CSDM: honte à vous, Madame la Présidente

Photo: Olivier Zuida Le Devoir

Lors de la dernière réunion du conseil des commissaires de la CSDM, vous et vos collègues avez adopté à l’unanimité et sans discussion le plan d’effectifs pour l’année scolaire 2015-2016.

Nous avons tenté pendant toute la soirée avec de multiples arguments de vous convaincre de ne pas adopter ce plan qui abolirait près de 200 postes et entraînera un jeu de chaise musicale pour des centaines de personnes et qui aura comme conséquence en fin de compte de priver 200 personnes de leur travail et de leur revenu, les dernières arrivées, souvent des femmes, souvent les plus jeunes, tout en bouleversant de façon irréversible nos milieux de travail. Nous perdrons avec leur départ hâtif à la retraite, l’épuisement professionnel de ceux et celles qui restent, ou leur changement de poste, des personnes précieuses et porteuses d’une expertise pour la CSDM irremplaçable, perdue à jamais, et acquise par des années de travail auprès de leur clientèle.

Nous nous sommes succédé au micro pendant de longues minutes, conseillères pédagogiques, conseillers en orientation, conseillères en communication, cuisiniers, surveillants, etc. pour solliciter votre reconnaissance pour le travail que nous accomplissons chaque jour dans nos écoles auprès de nos enfants et de nos jeunes de « notre CSDM » dont nous étions si fiers jusqu’ici, mais que vous démantelez à petit feu depuis des années, et à laquelle vous vous prépariez à asséner un coup fatal.

Vous nous avez écoutés, impassibles, pendant toute la soirée et alors que nous brandissions nos pancartes « Debout avec nous », vous avez fait comme si de rien n’était et vous avez voté pour le plan d’effectifs, répondant ainsi au diktat du gouvernement du Québec à travers ses coupes budgétaires.

Vous êtes dès lors devenus les complices consentants du massacre à la tronçonneuse de nos institutions publiques par le gouvernement libéral, institutions que des générations de Québécois et Québécoises ont pris des décennies à bâtir. Vous êtes devenus des alliés objectifs de ce gouvernement de comptables et de chirurgiens sans coeur et inhumain, au service du milieu financier, qui prépare le départ de l’école publique de la partie de sa clientèle qui en aurait encore les moyens vers l’école privée, laissant ainsi l’école publique sans ressources au service de la population la plus défavorisée, comme c’est le cas dans le secteur de la santé ou ailleurs dans « leur société ».

Nous sommes sortis la tête basse, déçus et en colère, pour retourner à la maison avec le sentiment d’avoir été trahis. Vous nous avez laissé tomber comme vous avez laissé tomber les enfants, les jeunes et les parents de la CSDM.

Vous ne nous laissez maintenant d’autre choix, après que nous vous ayons offert notre collaboration pour mieux travailler ensemble et être plus efficaces, que de retourner à une lutte syndicale traditionnelle tellement le retour à l’école que vous nous préparez pour la fin de l’été sera triste et rempli d’une colère encore plus grande.

Nous ne comprenons toujours pas pourquoi vous avez agi de la sorte, reniant ainsi les valeurs et les principes qui étaient à la base de la création de votre formation politique, le MEMO, souhaitée à l’époque notamment par les centrales syndicales. Préparez-vous à vivre un automne très chaud dans nos écoles, Madame la Présidente…

À voir en vidéo