Libre opinion - Les faits d'armes de Lucien Bouchard

La nouvelle du jour: Lucien Bouchard reprend du service sur la place publique du Québec en devenant le représentant de l'industrie du gaz de schiste. À mon avis, que voilà une très mauvaise nouvelle pour la société québécoise. Que l'on fasse un bref rappel historique des faits d'armes de Lucien Bouchard pour s'en convaincre.

Décrets de 1982: le gouvernement du Québec est dirigé par René Lévesque. Lors de la négociation des conventions collectives des employés de l'État québécois, le premier ministre a engagé Lucien Bouchard pour ficeler les décrets devant régir les conditions de travail des fonctionnaires (santé, éducation et ministères). Les résultats ont été, entre autres, un recul de 20 % de la rémunération de ceux-ci, une année d'expérience non reconnue et une législation abusive et coercitive niant le droit à la libre négociation. Ce n'était pas grave, ce n'étaient que des fonctionnaires paresseux!

Mises à la retraite en 1997: on assiste au retrait de plus de 35 000 employés de l'État québécois pour répondre à la législation du déficit zéro du gouvernement dirigé par Lucien Bouchard. Cette opération du gouvernement a créé un chaos qui dure encore de nos jours. Le plus ironique, c'est que les départs à la retraite ont été comblés par de nouvelles embauches. Ce n'est pas grave, Lucien Bouchard n'était plus là!

Depuis l'an 2000, toutes les interventions de Lucien Bouchard ont été à la solde des entreprises privées et les profits qu'elles engrangent sans payer d'impôts. Ces entreprises sont-elles préoccupées par le citoyen québécois? Permettez-moi d'en douter.

Plus récemment, les entreprises exploitant les gaz de schiste avaient pour porte-parole André Caillé, l'ex-directeur général d'Hydro-Québec lors de la crise du verglas. Manque de pot, de pédagogie, de finesse, de flagornerie, il n'a pas traversé la critique des Québécois. Qu'à cela ne tienne! On embauche un sauveur qui saura convaincre les Québécois qui votent selon l'humeur du chef!

Il est ironique que la ministre Nathalie Normandeau commente positivement l'embauche de Lucien Bouchard par l'industrie gazière pendant ses vacances en Floride, alors qu'elle a refusé de commenter les fuites de gaz pendant la même période en prétextant qu'elle était en vacances! La ministre Normandeau doit être en vacances à temps partiel?

J'en ai ras le bol de ces politiciens et de ces sauveurs de la société québécoise. Je souhaite toutefois que les Québécois se rappellent la devise du Québec: «Je me souviens.» Une fois pour toutes, peut-on s'affirmer sans se faire berner par l'industrie et ses mercenaires qui se préoccupent des profits au détriment de l'environnement et de la santé de nos enfants?


À voir en vidéo