Libre opinion - Affaires Turcotte et Sorella, triste contraste

Lorsque le verdict est tombé, la semaine dernière, dans le procès d’Adèle Sorella, je n’ai pu faire autrement que de lâcher un grand soupir de soulagement. Je ne pouvais concevoir un seul instant que les mêmes erreurs puissent se reproduire deux fois, d’autant plus que les avocats dans le dossier n’étaient nul autre que les célèbres frères Poupart, les sauveurs de Guy Turcotte.


C’est avec une boule dans la gorge que j’ai suivi de près le procès. Adèle Sorella n’a jamais avoué ses crimes, contrairement à Guy Turcotte. La cause exacte du décès d’Amanda et Sabrina n’a jamais pu être prouvée de façon concrète. Seules des preuves circonstancielles ont été déposées. Turcotte, lui, a poignardé Olivier à 29 reprises. Il s’est ensuite dirigé vers Anne-Sophie et lui a donné 17 coups de couteau. Toutes les preuves possibles et imaginables étaient disponibles et aucun doute ne planait. Adèle Sorella a tenté de mettre fin à ses jours plusieurs fois avant les meurtres. N’est-ce pas un signe de détresse ou de maladie mentale ? Guy Turcotte, lui, qui a été déclaré non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux, n’avait qu’avalé du lave-glace après la boucherie qu’il venait de faire… Du lave-glace ! Une vraie blague !


En comparant les deux procès, je vous avoue que je n’aurais pas été surprise que le verdict d’acquittement soit prononcé. Tout semblait tellement plus flou et moins évident dans le cas des petites Amanda et Sabrina. Pourtant, la mère a été accusée de meurtres prémédités sans possibilité de libération avant 25 ans. Un peu plus de quatre ans après les meurtres, elle prend le chemin de la prison.


Avec une telle conclusion, il est encore plus difficile de comprendre et d’accepter le verdict de Turcotte parce que, quatre ans plus tard, et malgré la combinaison des 46 coups de couteau et l’aveu des meurtres, il est libre comme l’air parce qu’un jour des jurys ont décidé qu’il n’était pas responsable de la mort de ses enfants. Afin de respecter la décision du jury, j’aurais accepté que Turcotte ne soit pas envoyé en prison, mais qu’il passe 25 ans à Pinel. Personne ne va me faire croire que l’on guérit d’un trouble mental en l’espace de quatre ans. C’est rire de l’intelligence de la population.


La Cour d’appel entendra la demande d’un nouveau procès dans l’affaire Turcotte le 30 septembre et le 1er octobre. J’espère de tout mon coeur que la réponse sera positive. J’espère de tout mon coeur qu’un nouveau procès aura lieu. J’espère de tout mon coeur que le verdict sera différent. Guy Turcotte a poignardé ses deux enfants, il a avoué avoir tué Olivier et Anne-Sophie ! Sa place n’est pas dans la société, mais à l’ombre, lui aussi, pour 25 ans.


Esprit de vengeance, diront les puristes et les grands penseurs ? Non. C’est simplement la logique qui a soif de justice après avoir vu quatre victimes, un père, une mère et deux verdicts différents !

À voir en vidéo