Libre opinion - Couillard et l’Arabie saoudite : transparence exigée

Dans Le Devoir du 19 mars, Josée Boileau consacre un éditorial à Philippe Couillard intitulé « Le fantôme de Porter ». Mme Boileau y aborde la question des liens du chef libéral avec l’Arabie saoudite. Elle rappelle qu’il a été un conseiller du ministre de la Santé de ce pays.

 

En conclusion, Mme Boileau, faisant référence au National Post du 18 novembre 2011, écrit « M. Couillard, cité ailleurs dans l’article, a refusé de commenter ce point. Il ne s’est d’ailleurs jamais trop épanché sur le contexte de son travail là-bas. Y avait-il là aussi carte blanche ? »

 

M. Couillard doit aujourd’hui répondre aux questions à ce sujet. Sur son travail en Arabie saoudite, M. Couillard doit notamment nous dire s’il a conseillé le ministre saoudien en sa qualité de médecin ou d’homme politique.

 

Si c’est en sa qualité de médecin, une question se pose : jusqu’où un médecin d’un pays démocratique peut-il aller dans sa collaboration avec un ministre d’un régime qui bafoue systématiquement les droits de la personne ?

 

Si c’est en sa qualité d’homme politique que M. Couillard est intervenu, une autre question se pose : pourquoi un homme issu de l’une des plus vieilles démocraties en Amérique du Nord, un homme qui aspire à en devenir le dirigeant, a-t-il fait profiter un ministre d’un gouvernement totalitaire de ses conseils judicieux ?

 

Par ailleurs, M. Couillard n’a pas fait de bénévolat en Arabie saoudite. Il ne travaillait pas pour Médecins sans frontières. Sur la base de quel contrat a-t-il collaboré avec ce régime totalitaire ? Pour quel montant ? Sur quelle période ?

 

L’information fournie par Amnistie internationale sur son site Internet est éloquente concernant la nature de ce régime barbare. M. Couillard ne peut l’ignorer.

 

Pour l’année 2013, voici le titre d’un communiqué en date du 2 août concernant l’Arabie saoudite : « Sept ans de prison et 600 coups de fouet pour le créateur d’un forum en ligne ». Dans le communiqué du 8 février 2013 intitulé « L’Arabie saoudite a décapité deux personnes par semaine depuis le début de l’année », on peut lire : « En Arabie saoudite, la plupart des procédures judiciaires se déroulent à huis clos. Il est rare que les accusés soient autorisés à être représentés par un avocat et il arrive que leur condamnation repose uniquement sur des “ aveux ” obtenus par la contrainte, sous la torture ou d’autres formes de mauvais traitements, ou par la ruse. Dans bien des cas, les accusés eux-mêmes ne sont pas informés de l’évolution de la procédure engagée contre eux. »

 

Sur la situation générale en Arabie saoudite, voici ce que dit Amnistie internationale dans son rapport de 2013: « Les autorités imposaient des restrictions sévères à la liberté d’expression, d’association et de réunion et elles réprimaient la dissidence. Des militants politiques et des personnes qui avaient critiqué le gouvernement ont été incarcérés sans jugement, ou condamnés à l’issue de procès manifestement inéquitables. Les femmes étaient victimes de discrimination dans la législation et en pratique ; elles n’étaient pas suffisamment protégées contre les violences, y compris au sein de la famille. Des travailleurs migrants ont été exploités et maltraités. Des peines de flagellation ont été prononcées et appliquées. Il y avait à la fin de l’année plusieurs centaines de prisonniers condamnés à mort ; au moins 79 personnes ont été exécutées en 2012. »

 

Les rapports d’Amnistie internationale des années précédentes indiquent que cet enfer totalitaire et barbare dure depuis des années. Philippe Couillard était au courant de la nature de ce régime. Pourquoi a-t-il collaboré avec ces tortionnaires ? Sur une question aussi fondamentale, cet homme, qui aspire à devenir notre premier ministre, doit faire preuve d’une transparence absolue.


