Libre opinion - La parlure du cinéma québécois

Les films que réalisent nos jeunes cinéastes, les Villeneuve, Bélanger, Dolan, Huard, Bigras, Falardeau, parlent le langage québécois de tous les jours. Ils parlent la parlure des spectateurs de la salle, sacres inclus. Ce qui donne aux acteurs et aux actrices de notre cinéma un comportement d'une vraisemblance parfaite.

Quand la parole est bien chevillée au corps, le jeu est intégré, le geste vient naturellement et le regard se fixe correctement: «C'est ç'que j'tai dit, astie!», répond Alexis Martin, dans Route 132. «Tabarnak!», crie la propriétaire du motel, dans Curling. «Ta yeule, chrisse», lâche Anne Dorval au directeur du cégep dans J'ai tué ma mère. Et la salle est en symbiose avec l'écran. Le spectateur est ramené à sa québécitude profonde. Il sait qu'il agirait comme ça dans les mêmes circonstances.

«Avec le jeu intégré de l'acteur, disait Lee Strasberg, le créateur de l'Actors Studio, le cinéma hollywoodien a acquis, définitivement, deux choses: il est devenu véritablement américain et son pouvoir de fascination sur les spectateurs s'est fait prédominant et incontestable.» Strasberg a enseigné à James Dean, Marilyn Monroe, Sidney Poitier, Elizabeth Taylor, Dustin Hoffman, Jane Fonda, Marlon Brando, Al Pacino, Robert De Niro, Sylvester Stallone. Il leur citait la fameuse phrase du poète grec Pindare: «Deviens ce que tu es.» Il leur répétait, à satiété, qu'il n'était plus besoin d'être endimanché en grande star pour être agréé de la salle obscure, qu'il fallait seulement être soi-même, avec son style propre et son bon vieux slang américain de tous les jours.

Le hic, c'est que le Québec et sa parlure n'ont rien à voir avec les États-Unis d'Amérique et la culture hégémonique d'Hollywood. Une culture qui est reconnue, parce que les Américains ont eu le courage de se séparer de l'Angleterre et de proclamer leur indépendance. Les grandes stars américaines dominent le monde depuis un siècle, à même leur gestuelle, leur mimique et leur anglais américain populaire. «Frankly, my dear, I don't give a damn», disait Clark Gable, dans Gone With the Wind, il y a plus de 70 ans, une petite phrase en argot américain dont on se souvient encore aujourd'hui un peu partout dans le monde.

À part quelques individus de la petite communauté pure lainage vieillissante du Québec, il n'y a pas grand monde qui prendrait plaisir à répéter la petite phrase de notre vedette de chez nous, Anne Dorval: «Ta yeule, chrisse!» En tout cas, ce ne sont pas nos immigrants, de quelque origine que ce soit, qui se la mettraient en bouche. Il sont bien trop malins pour ne pas se rendre compte que notre joual québécois est un cul-de-sac et que c'est l'anglais qui est la clé de leur réussite.

Je me dis parfois que si on avait le courage de donner corps à ce mot «nation» que l'anglophone Harper nous a jeté, un jour, de sa table, comme un os à ronger, on se donnerait le droit d'être entendus parmi les nations unies du monde. Alors, que je me dis, on cesserait de s'enfermer dans la parlure joualée et sans avenir de nos petites vedettes de chez nous, les vedettes de nos films, de notre théâtre, de notre humour qui se dégrade et qui descend lamentablement en bas de la ceinture...

On ouvrirait notre langue. On sentirait le devoir de la parler correctement pour qu'elle soit prise en bouche par nos immigrants et écoutée parmi les nations.

***

Paul Warren - Auteur du Secret du star-system américain

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

35 commentaires
  • Jean-Marc Pineau - Inscrit 19 octobre 2011 01 h 48

    Merci !

    Puissiez-vous être lu, entendu, compris !

  • René Bolduc - Abonné 19 octobre 2011 06 h 40

    En effet

    Je suis tout à fait de votre avis M. Warren. Je ne suis pas un observateur aussi aguerri que vous, mais il m'est souvent arrivé de penser la même chose. Sans être un ayatollah de la langue, je crois que sans trahir notre manière de parler, on pourrait arriver à niveau de langue qui soit compréhensible dans l'ensemble de la francophonie. Il s'agit de trouver un juste milieu. Un seul exemple parmi bien d'autres : le film 1981 de Ricardo Trogi. Sans être un grand film, il aurait pu être facilement diffusé dans toute la francophonie avec moins de sacres. Mais sous prétexte de "parler vrai", on est souvent prêt à en remettre plus que le client en demande. Il ne faut pas s'étonner ensuite si on met des sous-titres au peu de films québécois montrés en France.

  • Jean St-Jacques - Abonnée 19 octobre 2011 06 h 43

    Enfin, on dit les vraies choses

    Oui, j'en ai marre des sacres nombreux dans nos films québecois et aussi à la télévision. Encore dimanche à TLMP, Guy A. Le page nous a sorti un sacre en mordant dans le mot.

    Quand va-t-on utiliser une langue correcte et laisser le "joual" de côté pour nous servir une langue digne pour valoriser notre peuple. Je ne visonne plus les films québecois car cela me donne des nausées linguistiques. Dommage, car nos acteurs possèdent du talent.

  • Jean Lapointe - Abonné 19 octobre 2011 08 h 20

    Oui c'est un problème.


    C'est vrai que Paul Warren soulève un vrai problème.

    Par contre, le cinéma doit "parler" aux gens auxquels il s'adresse.

    Mais alors, pourquoi ne pas tirer avantage de notre situation?

    Est-ce que nos cinéastes ne sont pas en mesure de faire deux sortes de films?

    Des films qui s' adressent à nous et qui nous ressemblent et des films qui pourraient s'adresser à des publics plus larges, en nous incluant évidemment mais différemment.

    Je n'y connais pas grand chose en cinéma mais j'ose quand même faire cette proposition.

  • Stephanie L. - Inscrite 19 octobre 2011 09 h 01

    Deux langues secondes

    Je voudrais bien qu'avant de voir l'anglais comme leur avenir, les québécois commencent par considérer le français comme celui de la culture du Québec, dont notre avenir collectif ne saurait se dissocier. On ne peut pas considérer une langue uniquement comme un ensemble de mot servant à communiquer sinon effectivement et c'est dans cette optique que l'anglais est porté aux nues.

    Pourtant, les francophones bilingues du Québec, pour adaptés qu'ils soient au monde du travail,sont condamnés à parler deux langues secondes s'ils considèrent le français de la même façon que l'anglais. On ne fait pas qu'exprimer des mots dans une langue maternelle, on véhicule également une culture, une histoire et surtout une identité.

    "Les écoles passerelles":
    http://www.centpapiers.com/les-ecoles-passerelles/