Libre opinion - Une réforme minière nécessaire

Suite à trois projets de loi avortés depuis 2009, de trois commissions parlementaires, de deux rapports du Vérificateur général et des centaines d’heures d’études à l’Assemblée nationale, il est plus que temps que le Québec se dote d’une nouvelle Loi sur les mines.

 

Le développement minier doit aujourd’hui se faire en accord avec les populations et selon les plus hauts standards en matière d’environnement et de maximisation des retombées économiques pour le Québec et ses régions.

 

Nous sommes tous très déçus que le projet de loi 43, troisième essai de réforme minière depuis quatre ans, soit mort au feuilleton plus tôt cet automne. Nous vous demandons, tous partis confondus, de corriger cette situation dans l’intérêt supérieur du Québec.

 

Bien que perfectible, le projet de loi 43 présentait des avancées nécessaires en matière d’information, de consultation, de transparence, de protection de l’environnement et de transformation de la ressource.

 

Il faisait largement consensus chez les intervenants du monde municipal, les régions concernées, les syndicats de travailleurs miniers, le Barreau du Québec et la société civile, voire même auprès d’organismes environnementaux et issus de l’industrie, habituellement opposés.

 

Le projet de loi 43 représentait un pas dans la bonne direction, un compromis, un minimum nécessaire en vue de mettre fin au statu quo.

 

Pendant que les élus tardent à s’entendre à Québec, les citoyens, les collectivités et les régions ne disposent d’aucun nouvel outil pour mieux arrimer le développement minier avec les attentes de la société d’aujourd’hui.

 

Le statu quo mine le Québec et nuit au climat social qui entoure le développement minier. Il fait également perdurer l’incertitude économique. Nous devons réformer la Loi sur les mines, dont les fondements remontent aux premières ruées vers l’or du 19e siècle.

 

Nous en appelons aujourd’hui à votre sens du devoir et à vos responsabilités en tant qu’élus du peuple.

 

Nous vous demandons de redéposer un projet de réforme minière qui tienne compte des consensus de la société québécoise.

 

Nous vous demandons de bâtir à partir des acquis et des avancées des projets de loi précédents et des quatre dernières années de travail.

 

La réforme doit viser l’optimisation des retombées économiques liées à l’extraction et à la transformation de nos ressources non renouvelables. Elle doit aussi assurer une meilleure protection des citoyens, des collectivités et de l’environnement, de même que le respect des droits des nations autochtones.

 

Il ne faut pas attendre le prochain « boom » minier avant d’agir. Le Québec doit dès maintenant jeter les bases d’un modèle de développement viable et responsable de ses ressources minières pour les générations à venir.

 

À la suite de quatre ans de débats et de consultations, c’est à vous d’agir. Démontrez aux Québécois votre sens du devoir et vos responsabilités envers le bien commun.

 

Ont signé ce texte : Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine, Ugo Lapointe (cofondateur et porte-parole) Corporation de la protection de l’environnement de Sept-Îles, Stéphanie Prévost (directrice générale) Fédération québécoise des municipalités, Ann Bourget (directrice générale) Institut de recherche en économie contemporaine, Robert Laplante (directeur général) Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement, Philippe Bourke (directeur général) Syndicat des Métallos - FTQ, Daniel Roy (directeur général) Solidarité rurale du Québec, Claire Bolduc (présidente)
7 commentaires
  • Claude Saint-Jarre - Inscrit 5 décembre 2013 07 h 48

    D'accord.

    J'appuie ce texte. Il inacceptable que nous soyons un pays endetté avec toutes les richesses que nous avons et que nous soyons même obligés de travailler plus de 20 heures par semaine pour survivre. Ce texte est un minimum acceptable.

  • Nicole Moreau - Inscrite 5 décembre 2013 09 h 19

    j'appuie moi aussi ce texte

    le statu quo n'a pas sa place, il ne faut pas attendre le prochain boom pour agir, ça serait alors dans la précipitation.

    il est plus que temps que les collectivités puissent avoir voix au chapitre sur ce sujet.