Jean-Pierre Gagnon - Québec

33 commentaires
  • Carole Jean - Inscrite 21 mars 2014 01 h 25

    En effet, les liens du chef libéral avec l’Arabie saoudite, un pays islamiste qui bafoue systématiquement les droits de la personne, et qui écrase les femmes, méritent des éclaircissements.


    Commençons par le serment d’Hippocrate que tout médecin prête et qui dit bien que « je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice ». Or, ce pays pratique la fameuse Charia qui ordonne de pratiquer le précepte du « œil pour œil; dent pour dent » et il utilise ses hôpitaux pour mutiler sciemment des personnes qui ont enfreint la dite “loi d’Allah“.

    Le problème, pour un médecin, vient du fait que son serment d’Hippocrate lui défend expressément de blesser ou de faire du mal.

    On nous dit que le Dr. Couillard a travaillé dans un hôpital saoudien dans la ville de Dhahran, en étant affecté au service de neurochirurgie de l’hôpital. Est-ce que cet hôpital servait, en plus de dispenser les soins de santé usuels, à mutiler des personnes, à faire des amputations ou à crever des yeux, en conformité avec la Charia ?
    Quelle est la position professionnelle du Dr. Couillard sur cette pratique pour assez barbare. S’est-il opposé dans son hôpital à ce que l’on viole systématiquement le serment d’Hippocrate des médecins ?

    De telles questions touchent au caractère de celui qui aspire à devenir Premier ministre du Québec, et ce sont des questions d’éthique auxquelles la population est en droit de recevoir des réponses avant les élections, et non pas après.

    À mon avis, de telles questions légitimes d’éthique professionnelle sont encore plus importantes que celles qui on trait aux relations d’affaires du Dr. Couillard avec un Arthur Porter. Comme on le sait, ce monsieur est recherché par la justice pour détournement de fonds, quand il était directeur de la construction de l’hôpital universitaire de McGill, poste auquel il avait été nommé par M. Couillard alors ministre de la santé dans le gouvernement Charest.

    • Nicole Moreau - Inscrite 21 mars 2014 10 h 03

      je suis d'accord pour l'essentiel avec vous sauf pour votre dernier paragraphe, l'éthique d'un homme qui se présente à un poste de premier ministre est essentielle, si on ne peut se fier à son honnêteté, pour quelle raison voter pour lui

      les questions relatives au serment d'Hypocrate, qu'en principe font les médecins, sont effectivement très importantes, surtout qu'on sait qu'il existe des châtiments corporels imposés aux gens qui contreviennent aux préceptes de la charia, le fouet, l'amputation et j'ai récemment vu certaines informations concernant la moelle épinière, tout ça suppose sans doute des impacts sur le système neurologique des personnes qui subiront ces peines.

  • Suzanne Chabot - Inscrite 21 mars 2014 04 h 48

    Les 'soldats d'Allah"?


    Si je comprends bien, M. Couillard conseillait le ministre de la santé. À ce que je sache, il n'y a pas de problèmes d'éthique concernant le système de santé en Arabie Saoudite. Le problème concerne le système de justice et les lois sur
    l'immigration selon ce qu'on apprend d'Amnistie internationale.

    Supposons qu'il y ait des problèmes avec le système de santé en Arabie Saoudite, M. Couillard était conseiller, donc il pouvait dire son avis et influencer, mais ce n'est pas lui qui a mis en place le système. Il n'était pas ministre.

    Là dessus je voudrais faire quelques commentaires. Depuis les discussions sur la charte, il y a des dérapages concernant les musulmans et les pays musulmans, et je voudrais rectifier certains faits.

    On a entendu des gens qui disent que les musulmans sont en guerre contre l'Occident. Qu'ils sont des 'soldats d'Allah' travaillant sans relâche à détruire les bases de la démocratie, appuyés par les pétro dollars en provenance de l'Arabie saoudite.

    Or, l'Arabie saoudite est un pays allié, ce n'est pas un pays ennemi. Ils font du missionariat en faveur de la religion musulmane, comme les missionnaires catholique en Afrique, ils ne sont pas engagés dans le combat armé. Il ne faut pas confondre les choses.

