Bibliothèque et Archives nationales du Québec mérite un soutien accru

Lettre à Hélène David, ministre de la Culture et des Communications


Comme mentionné par Josée Boileau dans Le Devoir («Être et avoirs», 25 juin), Bibliothèque et Archives nationales du Québec voit son budget à nouveau amputé : « Avec des coupes d’environ 5 millions pour les années 2014-2016 […] BAnQ n’a d’autre choix que de réduire l’accès du public à ses services et de s’amputer d’une précieuse expertise », selon le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Richard Perron.  


L’Association des archivistes du Québec (AAQ) et le Réseau des services d’archives du Québec (RAQ) unissent leurs voix pour exprimer leur inquiétude quant aux impacts, sur le mandat de la plus grande institution archivistique québécoise, des compressions annoncées. BAnQ demeure, depuis sa création, l’institution de référence en archivistique au Québec et les archivistes de tous les milieux font appel à son service d’expertise-conseil pour le plus grand bénéfice de la profession et des citoyens. BAnQ conserve et diffuse une quantité impressionnante de trésors archivistiques qui témoignent de l’histoire et de la culture des Québécoises et des Québécois ; nous n’avons qu’à penser aux récentes acquisitions des archives de Dominique Michel et du Festival international de jazz de Montréal, pour ne nommer que celles-là. Si ces compressions se concrétisent en une diminution de l’effectif, combien d’autres fonds d’archives ne seront pas acquis ou traités faute de ressources pour les rendre disponibles ?

La situation actuelle des archives

 

Alors que 2015 marque un regain de dynamisme et de vitalité à Bibliothèque et Archives Canada, qui vient de lancer un nouveau programme de financement de 7,5 millions de dollars destiné à soutenir le développement des bibliothèques et archives locales, il est inquiétant de voir que le gouvernement du Québec continue d’amputer le budget de son institution phare en matière de gestion des documents et des archives. En effet, selon le SPGQ, « de 2009 à 2013, BAnQ a déjà dû composer avec des ponctions budgétaires de 8 millions, soit plus de 10 % de son budget de fonctionnement », et de « 2 millions de coupes à l’automne 2014 ». BAnQ a déjà participé largement à « l’effort budgétaire » des gouvernements qui se sont succédé.

Le rôle des archivistes

 

Les archivistes, qu’ils travaillent à BAnQ ou ailleurs, participent activement au maintien et au développement de la démocratie, à la transparence des organismes et au respect des droits des citoyennes et des citoyens, en assurant une saine gestion des documents et des archives. L’AAQ, qui regroupe près de 670 professionnels, et le RAQ, avec ses 140 services d’archives membres, se sont toujours sentis concernés par une saine gestion des archives, un meilleur accès à l’information et la protection des renseignements personnels. Nos multiples interventions auprès des gouvernements dans des dossiers majeurs — tels que l’accès aux documents et la protection des renseignements personnels, ou sur des sujets plus délicats comme la destruction du registre des armes à feu par le gouvernement canadien — démontrent notre dynamisme et notre expertise à plusieurs égards. Enfin, nous intervenons également auprès du Conseil international des archives afin d’unir notre voix à celle de collègues du monde entier pour la bonne conservation, diffusion et promotion du patrimoine archivistique mondial.

L’archiviste en mouvement vers 2017

L’année 2017 sera charnière pour les archivistes à plusieurs égards. Alors que l’AAQ fêtera ses 50 ans d’existence, les citoyens seront invités à participer aux festivités du 150e anniversaire de la Confédération canadienne et du 375e de la fondation de Montréal. À l’heure où la gestion des archives prend plus que jamais un virage numérique, ces événements seront l’occasion pour les archivistes de BAnQ et d’ailleurs de faire connaître à la population et aux décideurs plusieurs des trésors archivistiques conservés et diffusés par leurs services d’archives.

Soutien à BAnQ

Nous vous demandons, Madame la Ministre, de revoir ces compressions qui ont un impact sur les services offerts à la population, sur l’accès au patrimoine documentaire et archivistique du Québec. Nous vous demandons également de reconnaître financièrement la juste place qui revient à la culture et de vous engager à assurer l’avenir de l’une de ses institutions maîtresses, BAnQ, plutôt que de l’affaiblir à répétition. Il en va de la saine gestion de nos archives, de même que de l’accessibilité pour toutes les citoyennes et tous les citoyens à notre patrimoine collectif et à notre culture.

La culture ne se calcule pas uniquement en termes de retombées économiques, mais en retombées sociales et intellectuelles, par la connaissance de notre histoire ainsi que par le partage entre tous les citoyens des enjeux de notre société ayant pour élément essentiel le développement de notre démocratie.

À voir en vidéo