  • Claude Lafontaine - Abonné 5 décembre 2013 10 h 07

    Obstruction des Libéraux

    La ministre fera une autre tentative aujurd'hui pour faire approuver le principe au moins de cette nouvelle loi avant les fêtes mais les Libéraux ont déjà annoncé qu'ils vont exploiter une particularité des règlements pour bloquer le projet encore une fois. Rien ne semble pouvoir empêcher ces attitudes et comportements illogiques des Libéraux, mais ils démontrent de plus en plus clairement que leur sens partisan a complètement pris la place du celui de l'intérêt public.

  • Claude Gélinas - Abonné 5 décembre 2013 13 h 39

    Un Parti qui s'inscrit dans la foulée des minières !

    À l'évidence le Parti libéral prèfère défendre les priviligèes des minières au lieu de prendre l'intérêt des citoyens dans l’optimisation des retombées économiques liées à l’extraction et à la transformation de nos ressources non renouvelables. En se faisant, il serait raisonnable que le parti Libéral paie le prix de ce blocage qui devrait se matérialiser dans les urnes. Espérons que les Québécois se rappelont que dans le cadre de ce projet de Loi, le Parti libéral n'a pas placé le citoyen au coeur de ses préoccupations. Que de l'électoralsites à court terme !

  • André Michaud - Inscrit 5 décembre 2013 13 h 42

    Investir ailleurs..

    Exploiter une mine exige un investissement de base ÉNORME de plusieurs milliards. Et ici au Québec il faut aller chercher le minerais au fin fond des forests ce qui rajoute des coûts énormes en transport ...

    Et votre projet risque d'être saboté en tout temps par une poignée d'opposants. Dans ce contexte qui veut venir investir au Québec ? Mieux vaut aller dans une autre province...

    Les verts seront content, pas de progrès pas de pollution, mais on aura moins d'emplois très très bien payés et fini les redevances.. Mais on aura la charité des autres provinces qui exploitent leurs richesses naturelles ...par la péréquation ! Et après on est surpris d'avoir une mauvaise image auprès de nos concitoyens canadiens.

    Si on ne veut pas de mines ici, et aucun encouragement à la production de pétrole en Alberta, on devrait logiquement refuser la péréquation qui vient de la production de ces mines..non? Ou alors on veut le beurre et l'argent du beurre.

    • Claude Lafontaine - Abonné 5 décembre 2013 17 h 40

      Vous faites probablement là un excellent résumé des arguments historiques et actuels de l'industrie minière face à tous les politiciens (tous partis confondus) qui ont essayé / essayent de modifier la loi du Québec sur les mines, de la résistance pure au changement de la part des minières, oublions qu'il y a un brin d'arrogance la-dedans.

      Vous oubliez de mentionner qu'au cours des décennies passées, dans les creux des cycles miniers ces industriels ont reçu un bon niveau de support de nos gouvernements en plus de tous les autres facheurs qui jouaient en leur faveur depuis des lunes.

      Personne dit que le Québec veut

    • Claude Lafontaine - Abonné 5 décembre 2013 18 h 55

      Suite de min message prédent:

      Personne dit que le Québec veut mettre un "X" sur l'exploitation de ses ressources naturelles et vous le savez bien. Les écologistes les plus actifs doivent reconnaitre aussi les améliorations importantes apportées par les minières à leurs techniques d'exploitation et à leurs impacts sur la santé de leurs employés, leurs conditions de travail et sur l'environnement, on ne peut imaginer aujourd'hui que le statu quo avec la situation d'il y a 30-40 ans comme quelque chose qui serait acceptable ici en 2013, pourtant des minières d'ici et d'ailleurs actives à l'international exploitent encore aujourd'hui les ressources naturelles des pays les plus pauvres de la planète de la même façon qu'elle le faisaient ici il y a 40 ans ou pire encore essentiellement arce que les politiciens de ces pays là n'ont pas le courage de faire leur job en assurant la protection de l'intérêt de leur peuple.

      Tout ce que les Québécois veulent c'est que leurs politiciens continuent le travail déjà amorcé pour protéger l'intérêt public et assurer un partage le plus équitable possible des retombées économiques de l'exploitation minière au Québec.

      Quant à votre chantage à propos du Québec et de la péréquation, vous dépassez une ligne que vous ne devriez pas franchir en 2013.