Libre opinion - Le mirage du Plan Saint-Laurent

Après le Plan Nord avorté de monsieur Charest, monsieur Legault se fait l’apôtre d’un Plan Sud. Deux projets tout aussi irréalistes, des rêves illusoires, sans l’avènement de la souveraineté économique du Québec ; le premier était assujetti aux entreprises multinationales et aux grandes sociétés financières, dont les centres décisionnels ne cessent de quitter Montréal à la faveur de Toronto, de Calgary et de Vancouver ; le second, qui jadis existait, demeure toujours tributaire des pôles de développement et de l’axe économique pancanadien qui contribuent depuis plus de 50 ans à son agonie.

 

Avec l’ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent en 1959, plusieurs entreprises québécoises, reposant sur les activités fluviales, ont été court-circuitées par ce chemin d’eau qui, désormais, menait sans escale les navires aux Grands Lacs. Une décennie plus tard, le premier gouvernement Trudeau fit d’Halifax le principal port de l’est du Canada, contournant l’est du Québec (abandon du chemin de fer, des quais et des ports) afin de concrétiser une promesse historique : récompenser la Nouvelle-Écosse pour son adhésion à la Constitution canadienne.

 

Ces évènements contribuèrent à la fermeture des chantiers maritimes de Lévis, de Sorel et de Montréal, et conséquemment, étendirent leurs effets néfastes à l’industrie connexe comme celle des grandes fonderies et de la fabrication de pièces métalliques lourdes, drainant avec elle des milliers d’emplois spécialisés. Une perte énorme, qui se matérialise par l’octroi de contrats fédéraux, d’une valeur de 33 milliards, aux seuls chantiers maritimes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de la Colombie-Britannique.

 

La « ligne Borden », qu’institue en 1961 le gouvernement Diefenbaker, proscrivant la livraison du pétrole albertain au-delà de la rivière des Outaouais, accéléra l’agonie de l’est de Montréal, alors principal centre d’affinage du Canada ; une délocalisation vers Sarnia s’en suivit, accentuée après le choc pétrolier de 1973, lorsque le prix du brut étranger connut une hausse notable.

 

En 1969, Trudeau, par le biais du MEER, mandate trois économistes afin qu’ils élaborent le Plan d’aménagement économique de la province de Québec, mieux connu sous l’acronyme rapport HMR - des noms de ses auteurs Benjamin Higgins, Fernand Martin et André Raynauld -, dans lequel on localise l’unique pôle de développement du Québec (le Montréal métropolitain), les pôles de croissance pour alimenter le pôle principal et l’axe économique canadien ; « Le développement économique du Canada se fait le long de la 401 », précise Martin. Selon Raynauld, les régions du Québec deviennent le « réservoir de ressources, [le] domaine de souveraineté et de juridiction » des entreprises multinationales, pourvu qu’elles agissent en partance de la région métropolitaine et qu’elles établissent un siège social dans cette seule région du Québec où seront versés les subsides reliés à l’innovation et à la recherche.

 

Porté au pouvoir en avril 1970, le premier gouvernement Bourassa - lequel tira du rapport HMR sa promesse des 100 000 emplois par année - abandonnera toute velléité en matière de planification régionale, octroyant au fédéral une ingérence sans précédent dans des champs de compétence exclusifs au Québec, dont l’expansion économique régionale ; une ingérence qui ne s’est pas atténuée depuis !

 

Ce modèle oligarchique de développement fit flotter sur Montréal un ballon économique, amovible au gré des tendances. Un ballon qui, force est de constater, s’est déplacé à l’ouest, car, dans l’espace économique canadien actuel, Vancouver, Calgary et Toronto sont les pôles de développement - Toronto pour l’est du Canada -, sièges de l’innovation ; et Montréal, un pôle secondaire restreint à la croissance, tributaire de ces pôles reliés au réseau nord-américain. Les millions de dollars investis par Ottawa dans l’industrie ontarienne de l’automobile, le refus par Ottawa de l’implantation par l’américaine Amtrak d’un train haute-vitesse reliant Montréal aux pôles de New York et de Boston, ainsi que la faiblesse des retombées technologiques qu’aura laissée au Québec la création de son parc éolien, demeurent à eux seuls des exemples éloquents de cette tiers-mondisation dans laquelle est enfermé le Québec.

 

Vous rêvez éveillé, monsieur Legault ! Promettre l’implantation de parcs de haute technologie, des entreprises à caractère innovateur, sur les berges du Saint-Laurent, relève de l’utopisme. Toute tentative sera freinée par Ottawa. Les autorités canadiennes s’y opposeront dès que sera outrepassé le confinement réservé aux pôles de croissance : santé, éducation, productivité et infrastructures… à moins que ces entreprises ne se lient à un pôle de développement.

 

Bonne chance, monsieur Legault ! Cependant, vous devriez lire (relire) vos classiques économiques… Ainsi renaîtrait en vous cette fierté québécoise qui aura animé les Grands Hommes pour bâtir le Québec moderne. Sans cela, votre Plan Saint-Laurent ne demeurera qu’un mirage où se perdent les espoirs !

À voir en vidéo