Libre opinion - Assurance-emploi : c’est le temps d’agir

Nous demandons au gouvernement du Québec de mettre en place son propre régime d’assurance chômage de façon à mieux répondre aux besoins de sa population et des régions.


En la matière, le régime fédéral a failli. Ainsi, depuis 1990, nous n’avons connu que des mesures régressives qui ont consacré l’établissement à la baisse de ce programme : resserrement des critères d’admissibilité, taux de prestation à la baisse, normes arbitraires, application complexe et hautement judiciarisée, détournement des cotisations des salariés et des employeurs.


Le gouvernement fédéral actuel en rajoute en créant une nouvelle sous-classe de chômeurs dits « prestataires fréquents » qui auront moins de droits que les autres et seront soumis à des règles plus contraignantes. Derrière tout cela, nous le savons, il y a encore une fois une opération de réduction de versement de prestations qui, cette fois-ci, vise tout particulièrement les travailleurs et les travailleuses des industries saisonnières ainsi que tous ceux et celles qui occupent un emploi temporaire.


Le Québec peut faire autrement. Nous en voulons pour preuve toutes ces mesures sociales innovatrices et solidaires qui jalonnent notre parcours et font de nous une société irrémédiablement distincte.


Nous avons besoin d’un régime d’assurance chômage efficace :

  • qui protège adéquatement les travailleurs et les travailleuses quand ils sont entre deux emplois ;
  • dont la gestion et l’application ont été simplifiées, et qui assure une administration paritaire ;
  • qui met fin aux dédoublements administratifs ;
  • qui répond adéquatement aux besoins des salariés d’ici, en leur assurant une protection moderne et bien arrimée à nos politiques sociales.

Notre objectif premier n’est pas d’ouvrir un débat constitutionnel. Nous privilégions plutôt, pour l’instant, un accord administratif entre les deux gouvernements, permettant au Québec de se retirer du programme fédéral et de mettre en place son propre régime d’assurance chômage.


Le Québec peut faire autrement, et il peut surtout faire mieux. C’est pourquoi, nous, signataires de la présente déclaration, lançons un appel à l’ensemble des forces vives de notre société, bien au-delà de l’esprit de parti, de clan ou de secteur représenté, afin de soutenir cette démarche visant la mise en place, chez nous, de notre propre régime d’assurance chômage.


***
 

Signé par : Michel Bédard, actuaire en chef du régime d’assurance-emploi de 1990 à 2003; Gérard Bouchard, historien et sociologue; Henri Brun, professeur de droit constitutionnel; Gilles Duceppe, ex-chef du Bloc québécois; Pierre Fortin, économiste; Jean-Paul L’Allier, ex-maire de Québec; Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec; Lorraine Pintal, directrice artistique et générale du Théâtre du Nouveau Monde; Réjean Thomas, médecin et président- directeur général de la Clinique L’Actuel; Sylvain Tremblay, maire de Saint-Siméon et Louise Vandelac, sociologue

4 commentaires
  • Jean-Claude Archetto - Inscrit 14 août 2012 08 h 29

    L'arnaque

    Tout à fait,le système d'assurance-emploi actuel est devenu une taxe déguisée depuis que le gouvernement Libéral de Chrétien s'est arrogé le droit de piller ses surplus.

    Les conservateurs de Harper ont poussés l'arnaque un peu plus loin en resserrant sans cesse les critères d'admissibilité pour générer plus de surplus qui prennent le chemin des coffres gouvernementaux et son utilisés à n'importe quoi d'autres que l'aide aux personnes qui ont perdues leurs emplois.

    Ceci sans compter les délais de la machine administrative qui l'opère, délais qui acculent souvent ses prestataires à des semaines de carences sans revenus.

    Je me demande comment on traiterait une entreprise privée qui offrirait un tel service ? Elle aurait probablement été convoquée depuis longtemps devant les tribunaux!

    Une chose est certaine en tout cas, elle ne garderait pas ses clients bien longtemps!

  • Bernard Terreault - Abonné 14 août 2012 09 h 01

    OK, mais....

    Cet appel aurait dû venir avant la campagne électorale pour que les partis se positionnent, et même les partis fédéraux. Il est un peu tard. Et j'espère que ces gens éminemment connus s'activent à promouvoir cette idée auprès des gens de pouvoir, qu'ils ne se contentent pas de signer une lettre!

    • Daniel Champagne - Inscrit 14 août 2012 23 h 22

      Monsieur Terreault,

      Cet appel a été lancé par Pauline Marois le 18 novembre dernier. Vous pouvez consulter les journaux du 19 novembre 2011, ils en ont tous parlé. Tous les partis ont été rencontrés à ce sujet, sauf le Parti Libéral qui ne veut rien savoir de cette idée. Votre support à ce projet est apprécié!

  • Sylvain Auclair - Abonné 14 août 2012 10 h 29

    Tiens, un changement constitutionnel

    Va-t-il falloir l'accord de sept provinces dont l'Ontario ou bien de toutes les provinces pour modifier ainsi la constitution?

    Loi constitutionnelle de 1867:

    VI. DISTRIBUTION DES POUVOIRS LÉGISLATIFS
    Pouvoirs du parlement

    91. Il sera loisible à la Reine, de l’avis et du consentement du Sénat et de la Chambre des Communes, de faire des lois pour la paix, l’ordre et le bon gouvernement du Canada, relativement à toutes les matières ne tombant pas dans les catégories de sujets par la présente loi exclusivement assignés aux législatures des provinces; mais, pour plus de garantie, sans toutefois restreindre la généralité des termes ci-haut employés dans le présent article, il est par la présente déclaré que (nonobstant toute disposition contraire énoncée dans la présente loi) l’autorité législative exclusive du parlement du Canada s’étend à toutes les matières tombant dans les catégories de sujets ci-dessous énumérés, savoir :
    (...)
    2A. L’assurance-chômage.