Libre opinion - Pétrole dans le Saint-Laurent : le mythe norvégien

Dans une récente lettre ouverte, la présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Mme Françoise Bertrand, incitait les Québécois à s’inspirer de la Norvège et à ouvrir toute grande la porte à l’industrie pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent. Mais dans son optimisme, Mme Bertrand oublie de mentionner un aspect fondamental : le golfe du Saint-Laurent est un milieu unique où les conditions climatiques et océanographiques sont complètement différentes de ce qui prévaut en Norvège, multipliant ainsi les risques reliés à l’exploration pétrolière.

 

Le golfe du Saint-Laurent est une petite mer intérieure, sept fois plus petite que le golfe du Mexique, ne communiquant avec l’Atlantique que par deux petites ouvertures : les détroits de Cabot et de Belle-Isle, qui totalisent à peine 6 % de la circonférence du golfe. Les courants antihoraires complexes du golfe du Saint-Laurent feraient en sorte d’y maintenir longtemps captif tout déversement qui pourrait survenir. De plus, les eaux du golfe sont généralement recouvertes de glace en hiver, ce qui compliquerait sérieusement les opérations en cas de marée noire.

 

À l’inverse, la mer de Norvège et la partie nord de la mer du Nord, où se retrouve l’essentiel des opérations pétrolières norvégiennes, ne sont pas enclavées comme le golfe du Saint-Laurent et s’ouvrent directement et sans entraves sur l’Atlantique Nord. Le courant de Norvège permet en outre d’entraîner rapidement au loin tout déversement pétrolier. De plus, ce courant relativement chaud empêche en permanence la formation de glace dans les eaux norvégiennes.

 

Bilan environnemental médiocre

 

Malgré l’image idyllique de la Norvège que l’on tente de nous projeter, le bilan environnemental est moins rose qu’on voudrait nous le faire croire. Des déversements majeurs s’y sont produits aux plateformes Statsfjord A (3696 tonnes, 2007), Draugen (630 tonnes, 2003) ou Norne (286 tonnes, 2005). Rappelons qu’il a suffi de 200 tonnes de pétrole en provenance du Irving Whale pour souiller 80 km de plages des îles de la Madeleine en 1970. Outre ces déversements accidentels, le Norwegian Petroleum Directorate nous apprend que les opérations en mer impliquent des rejets de routine d’environ 2000 tonnes de pétrole par année.

 

Nous aimons nous répéter que « nous allons nous doter des meilleurs standards au monde », mais soyons réalistes : le Canada n’est absolument pas prêt à faire face à une marée noire dans le golfe du Saint-Laurent comme le soulignait le rapport du commissaire à l’environnement et au développement durable Scott Vaughan. De plus, la limite de responsabilité financière des compagnies pétrolières au Canada n’est toujours que de 30 millions de dollars, un montant ridicule par rapport aux 42 milliards qu’a coûté la catastrophe du golfe du Mexique. Nous sommes encore bien loin de la Norvège, qui a enlevé tout plafond de responsabilité et institué le régime pollueur-payeur complet.

 

Le golfe du Saint-Laurent est un milieu fragile et complexe peu propice aux activités pétrolières et il ne peut pas se comparer aux mers entourant la Norvège. Il y a cinq provinces riveraines du golfe du Saint-Laurent à se partager ce milieu unique qui fait vivre des industries touristiques et halieutiques florissantes. Toute décision concernant l’ouverture du golfe aux activités pétrolières devrait impliquer les cinq provinces qui toutes peuvent subir les impacts d’un déversement majeur. D’ici là, un moratoire appliqué à l’ensemble du golfe s’impose.


Pour la Coalition Saint-Laurent, Sylvain Archambault (SNAP Québec), Karel Mayrand (Fondation David Suzuki), Danielle Giroux (Attention FragÎles), Christian Simard (Nature Québec)

À voir en vidéo