La dernière grande Fête nationale?

La population québécoise est attachée à sa Fête nationale et reconnaît son caractère rassembleur.
Photo: Jean-François Leblanc Le Devoir La population québécoise est attachée à sa Fête nationale et reconnaît son caractère rassembleur.

Nous constatons que la Fête nationale du Québec telle que nous l’avons connue est en péril : des coupes de 20 % infligées au budget d’organisation des célébrations par le gouvernement du Québec font craindre qu’on assiste en 2015 à la toute dernière GRANDE Fête nationale digne de ce nom.

Depuis 181 ans, la Fête nationale est une occasion unique de réunir les Québécois de toutes les régions autour d’un sentiment d’appartenance et de fierté légitimes, peu importe leurs allégeances politiques. Occasion de magnifiques rendez-vous avec l’histoire et la culture ou plus simplement de rencontrer ses voisins aux portes de l’été, la Fête met en contact la population avec les créateurs de chez nous, tant aux événements de grande envergure qu’aux fêtes de village. La Fête nationale du Québec est en somme l’occasion de démontrer au monde l’existence même du Québec et la diversité culturelle qui le caractérise.

Affaiblir la Fête nationale diminue assurément notre sentiment d’appartenance, notre solidarité citoyenne, notre confiance envers les institutions, notre fierté collective et, par conséquent, notre capacité à intégrer les nouveaux Québécois avec confiance et ouverture.

Pour notre part, conjointement avec le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ), nous avons la conviction que la Fête nationale du Québec mérite de recevoir une attention digne de ce nom et d’être financée adéquatement à la hauteur de son importance. Investir dans notre Fête nationale contribue directement à notre cohésion sociale et culturelle, en plus de générer des retombées économiques essentielles pour des milliers d’animateurs culturels et d’artistes de la relève. La Fête donne ainsi accès aux Québécois à plus de 5000 activités sur 700 sites partout au Québec, et ce, soulignons-le, gratuitement. La population québécoise est attachée à sa Fête nationale et reconnaît son caractère rassembleur : 92 % des Québécois considèrent qu’elle est une réussite, et plus des trois quarts de la population la perçoivent comme une commémoration s’adressant à toute la population, sans discernement partisan.

En conséquence, les signataires de cette lettre demandent à ce que les Québécoises et les Québécois puissent célébrer dignement leur Fête nationale et déplorent que les substantielles coupes budgétaires subies en 2015 risquent de la reléguer au rang d’événement de seconde importance, égaré parmi d’autres dans la saison des festivals. Ils implorent également les acteurs de la société civile et les dirigeants des sociétés d’État et de l’entreprise privée à s’investir dans cette grande célébration.

Nous convions aussi la population à réfléchir au rôle unificateur que doit jouer une fête nationale afin de nourrir ce sentiment de fierté et de solidarité qui nous permettent de nous ouvrir au monde et de garder foi en l’avenir. Quant au gouvernement du Québec, à qui il incombe d’assurer la vitalité de notre communauté nationale et la confiance envers nos institutions, nous le sommons de prendre acte de la détermination des soussignés à ce que notre État national s’engage à préserver le caractère unique, civique et non mercantile de notre Fête nationale. Cinquante sous par année, par citoyen, ne nous paraît pas être une dépense extravagante afin de contribuer à la cohésion sociale et la fierté nationale d’un peuple par une commémoration festive et inclusive.

