Libre opinion - Pour changer le Québec: lettre au député Bernard Drainville

Nous voulons que notre nation donne l'exemple au monde par la qualité de ses institutions démocratiques. Nous voulons que ce soit les citoyens qui choisissent leurs institutions, pas les politiciens. Nous voulons innover et inventer une démocratie moderne qui implique d'avantage les individus et les petits partis.

Nous voulons un mode de scrutin moderne et proportionnel, semblable à celui accepté par 57,7% de la population de la Colombie-Britannique, mais qui fut tout de même rejeté à cause de règles trop contraignantes, encore une fois dictées par les politiciens. Nous voulons un chef d'État et un gouvernement élu par l'Assemblée nationale. Pas besoin d'élections générales pour élire un chef d'État.

Nous voulons que la dictature des partis cesse. Ils peuvent bien faire ce qu'il veulent hors de l'Assemblée nationale, mais celle-ci ne leur appartient pas. Elle nous appartient, Monsieur Drainville! On vous la laisse seulement un peu par négligence.

Nous voulons désinstitutionnaliser les partis politiques afin de laisser le pouvoir aux représentants que nous avons élus. Plus d'affiliation politique sur les bulletins de vote; nous voulons voter pour des citoyens. Plus de privilèges parlementaires au parti dominant; à représentation égale, nombre de questions égal. Nous voulons plus de participation du citoyen, plus de démocratie directe. Et surtout, nous voulons une totale transparence. Nous avons déjà dit tout ça à votre parti, Monsieur Drainville, mais il n'a pas écouté.

Bref, nous voulons une démocratie solide basée sur des principes, qui ne laisse pas tout le pouvoir entre les mains d'une seule personne. Car une démocratie forte, c'est notre seule rempart contre la dérive qui nous attend si jamais notre système économique s'effondre. Nous y avons échappé il n'y a pas si longtemps. Les Russes ont été moins chanceux. Sans démocratie, point de salut.

Voir à long terme


Nous voulons un gouvernement avec une vision d'avenir à long terme, pas seulement sur quatre ans. Un gouvernement qui cesse de prendre exemple sur les États-Unis et le reste du Canada, mais qui s'inspire plutôt des pays scandinaves qui ont réussi à réduire l'écart entre les riches et les pauvres et qui offrent une éducation gratuite à tous. Un gouvernement qui cesse de mettre au rancart les avis de nos meilleurs spécialistes. Qui lorsque qu'il consulte, écoute. Parce que la société évolue, Monsieur Drainville, même si la politique ne le fait pas.

Nous voulons un gouvernement capable de réformer le système de santé afin qu'il devienne le meilleur au monde. Un gouvernement qui sait nous expliquer comment ce système fonctionne s'il veut qu'on l'aide à le réformer. Parce que nous n'y comprenons rien, Monsieur Drainville! Et présentement, nous avons plutôt l'impression que même le gouvernement n'y comprend rien, puisque malgré toutes les promesses, on n'observe aucune amélioration.

À Québec, il faut encore quatre mois d'attente pour une mammographie dans le système public. Seulement deux mammographes pour 350 000 femmes... Il y en a cinq au Sagnenay Lac-Saint-Jean. Avez-vous une explication à ça, Monsieur Drainville? Et n'essayez pas de mettre tout ça sur le dos de vos adversaires. Nous ne sommes pas dupes.

Une société exemplaire

Nous voulons un développement économique basé davantage sur l'innovation technologique que sur l'exploitation des ressources naturelles, que ce soit dans le nord du Québec ou dans le sud. L'eau potable est une richesse plus importante que le gaz, Monsieur Drainville. On peut bien laisser ce type de développement économique aux pays en développement. Nous avons vu ce que l'exploitation de la forêt donne sans le soutien d'une transformation secondaire...

Nous croyons aussi à l'énergie éolienne, mais pas au détriment de nos paysages exceptionnels, ni de nos convictions démocratiques. Nous croyons au développement durable qui n'a pas de durable que le nom.

Nous voulons développer une société moderne et exemplaire qui se démarquerait tellement de ses voisins que la souveraineté s'imposerait par elle-même au nom de la différence. Pas seulement parce que les membres du Parti québécois la désirent. Une société qui a 20 ans d'avance sur les autres! Rien de moins, Monsieur Drainville!

Nous croyons que nous pouvons faire tout ça car nous sommes un peuple inventif qui a du coeur à l'ouvrage. Mais pour changer le Québec, nous avons besoin de dirigeants de principe qui ne mettent pas la démocratie de côté à la première occasion d'engranger quelques votes de supporters sportifs. Et pour cette raison, nous ne croyons pas, Monsieur Drainville, que vous et votre parti, ni le parti au pouvoir d'ailleurs, ne soyez à la hauteur.

Désolé, Monsieur Drainville.

***

Pierre Racine, simple citoyen, ancien participant aux États généraux sur la réforme des institutions démocratique et auteur du mémoire Pour un mode de scrutin plus démocratique

À voir en vidéo