    Les pays musulmans sont alliés des pays occidentaux. Tous ces pays font partie de l'ONU, qui est le garant de la paix entre ces États.

    Si M. Couillard était allé travailler un Chine ou en Afrique, en ferait-on aussi grand cas?

    • Paul Gagnon - Inscrit 21 mars 2014 09 h 43

      Les missionnaires catholiques ou protestants n'étaient pas subventionnés par les gouvernements, mais par les Églises. De plus, contrairement à la croyance populaire, ils étaient rarement les bienvenus, car leur prosélytisme risquait d'attiser les tensions comme, précisément, celui des islamistes en Occident aujourd’hui ou comme celui des Témoins de Jéhovah jadis.

      Le cas est différent dans les colonies où les gouvernements coloniaux désiraient assimiler, ou pire, les peuplades qui y étaient encore presqu’exclusivement au stade tribal ou formaient des états éphémères et instables, comme dans les Amériques ou en Afrique Équatoriale. D’ailleurs, en Afrique noire, les musulmans firent preuve d’un prosélytisme au moins aussi prononcé (le mot est faible) avec un succès certain, surtout dans les régions où ils menaient des razzias tout en y commerçant (ivoire, or, esclaves, etc.) comme la bien nommée Maurétanie, le soudan ancien (actuel sahel) et les territoires limitrophes de l’Océan indien.

    • Stéphane Laporte - Abonné 21 mars 2014 14 h 59

      De l'article de Josée Boileau de mercredi (19 mars 2014):

      «(...) les hôpitaux de ce pays [Arabie Saoudite] , disent des spécialistes du renseignement, sont soupçonnés de participer à l’application stricte de la charia qui y sévit, notamment des amputations.»

      Et «il n'y a pas de problèmes d'éthique concernant le système de santé en Arabie Saoudite» madame Chabot?

    • Marc Lacroix - Abonné 21 mars 2014 17 h 45

      Mme Chabot, lorsque vous dites que vous désirez rectifier certains faits, vous dites un peu n'importe quoi. En effet, ceux qu'on nomme les soldats d'Allah, ne sont pas des soldats réguliers d'un pays ou d'un autre, ce sont des intégristes qui n'obéissent pas à un gouvernement en particulier, ils luttent pour l'imposition de régimes musulmans intégristes sans respect des droits de l'homme... et encore moins des femmes. Concernant le travail de M. Couillard, nous ne savons pas ce que c'était, votre vision n'est qu'une hypothèse, rien de plus. Le fait que l'Arabie saoudite soit membre de l'Otan, n'en fait pas un régime — avec les mains propres —, le non-respect des droits de l'Homme de ce gouvernement est connu depuis longtemps. Je précise par ailleurs que le fait d'être allié avec les États-Unis signifie simplement que ce régime agit de façon conforme aux volontés et aux intérêts politiques de notre gros voisin et ceci n'a rien à voir avec l'éthique ou la moralité, puisque les Américains soutiennent des dictatures, lorsque ça leur convient.

    • Yves Capuano - Inscrit 21 mars 2014 20 h 06

      Il n'y a pas de problèmes d'éthique avec le système de santé en Arabie saoudite mais seulement avec le système de justice ??
      Je rêve ! Ou plutôt je fais un cauchemar! Comme ça des médecins qui coupent des mains, qui sectionnent des moêles épinières, qui violent le serment d'Hyppocrate à tour de bras (sans jeu de mot), cela ne constitue pas un problème d'éthique dans un système de santé??? Vous devriez avoir honte d'écrire des horreurs semblables!!!!!!

    • Jacques Pruneau - Inscrit 22 mars 2014 10 h 14

      Il faut être vraiment tordue et malhonnête pour apporter une telle défense à Couillard.

      Pourquoi ne pas nous expliquer, tant qu'à y être, que Couillard était là pour réclamer un referendum pour clarifier la séparation des têtes d'avec les corps.