***

Bernard Adamus, auteur-compositeur-interprète
Michel Adrien, maire, ville de Mont-Laurier
François Archambault, auteur dramatique
Stéphane Archambault, chanteur
Marc Asselin, maire, ville d'Alma
Jacques Beauchemin, sociologue et professeur à l'UQAM
Yves Beauchemin, auteur
Simon Beaudry, artiste visuel
Victor-Lévy Beaulieu, écrivain et éditeur
Jocelyn Bédard, maire, ville de Notre-Dame-de-Lourdes
Christian Bégin, comédien, auteur et conseiller municipal de Saint-Germain de Kamouraska
Claude Béland, président de la Fondation Lionel-Groulx et ancien président du Mouvement Desjardins
Marc Béland, artiste
Gaston Bellemare, Chevalier de l’Ordre de la Pléiade et président du Festival International de la Poésie
Alexandre Belliard, auteur-compositeur-interprète
Sylvie-Luce Bergeron, présidente, Conseil de la culture de l'Estrie
Rénald Bernier, maire, ville de Saint-Pascal
Emmanuel Bilodeau, ancien porte-parole de la fête nationale
Vincent Bilodeau, comédien
Brigitte Boisjoli, artiste
Claire Bolduc, présidente de Solidarité rurale du Québec
Pascal Bonin, maire, ville de Granby
Michel Marc Bouchard, auteur
Raymond Bouchard, acteur et deux fois lecteur du message patriotique au Parc Maisonneuve
Serge Bouchard, anthropologue, animateur et écrivain
Daniel Boucher, auteur compositeur interprète
Jean-Paul Boucher, maire, municipalité de Saint-Gédéon
Michel Bourgeois, maire, village Notre-Dame-du-Bon-Conseil
Daniel Boyer, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
Normand Brathwaite, ancien porte-parole et animateur de la fête nationale
Louis Brien, président, Audiobec
Marc-Alexandre Brousseau, maire, ville de Thetford Mines
Yvon Camirand, président de Culture Centre-du-Québec
Luc Cayer, maire, municipalité de Stoke et préfet de la MRC du Val Saint-François
Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
Dominic Champagne, auteur, metteur en scène et concepteur
Jérôme Charlebois, auteur-compositeur-interprète et actif en spectacle à chaque 23 et 24 juin
Pierre Charron, maire, ville de Saint-Eustache
Édith Cochrane, comédienne
Jean-Pierre Corneault, président, Culture Lanaudière
Daniel Cornellier, Québec Son Énergie
Luc Cousineau, auteur-compositeur-interprète
Daniel Coutu, maire, municipalité de Saint-Léonard-d'Aston
Stéphane Crête, comédien et ancien porte-parole de la Fête nationale
René Richard Cyr, comédien et metteur en scène
Camille David, maire, municipalité de Saint-Jacques-de-Leeds
Thérèse David, directrice, Thérèse David Communications
Évelyne De la Chenelière, auteure et comédienne
Georges Décarie, maire, municipalité de Nominingue
Jacques Délisle, maire, municipalité de Napierville
Martin Deschamps, chanteur
Martine Desjardins, 1ère vice-présidente du Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ)
Hélène Desperrier, co-directrice, Théâtre Parminou
Mireille Deyglun, comédienne et ancienne porte-parole de la Fête nationale
Jean-Charles Déziel, président, Société historique de Montréal
Claire Dinel, directrice générale, municipalité de Duhamel
Pierre Doré, directeur-artistique de Québecissime
Anne Dorval, comédienne
Danielle Doyer, mairesse, ville de Mont-Joli
Raôul Duguay, artiste multidisciplinaire
Patrick Dupuis, président, Société de développement commercial de Trois-Rivières
Roberto Émond, président, Société de développement, municipalité de Portneuf-sur-Mer
Joseph Facal, professeur, HEC Montréal
Pierre Flamand, maire, municipalité de Lac-des-Écorces
Gilles Fortier, maire, ville de Princeville
Denis Fortin, animateur radio
Fred Fortin, auteur-compositeur-interprète
Marie-Thérèse Fortin, comédienne et metteur en scène
Frédérick Gagnon, maire, municipalité de Baie-Johan-Beetz
Marjolaine Gagnon, mairesse de Sacré-Cœur
Louise Gallant, mairesse, municipalité de Sainte-Sophie
Pierre Gendron, président, Groupe Trium
André Genest, maire, municipalité de Wentworth-Nord
Roxanne Genest, directeur général, Espace culturel Victoriaville
Louis Girouard, vice-président, ventes et marketing, Promoflex international Inc.
Monique Giroux
Marc Gourdeau, président, Conseil de la culture de Québec et Chaudière-Appalaches
Patrick Goyette, comédien
Marie-Ève Gratton, présidente, Association des résidants de l'Île de Hull
Pierre Graveline, directeur général, Fondation Lionel-Groulx
Alain Grenier, président, Commission scolaire de la Côte-du-Sud
Nathalie Grenier, directrice, Corporation de développement communautaire Haut-Richelieu Rouville (CDCHRR)
Marcel Groleau, président, Union des producteurs agricoles du Québec (UPA)
Christopher Hall, chroniqueur
Christine Huard, directrice culture, éducation et patrimoine, Sodect
Pascal Hudon, président, Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ)
Isabelle Jacob, directrice, Groupe Éco-citoyen (Abitibi-Témiscamingue)
Marcel Jetté, maire, municipalité de Sainte-Julienne
Matthieu Joanisse, directeur général, Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue
Pierre-André Julien, professeur émérite, Université du Québec à Trois-Rivières
Kaïn (membres du groupe)
Donald Kenny, maire, municipalité de Baie-Sainte-Catherine
