Langue française au Québec: le NPD est hypocrite

Après trois ans d’engagement dans le NPD de Thomas Mulcair au Québec et à quelques jours du vote, je ressens un devoir d’informer les Québécois sur la position contradictoire du NPD dans le dossier de la langue.

Le NPD aimerait nous faire croire qu’il a une politique de défense de la langue française, mais quand on voit de quelle façon ce parti favorise le bilinguisme dans ses communications avec ses propres membres au Québec, force est de constater que Thomas Mulcair n’a rien compris du combat historique que mène le Québec pour assurer sa survie.

En 2005, le NPD adopte la Déclaration de Sherbrooke dans le but de convaincre les Québécois que ce parti, qu’on accuse d’être centralisateur, est capable d’un fédéralisme flexible, asymétrique et coopératif. Cette Déclaration stipule que « le français est reconnu comme langue de travail et langue de communication de l’espace public ».

Tombés sous le charme de Jack Layton, les Québécois francophones choisissent en 2011 le NPD dans l’espoir que le Québec sorte enfin du rapport de force qui oppose depuis des décennies fédéralistes et souverainistes. C’est animé par la même conviction que je décide de m’engager au NPD dans la circonscription de Laurier–Sainte-Marie. Je suis élu président de l’Association de circonscription en 2011 et mon mandat sera renouvelé jusqu’en 2014, où j’ai décidé de ne pas me représenter.

Fraîchement promu dans l’opposition officielle, le député du NPD de Trois-Rivières, Robert Aubin, présente, en octobre 2011, le projet de loi C-315 qui a justement pour objectif de reconnaître aux travailleurs québécois oeuvrant au sein d’une entreprise sous autorité fédérale les mêmes droits linguistiques que ceux prévus dans la loi 101. Très bien.

Pourtant, au sein même du parti auquel je viens d’adhérer, je constate que les communications avec nos membres, de Gaspé à Gatineau, sont rédigées en anglais et en français. Je fais part de mon étonnement et de mon inconfort au nouveau chef du parti, Thomas Mulcair. Sur cette question, M. Mulcair me renvoie à son chef de cabinet, M. Raoul Gébert.

M. Gébert m’explique qu’il en est ainsi parce qu’un anglophone du Québec s’est plaint auprès du Commissaire aux langues officielles du Canada de ne recevoir qu’en français les communiqués émanant de la section Québec du NPD. Monsieur Gébert soutient que le Commissaire a rendu une décision contraignante qui oblige le parti à communiquer avec ses membres au Québec dans les deux langues officielles du pays. Mais dans les faits, il n’en est rien.

J’exige une copie de la décision rendue par le Commissaire et je constate qu’elle n’oblige aucunement le NPD à adopter le bilinguisme dans ses communications. C’est plutôt un souhait que formule le Commissaire.

Au coeur même du Montréal francophone, l’Association de Laurier–Sainte-Marie demande donc que la politique de communication du NPD avec ses membres québécois soit cohérente avec la Déclaration de Sherbrooke et le projet de loi C-315, respectant ainsi l’esprit de la loi 101. Non pas que nous soyons contre l’utilisation de l’anglais avec les membres qui en font la demande. Au contraire. Mais que la langue par défaut, comme on dit dans le jargon, soit le français.

En 2012, lors du congrès de Drummondville, l’Association de Laurier-Sainte-Marie présente une première résolution pour faire du français la langue de communication du NPD au Québec. Le chef de cabinet de M. Mulcair nous met en garde. Si nous présentons cette résolution, la presse anglophone du pays s’emparera de l’affaire et « accusera Mulcair de museler sa minorité anglophone au Québec ». Pour ne pas nuire à l’image du parti et à son nouveau chef, Laurier–Sainte-Marie retire sa résolution dans l’espoir de régler l’affaire en interne sans trop faire de vague. Mais rien ne bouge.

Nous revenons à la charge à deux reprises en 2013 et en 2014. Le parti fera tout en son pouvoir, par des jeux de coulisse, pour empêcher les membres de se doter de cette politique respectueuse d’un Québec francophone. Où étaient donc les Robert Aubin de ce monde pour défendre, à l’intérieur de leur parti, l’utilisation de la langue française ?

Comment comprendre que tant de députés francophones du NPD au Québec aient accepté, pendant toute la durée de leur mandat, que le parti qui les représente au Québec communique avec tous ses membres francophones « en bilingue », comme dirait Jean Chrétien ?

Est-ce acceptable de communiquer de la sorte avec les membres du parti fraîchement immigrés au Québec en leur donnant cette image d’une « province bilingue » où il n’est pas nécessaire d’apprendre et de comprendre le français ? Pour reprendre une expression populaire, « les babines ne suivent pas les bottines », au NPD. Et ces manières relèvent d’une odieuse hypocrisie.

16 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 16 octobre 2015 05 h 05

    Dorénavant...

    Dorénavant, mais en fait depuis longtemps selon moi, on ne peut plus être Canadien et Québécois en même temps, sans se bercer d'évidentes illusions.
    Ou bien, sans mentir par quête d'intérêt personnel...

    Merci de m'voir lu.

  • Yvon Giasson - Abonné 16 octobre 2015 07 h 24

    Blanc bonnet bonnet blanc

    Contrairement au parti conservateur où ils le sont déjà pas mal tous tombés, les masques ne font que commencer à tomber au NPD ainsi qu'au parti libéral.
    Si nous faisons confiance à l'un ou l'autre de ces trois partis, lundi prochain, nous nous préparons à des lendemains qui déchantent.

  • Michel Blondin - Abonné 16 octobre 2015 08 h 02

    Combien!

    Combien faut-il de ces révélations ou de ces expériences personnelles pour faire prendre conscience aux Québécoises et Québécois de la chanson qui tue toute une nation.

    C'est, à tue-tête que cette déception à plus soif depuis des lunes se répète. Ceux qui espèrent que tout s'arrangera sont encore nombreux. Ils sont souvent en ballant entre cette vérité d'une nation en devenir un État indépendant et cette soif de faire son chemin avec le pouvoir pour en bénéficier pour soi et sa famille.

    Parfois, à la retraite, fort de cette indépendance financière, on revient à cette réalité. Souvent de courte durée puisque nous sommes rattrapés par le système de santé.

    Cette réflexion faite, je salue la rigueur, la persistance et le courage de cette démarche.

  • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 16 octobre 2015 08 h 27

    NDP / NPD

    Les manières du NPD relèvent d’une odieuse hypocrisie dites-vous.

    À quoi pourrait-on s’attendre de plus de la part de ce Thomas qui devient Tom pour faire plaisir aux anglophones.

    Les babines des députés suivent les bottines de Mulcair qui a toujours piétiné la loi 101 et le français au Québec.

    Ce n’est pas que de l’hypocrisie, mais aussi, surtout et avant tout du mépris.

  • François Dugal - Inscrit 16 octobre 2015 08 h 47

    "Odieuse hypocrisie"

    Dans la politique canadienne, quel sujet ne relève pas d'une "odieuse hypocrisie"?