si nous sommes conscient(e)s de cet état de fait, nous saurons aussi que toute information doit être validée par d'autres sources et que rien ne peut jamais être pris totalement pour acquis, même dans les rapports scientifiques les plus 'purs'. Pour avoir fréquenté de grandes encyclopédies, je sais d'expérience que les biais idéologiques dans leurs articles de fond y sont nombreux - et d'autant plus pernicieux qu'ils reposent sur la double réputation de leurs véhicules et des sommités qui les signent.

    J'ai pris votre exemple d'Énergie Est et lu l'article correspondant sur Wikipedia. En toute sincérité, dans son registre propre, qui n'est pas un lieu de débat, je trouve l'article adéquat. Qu'est-ce qui empêche de pousser la recherche plus avant (et de confronter ces données) à partir de là ?

    Au-delà de ses contradictions et d'un fatalisme qui frôle la théorie du complot, le billet de M. Dufresne a le mérite de nous enseigner la prudence et la persévérance dans notre quête et appropriation de l’information. C'est déjà beaucoup.