Gilles Labarre, maire, ville de Daveluyville
Claude Lachance, maire, paroisse Saint-Nazaire-de-Dorchester
Micheline Lachance, journaliste et romancière
Sylvain Lambert, directeur, Cégep de Granby
Yves Lambert, chanteur et accordéoniste
Ève Landry, comédienne
Émile Lapointe, maire, municipalité de Saint-Magloire
Hugo Lapointe, auteur-compositeur-interprète
Denis Laporte, maire, municipalité de Cabtree
Gilles Laporte, historien et président du Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ)
Christian Laramée, producteur, Coup monté
Marguerite Larochelle, présidente, Québec-France Abitibi-Témiscamingue
Paul Larocque, maire de la ville de Bois-des-Filion, préfet de la MRC Thérèse-De Blainville et membre du Conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) Laurentides
Guy Latraverse, producteur
Daniel Laurin, réalisateur
Régine Laurent, présidente, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)
Jici Lauzon, comédien, troubadour et ancien porte-parole de la Fête nationale
Denis Lavigne, maire, municipalité de Saint-Placide
Maxime Le Flaguais, comédien
Suzanne P. Lebeau, mairesse, municipalité de Saint-Lucien et ancienne présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste Centre-du Québec
Jean-Pierre Leduc, vice-président et directeur, Valspect inc.
Claude Legault, auteur-comédien
Sylvie Léonard, comédienne
Guy A. Lepage 
Robert Lepage, artiste
Marie-Annick Lépine, violoniste, Les Cowboys Fringants
Jacques Létourneau, président, Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Clément Locat, président, comité du patrimoine de la Fédération Histoire Québec
Louiselle Luneau, présidente, L'Agora des Arts Abitibi-Témiscamingue
Debbie Lynch-White, comédienne
Stéphane Maher, maire, ville de Saint-Jérôme
Danielle Marcoux, mairesse, municipalité de Sayabec
Gilbert Marquis, Président UPA Bas-Saint-Laurent
Normand Masse, directeur général, station M 103,5 FM (Lanaudière)
Denis Massé, auteur-compositeur-interprète, Les Tireux d'Roches
Patrick Massé, maire, ville Saint-Lin – Laurentides
André Matteau, animateur, orateur et président de la Fondation Équipe-Québec
Monique Ménard, directrice générale, Conseil de développement social des Laurentides
Lorraine Messer, présidente, Maison Félix-Leclerc
Marie-Soleil Michon, animatrice et anncienne co-porte-parole de la Fête nationale
Jérôme Minière, auteur compositeur interprète
André Morin, maire, municipalité de Grosses-Roches
Guy Nadon
Alex Nevsky, auteur-compositeur-interprète
Anne-Marie Olivier, directrice artistique et codirectrice générale, Théâtre du Trident
André Paradis, maire, municipalité de Saint-Henri-de-Taillon
Serge Paré, ex-sous ministre adjoint de la région Chaudière-Appalaches
Fred Pellerin, conteur
Gilles Pelletier, comédien et ancien porte-parole de la Fête nationale
Michèle-Barbara Pelletier, ex-comédienne
Nancy Pelletier, directrice générale, MRC des Laurentides
Yann Perreau, chanteur
Marnie Perreault, mairesse, paroisse Saint-Fabien
Donald Perron, maire, municipalité de Longue-Rive
Marie-Chantal Perron, Québécoise
Richard Petit, producteur, Les Vikings
Paul Piché, auteur-compositeur-interprète
Majella Pichette, maire, municipalité de Sainte-Tite-des-Caps
Guy Pilon, maire,  ville de Vaudreuil-Dorion
Lorraine Pintal
Lise Poissant, mairesse de Saint-Philippe
Gilles Potvin, maire, ville de Saint-Félicien
Lawrence Potvin, maire, ville de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix
Julien Poulin 
Carl Prévéreault, directeur culturel, municipalité de Baie-Comeau
Benoit Proulx, maire, municipalité de Saint-Joseph-du-Lac
Jean Provencher, historien, essayiste et animateur de radio et de télévision
Michel Rabagliati, auteur de bande dessinée
Richard Racicot, directeur, Télévision du Haut-Richelieu (TVHR)
Sylvie Rémillard, directrice artistique et metteure en scène de 22 spectacles de la Fête nationale
Geneviève Rochette, comédienne
Guillaume Rousseau, professeur adjoint, Faculté de droit, Université de Sherbrooke
Jean-François Royal, directeur, Musée des religions du monde
Gabriel Sabourin, acteur
Jonathan Sabourin, propriétaire, Microbrasserie du Lièvre
Mario Saint-Amand, auteur-compositeur-interprète et ancien porte-parole de la Fête nationale
Daniel Saint-Hilaire, entraîneur professionnel en athlétisme lors de 5 Olympiades (4x avec le Canada, 1x avec la Malaisie)
Alphé Saint-Pierre, maire, municipalité de Sainte-Félicité
Colombe Saint-Pierre, chef, restaurant Chez Saint-Pierre
Sylvie Savard, présidente, Chambre de commerce de Ferme-Neuve
Pierre Schneider, auteur, journaliste et ex-directeur du Journal de Montréal
Marc Simoneau, maire, municipalité de Laurierville
Sylvie Surprenant, mairesse, ville de Sainte-Thérèse
David Théroux, boxeur professionnel
Guillaume Tremblay, maire, ville de Mascouche
Guylaine Tremblay, comédienne
Anne Trépanier, présidente, Mouvement des Arts et Culture Val-des-Bois et Bowman
Chantale Trottier, ancienne présidente du Mouvement national de Québécoises et Québécois (MNQ)
Monique Vézina, ancienne présidente du Mouvement national de Québécoises et Québécois (MNQ)

