L'éducation, la mort et les taxes

Voilà le débat sur les droits de scolarité officiellement relancé. Après les Fêtes, suivant ce qui sera semble-t-il une inévitable grève générale illimitée, le bon citoyen se fera casser les oreilles par les étudiants qui revendiqueront, par le gouvernement Charest qui dira non et par les chialeux qui, comme toujours, chialeront. Pourtant, dans toute cette agitation, il me semble que nous entendrons parler de tout sauf, précisément, d'éducation.

Tout le débat sur les droits de scolarité se joue sur un seul axe: à gauche, l'éducation conçue comme pierre angulaire de la réduction des inégalités sociales et, à droite, l'éducation conçue comme un investissement plus que rentable dans son capital humain individuel. Entre ces deux pôles existent bien sûr une panoplie de positions possibles qui seront déterminées par l'arbitrage de chacun.

Les étudiants sont pauvres et doivent passer la moitié de leur temps à faire des boulots mal payés pour parvenir à étudier, diront certains. Les étudiants sont gâtés pourris, diront d'autres, ils ont des i-bidules, une voiture et mangent au restaurant. Le problème étant qu'il n'y a pas LES étudiants, mais DES étudiants. Certains vivent encore chez papa maman. Certains ont des enfants. Certains étudient dans des domaines qui les rendront rapidement riches, les banques se mettent alors carrément à genoux devant eux pour qu'ils leur empruntent de l'argent. D'autres, comme moi, sont aux cycles supérieurs et sont donc un peu plus vieux, vivent plus simplement et sont tout à fait heureux de faire ce qu'ils aiment.

Reste que, dans ce débat qui revient comme le cycle des saisons, les stéréotypes sur les étudiants vont aller dans tous les sens, on va parler d'argent, d'égalité des chances, d'investissement dans son avenir, de marché du travail. On va parler de tout sauf, à proprement parler, d'éducation. Depuis des années que l'on discute du comment et que nous n'avons aucune idée du quoi. Qu'est-ce, au juste, que nous tentons de financer?

Marché du travail

Que l'on parle d'éducation comme pierre angulaire de la réduction des inégalités ou que l'on en parle comme d'un investissement individuel dans son capital humain, on parle toujours d'une seule et même chose: le marché du travail et, en conséquence, les perspectives de richesses matérielles. Or puisque le marché du travail constitue pour l'essentiel cet espace social où tous assurent leur subsistance, et ce, de manière plus ou moins satisfaisante, l'éducation devient simplement cette institution sociale où chacun apprend les connaissances nécessaires à assurer sa survie et son confort. Non seulement cette conception de l'éducation est réductrice, mais, surtout, elle déprime par son manque cruel d'ambition.

Il me semble que l'éducation, que l'on parle de celle que les parents offrent à leurs enfants entre les murs intimes du foyer ou de l'éducation institutionnelle de l'école primaire jusqu'à l'université, est d'abord et avant tout ce par quoi un individu grandit, explore ses possibilités, découvre la diversité et le flux variant de la vie. L'éducation, en dehors même des institutions scolaires et universitaires, est ce processus constant de croissance individuelle et sociale, ce processus par lequel on découvre ce qui est, ce que l'on est, ce qui est possible et ce que l'on souhaite. Arrêter d'apprendre c'est ne plus changer, c'est disparaître dans une fixité moribonde. L'éducation est, en ce sens, non seulement l'avenir humain en train de se faire, mais surtout la vie humaine en train de se vivre.

Notre rapport actuel à l'éducation témoigne de quelque chose d'éminemment paradoxal: notre aversion la plus profonde envers notre mort inévitable devrait, pour un minimum de cohérence, s'expliquer par une passion débordante pour la vie. Je vois pourtant une société qui se réfugie aussi tôt qu'elle le peut dans la «sécurité» de la fixité. On n'apprend pas à lire pour croître et ouvrir ses horizons, mais simplement parce que lire est devenu tout bêtement nécessaire à assurer le maintien de notre subsistance. [...] Notre rapport à l'éducation témoigne donc, me semble-t-il, d'un manque cruel d'ambition et d'une peur déprimante des possibilités de notre humanité.

Étant au doctorat, il y a maintenant assez longtemps que j'évolue dans nos universités pour me permettre d'appeler les bacheliers «les jeunes». Quand je les côtoie, en discutant avec eux ou en corrigeant leurs travaux, je remarque essentiellement deux choses: certains sont allumés, curieux et passionnés alors que beaucoup d'autres ne viennent qu'apprendre à faire du feu et attendent, plus ou moins patiemment, d'avoir enfin leur bout de papier pour que leur «vraie vie» puisse enfin commencer. Chaque fois, c'est avec une certaine tristesse que je me demande: mais quelle est donc cette «vraie vie» qu'ils attendent?

***

Alexandre Blanchet - Doctorant en science politique à l'Université de Montréal
17 commentaires
  • meme moi ici - Inscrite 14 novembre 2011 06 h 58

    alexandre blanchet doctorat science POLITIQUE ha! je comprend...

    quelles condescendance!!! du haut de votre petit doctorat vous semblez regarder le monde de haut,, descendez s'il vous plait... y a du monde intéressant en bas... je me demande si cela fait mal la tête qui enfle à ce point..

  • Darwin666 - Abonné 14 novembre 2011 07 h 03

    Excellentes questions!

    Quand on ne considère l'éducation uniquement comme un investissement pour faire plus d'argent, ce sont des questions qu'on ne se pose pas. Malheureusement.

  • Claude Girard - Abonné 14 novembre 2011 07 h 25

    Tout à fait juste

    Malheureusement, les valeurs prédominantes de notre société nord-américaine se caractérisent par du palpable, du concret, du facile à comprendre. Réussir sa vie s’évalue par le compte en banque et être libre consiste à faire ce qui nous tente et non à aimer ce qu’on fait.

  • Michele - Inscrite 14 novembre 2011 08 h 16

    L'éducation une mine d'or

    L'éducation ne vise pas seulement l'épanouissment ou l'enrichissement des individus, elle vise aussi à responsabiliser ces derniers. Les futurs citoyens bénéficieront certes de ce passage sur les bancs d'école mais c'est toute la société qui au bout du compte assure sa prospérité. Dans un futur proche, l'État sera largement financé par les redevances de cette ressource naturelle que sont les étudiants. En tant que payeurs de taxes, ces derniers rembourseront bien plus que ce qu'il en coûte à l'État.

    On finance bien les mines ou les alumineries sous prétextes qu'elles procurent plusieurs avantages à la société et bien pourquoi ne pas financer nos étudiants?

  • Michel Simard - Inscrit 14 novembre 2011 08 h 46

    @ meme moi ici

    Votre intervention est symptômatique de l'aversion des "Canadiens-français" à tout ce qui est intellectuel? C'est tellement mieux de regarder les images du Journal du Mourial. Le sous-développement relatif du Québec est essentiellement dû à deux choses : notre très faible entrepreneurship (problème urgent auquel aucune chambre de commerce ne s'attaque) et notre sous-scolarisation (notre culture profonde fait que les jeunes gars arrêtent en secondaire 4 et que dans nos universités, on voit beaucoup d'immigrants, d'anglophones et les "Canadiens-français" semblent une minorité audible.)

    Interdit de réfléchir, dans cette contrée.

    Juste attendre un bout de papier en répétant des recettes idiotes sans rien n'y comprendre ni même s'y intéresser, pour avoir un job dans le secteur public, ce semble être la grande ambition des "Canadiens-Français".