  • Jihad Nasr - Inscrit 21 mars 2014 05 h 44

    Découvrir l'uranium!

    M. Couillard est allé travailler en Arabie saoudite comme les dizianes de milliers de médecins, d'ingénieurs, d'administrateurs, de restaurateurs, etc., qui décrochent des salaires faramineux dans ce pays comme dans les pays voisins tels le Koweït, les Émirats arabes unis et le Qatar. Ces travailleurs proviennent du Canada (dont le Québec), des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni, etc. Des dizaines de compagnies québécoises font des affaires d'or en Arabie saoudite, comme celles qui qui s'activent en Chine et en Inde.
    On crie au scandale là où il n'y en a pas.

    • Réjean Boucher - Inscrit 21 mars 2014 10 h 35

      M. Nasr, il faut faire la différence entre le travailleur de la construction et le conseiller d'un ministre. Le problème est surtout celui de l'argent qui n'a pas d'odeur. Et si notre ami Couillard avait ėté conseiller auprès du ministre de la santé de Russie, par les temps qui courent, il ne passerait sûrement pas la rampe! Enfin, M. Couillard en fermant les yeux sur la agissements d'un régime tel que celui de l'Arabie Saoudite, pour un gros salaire, ne m'inspire pas confiance quand il aura des décisions à prendre mettant en confrontation l'argent et la moralité.

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 21 mars 2014 10 h 37

      Vous oubliez les Indonésiens, traités comme des esclaves, sans aucune protection légale, et surtout l'enfer que vivent les femmes dans ce pays.

  • Colette Pagé - Inscrite 21 mars 2014 09 h 11

    Les vraies affaires !

    Toutes ces questions méritent réponses et ce particulièrement pour celui qui souhaite devenir Premier ministre du Québec. D'autres questions : est-ce que la nomination de Philippe Couillard à titre de membre du Comité de surveillance de la GRC par Stephen Harper entraînera pour la suite un renvoi d'ascenceur amenant le Chef du Parti libéral à être plus conciliant dans ses négociations avec le Fédéral. Il s'agit ici de la défense des intérêts du Québec. J'ajoute que le filou Porter faisant également partie du même comité.

  • Nicole Trudel - Inscrite 21 mars 2014 09 h 41

    Femmes asservies en Arabie saoudite

    Beaucoup de professionnels, attirés pas des honoraires faramineux, vont travailler en Arabie saoudite en y apportant leur précieuse expertise. Celle de M. Couillard était sans doute fort riche mais ce qui la distingue c'est qu'il devait conseiller un ministre de la Santé qui contrôlait les femmes jusqu'à les obliger à obtenir le consentement de leur père,frère,fils ou mari pour aller consultaer un médecin. La même situation existait au Québec jusque dans les années '50.
    Cette seule restriction à l'accès aux soins aurait dû d'abord lui faire dénoncer haut et fort cette situation et s'abstenir de collaborer à un tel système, ce qu'il n'a pas fait. Ce seul fait m'amène à considérer P. Couillard comme un collaborateur au régime d'sservissement des femmes d'Arabie saoudite. Et c'est indigne de quelqu'un qui se présente au poste de premier ministre du Qc
    L.-N. Trudel
    Montréal

    • Nicole Moreau - Inscrite 21 mars 2014 20 h 06

      bien d'accord avec vous madame, cette collaboration pour quelqu'un qui se présente à un poste de dirigeant soulève bien des questions, dont les choix en matière d'éthique, un médecin qui gagnait plus qu'honorablement sa vie ici n'a pas la même justification d'aller dans ce pays pour y travailler, mais surtout à quoi et comment?

    • ghislaine fortin - Inscrite 24 mars 2014 07 h 09

      M. Couillard aurait déclaré que sa zone de parité était de 40/60 en défaveur des femmes soit dit en passant.....un relent de son séjour en Arabie Saoudite? Doit-on se déclarer heureuse, comme femme, de ne pas être à 0/100 ou n'a-t'il pas osé y aller aussi fort lol?