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

13 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 16 juin 2015 04 h 48

    Bien dit!

    Je n'aurais su mieux dire! P.Couillard et son gouvernement veulent gommer l'histoire National du Québec en la noyant dans celle du Canada, tout en coupant le budget de la Fête National du Québec, nous ne nous laisserons pas faire! Le 24 Juin, on fête la St-Jean Baptiste, fête Nationale des Québécois!

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 16 juin 2015 06 h 48

    Gens du Pays … !

    « En conséquence, les signataires de cette lettre demandent à ce que les Québécoises et les Québécois puissent célébrer » (Collectif)

    Oui, en effet, il est d’importance nationale que tout Québec soit en mesure de solenniser avec fierté ce dont il s’origine, s’identifie, se reconnaît, se souvient et se réalise, et ce, en tant que peuple-nation libre, courtois, accueillant capable, ou en quête, d’autonomie, d’autodétermination à la québécoise !

    Oui, en effet aussi, fêter Québec, fou de sa mémoire-histoire et de ce qu’il est et espère devenir, requiert la participation de tout le monde (A), sauf celui de l’austérité !

    Gens du Pays … ! - 16 juin 2015 -

    A : https://www.youtube.com/watch?v=lHJ76KA7k4E

  • Paul de Bellefeuille - Abonné 16 juin 2015 07 h 02

    Pourquoi pas une levée de fonds populaire?

    Si tous les signataires de cette lettre, et les organisations qu'elles représentent dans certains cas, déposaient dans un fonds dédié à l'organisation de la Fête nationale, peut-être que la diminution du financement de notre fête nationale, par le gouvernement d'Austère Couillard 1er, serait comblée. Et pourquoi pas créer un Fonds populaire dédié à l'organisation et à la réalisation de la Fête nationale des Québécois. Il y a bien un fonds pour soutenir la réfection de la maison de Gilles Vigneault à Natashquan.

    • Gilles Delisle - Abonné 16 juin 2015 13 h 17

      M. de Bellefeuille,
      C'est pas que votre idée est mauvaise, mais c'est exactement ce que souhaiteraient ces loups voraces qui nous gouvernent. On pourrait faire un Fonds populaire pour se payer une garderie dans notre quartier, un CHSLD dans notre village, une école avec une aide au devoir etc.etc. Ce que veulent ces gens-là, c'est de ne plus vous versez d'argent de vos taxes et impôts, pour vous payer une Fête nationale une fois l'an et bien d'autres choses. Encore une fois, c'est inacceptable!

    • Paul de Bellefeuille - Abonné 16 juin 2015 20 h 38

      Bonjour M. Delisle

      Je suis parfaitement conscient que les politiques d'austérité de ce gouvernement nous mène à plus de privatisation et de tarification des services publics. D'ailleurs les garderies, à titre d'exemple, ne sont pas pleinement payés par l'État à même nos taxes et nos impôts. Les frais en ont même été augmentés. Mais devons-nous laisser tomber notre fête nationale parce qu'un gouvernement austérien coupe tous azimuts! Il faut mettre l'épaule à la roue et bouter les Libéraux d'Austérien 1er hors du pouvoir. Mais en attendant....

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 juin 2015 09 h 25

      Encore la philosophie de «l'utilisateur/payeur», M. de Bellefeuille.

      Poussons la logique à l'extrême et ne payons plus d'impôts, seulement des frais d'admission. Ça va dégraisser l'appareil.

      PL

  • Gilles Delisle - Abonné 16 juin 2015 08 h 25

    Quand on veut mettre un peuple à genoux!

    Le peuple a dû subir, depuis plus d'un an, des coupes sauvages à tous les niveaux , d'un gouvernement qui n'en a que pour les chiffres, traitant le pays comme la nouvelle Grèce. Quand on veut sabrer en plus, dans la commémoration de la Fête nationale du pays, là on descend encore plus bas dans les facons de faire de ce gouvernement. René Lévesque nous avait donné une Fête Nationale officielle, un premier ministre indigne veut la faire disparaître à petit feu. On ne s'y prend pas mieux pour rabaisser un peuple et le mettre à genoux comme un bon chien docile. Le mépris n'aura qu'un temps.

  • Hélène Paulette - Abonnée 16 juin 2015 08 h 48

    Pour fêter quoi au juste?

    La hargne québécoise? L'ignorance crasse de notre histoire? L'individualisme à outrance? Ça fait déjà longtemps que je n'ai plus le coeur à la fête devenue simplement un prétexte à la beuverie collective....

    • Colette Pagé - Inscrite 16 juin 2015 10 h 34

      Derrière ces mots d'une grand justesse, je sens une grande lassitude voire le découragement d'une nationaliste déçue de son peuple ! Par contre, il ne faudrait pas généraliser la beuverie collective se déroulant trop souvent dans la Métropole et sur les Plaines d'Abraham à ce qui se passe dans les régions. Car, en régions la Saint-Jean est devenue une fête familiale qui fait la joie des enfants.

      Se pourrait-il que le modèle traditionnel de la Fête nationale du Québec soit devenu obsolète et qu'un nouveau concept soit proposé ?
      Notamment par la mutlplication des fêtes de quartier permettant une plus grande socialisation avec le voisin ainsi qu'une plus grande solidarité.

    • Hélène Paulette - Abonnée 16 juin 2015 11 h 12

      La Fête Nationale s'adresse à une nation, ce que nous sommes de moins en moins...

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 juin 2015 09 h 38

      «Pour fêter quoi au juste ?»

      Voici un point de vue qui a subit tous les assauts et qui a plié.

      Mais madame, nous sommes descendants d’un groupe de personnes qui a décidé d’aller fêter sur un nouveau continent la libération d’un Roy omnipotent. Souvenez-vous en, là est notre âme !

      Grand bien vous fasse si vous voulez fêter modérément, mais ne vous laissez pas abattre. Tant qu'il y a de la vie... Il peut y avoir de la joie.

      PL